Allez, lecture

Allez, lecture : « 2001, l’odyssée d’Allen Iverson », l’ascension fulgurante du plus atypique des héros

Allen Iverson odyssée Allez Lecture

The Answer.

Source : Exuvie Editions

Chez TrashTalk, on aime écrire des articles, des livres ou des blagues d’un goût plus ou moins sucré. On aime organiser des événements pour réunir les fans de balle orange aussi souvent que possible. On aime faire des vidéos pour parler NBA tout au long de l’année. Mais on aime aussi lire et ça tombe bien puisque des livres autour du basket, ce n’est pas ce qui manque. Désormais, nous vous partagerons nos impressions sur les bouquins que nous lisons, histoire de vous les faire découvrir ou redécouvrir, de vous donner envie (nous l’espérons) de les parcourir. Allez, aujourd’hui : « 2001, l’odyssée d’Allen Iverson ».

« Quand il joue, il parle au nom des petits, des chétifs, des banlieusards, des tatoués, des cheveux longs, tressés ou colorés, des habillés façon déglinguée. Des anticonformistes, des marginaux. » Dès les premières pages du livre, cette phrase nous tombe dessus. Chaque mot claque, car chacun d’eux symbolise ce qu’a été et ce qu’est encore Allen Iverson dans la sphère NBA, cette ligue de géants où il a su s’imposer du haut de ses 180 centimètres et avec ses codes qui ont bousculé les instances.

Allen Iverson est une icône générationnelle. Par son jeu, son talent, son cœur sur le terrain et ses qualités athlétiques, il a fait son trou dans la plus grande des ligues de basketball. Par son style, ses tatouages ou ses fringues, il a apporté un souffle nouveau qui restera gravé dans nos mémoires comme un véritable tournant. Et c’est ce que raconte cet ouvrage de Yann Casseville : l’ascension d’Allen Iverson, de la case prison jusqu’à son titre de MVP de saison régulière en 2001 enchaîné par ces Finales monstrueuses où il ne pourra malheureusement rien faire face aux Lakers de Shaquille O’Neal et Kobe Bryant. Cette ascension fut fulgurante. Iverson a tout emporté avec lui, les Sixers évidemment mais aussi tout Philadelphie. La ville a fait corps avec son champion à de nombreuses reprises. Comme cette fois où Pat Croce, le très peu conventionnel président des Sixers de 1996 à 2001, va offrir un tatouage à tous les fans présents dans le Wells Fargo Center lors du prochain match à domicile. Ceci, en réponse à la pression mise par la NBA au sujet du style trop « gangster » du prodige…

Saviez-vous comment ce même Pat Croce a réussi à rabibocher sa star et son coach Larry Brown à la veille de l’incroyable saison 2000-2001 ? Saviez-vous ce qui s’est passé, et qui fut le début de la mauvaise réputation d’Iverson, le 2 novembre 1996 lors d’un déplacement des Sixers à Chicago ? Ce soir-là, les Bulls en route pour une saison follement victorieuse, ont appris à connaître Allen le lutin rookie. Saviez-vous comment la gentillesse, la générosité et parfois la crédulité d’Allen Iverson vont contribuer à causer sa perte (financière et mentale) ? Saviez-vous qu’on pouvait nourrir un livre sur le basket de citations de quelques uns des plus grands auteurs de romans et de polars que l’on trouve outre-Atlantique et ailleurs ?

Vous trouverez la réponse (ou The Answer) à toutes ces questions et à bien d’autres dans ce livre sur le plus atypique des héros de l’histoire NBA. 

2001, l’odyssée d’Allen Iverson

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top