Jeux Olympiques

L’Australie s’impose 86-83 face à l’Italie : match plutôt serré, mais un final géré sans trop trembler par les Boomers

Italie Australie JO 28 juillet 2021

T’applaudis qui au juste Patty ? Tu sais que la salle est vide hein ?

Source Image : Eurosport

Jusqu’au bout, ce match opposant l’Italie et l’Australie aura été serré. Mais au final, c’est l’expérience qui a parlé, et les Boomers ont remporté ce bras de fer face aux Italiens. On a failli s’endormir sur la première mi-temps, sieste oblige après l’adrénaline du 3×3, puis les deux équipes ont mis un coup d’accélérateur en deuxième période, histoire de nous offrir une fin de match plutôt cool.

Italie – Australie, l’affiche est plutôt sympa, mais on ne sait pas trop à quoi s’attendre. Gros blowout des Australiens ou match tendu jusqu’au bout ? Réponse dès la fin du premier quart-temps. À la fin de ce premier round, les équipes se rendent coup pour coup, aucun des deux collectifs n’arrive à se démarquer. Résultat : 25-25, des paniers faciles de chaque côté, et pas vraiment d’intensité en début de match. Les Boomers portent alors idéalement leur surnom, vu le début de match à l’intensité d’une rencontre de seniors D4 qu’ils nous offrent. Bon ok, on en fait peut-être un peu trop, mais ce match à un feeling chelou. Est-ce que c’est le manque de public qui nous donne cette impression ? Peut-être, mais même les bancs des deux équipes sont bien assis confortablement, sans un bruit, de quoi nous laisser écouter la belle mélodie des chaussures qui frottent contre le parquet et des coéquipiers qui parlent entre eux. Deuxième quart-temps ? On prend un petit café pour ne pas s’endormir, et ça y est on commence à voir les défenses se durcir. L’Italie semble mener la danse en début de deuxième round, l’Australie peine à se créer des shoots, mais au final, Achille Polonara et ses copains ont du mal à faire le break. Si bien que les Australiens ont le temps de réagir, les Italiens sont dépassés et bouffent six points de suite en contre-attaque, Aron Baynes et Jock Landale sont précieux dans la raquette des Océaniens, et le score reste neutre lorsque les joueurs rentrent aux vestiaires, 45-44 pour l’Italie, rien n’est fait encore.

Finalement, le match continue de monter gentiment en rythme, et le jeu s’accélère dès le retour des vestiaires. On peut remercier les coachs qui ont dû en toucher deux-trois mots à leurs joueurs. Sous l’impulsion de Nico Mannion d’un côté, et de Patty Mills de l’autre, les deux équipes se mettent (enfin) à courir. Tiens Patty, pendant qu’on parle de lui, même si dans l’ensemble il fait un match plutôt discret (16 points à 6/17 au shoot), le meneur et patron de cette équipe d’Australie a su faire la différence quand il le fallait. Pas un gros scoreur ce soir, bien serré de près par la défense des hommes de Romeo Sacchetti, mais véritable chef d’orchestre pour les siens. Bon mouvement de balle, ça coupe, ça crée des décalages, et au final, Patoche régale ses intérieurs bien comme il faut. Et puis dans le money-time, quand il a fallu assurer la win, Patty a fait le taff, petit slalom dans la défense italienne avant de finir sur un lay-up qui repousse Nico Mannion et sa clique à +5 (77-82), et lancers assurés en fin de match pour ne pas avoir de mauvaises surprises. D’ailleurs gros s/o à Aron Baynes et Jock Landale qui ont fait un véritable chantier dans la raquette, surdominant les intérieurs adverses au rebond. Car si Patty et Matthew Dellavedova ont imposé le tempo en fin de match, leurs big men sont allés chercher des rebonds offensifs précieux (16 pour être exact) et au final, les Kangourous ont inscrit 17 points en deuxième chance contre deux petits points pour les Italiens… Elle est là la grosse différence du match ! Face à une équipe d’Australie qui gère cette fin de match à l’expérience, à l’aide d’un gros collectif, le jeune Nico Mannion, deuxième rouquin préféré de la NBA après Brian Scalabrine, se bat avec Simone Fontecchio, auteurs respectivement de 21 et 22 points, mais la relation meneur-intérieur des Européens ne suffit pas, et Nicolo pourra regretter son triste 1/5 à 3-points, causé par une sélection de shoots parfois hasardeuse. Enfin voilà, les deux équipes seront restées au coude-à-coude tout le long du match, le score final affiche seulement +3 pour l’Australie, mais dans le jeu, on a tout de même senti une différence de niveau entre ces deux équipes. Pour autant, attention, les tricolores (pas les nôtres hein, eux c’est à 14h qu’ils jouent) ont montré qu’il ne fallait pas les prendre de haut. Ah oui en passant, si vous vous demandez où était Danilo Gallinari dans ce match ? Aucune idée, seulement 18 minutes de jeu, absent dans le money-time, alors qu’il n’y a pas de bobo à signaler ni un arrosage indécent au shoot pendant tout le match. C’est peut-être là-dessus, quand les siens avaient besoin de quelques 3-points pour les ramener dans le match, que le coach italien a fait une grosse erreur.

Au final, les Australiens concluent cette deuxième victoire sur le score de 86 à 83, dans un match serré, mais avec un money time géré sans pression. Prochain match face aux Allemands pour assurer leur qualif’ pendant que Nico Mannion et les siens auront rendez-vous avec Precious Achiuwa et Cie s’ils veulent encore rêver de phase à élimination directe. Après avoir sorti la Serbie en TQO, ça serait bête de sortir en poules…

Box score 

box score 28 juillet Italie

box score 28 juillet Australie

Classement Groupe B

classement groupe B 28 juillet

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top