Jeux Olympiques

Team USA termine sa prépa avec une victoire face à l’Espagne : ça monte gentiment en puissance, les Bleus sont prévenus

Pas vraiment une bonne nouvelle pour les hommes de Vincent Collet, surtout après leur défaite face au Japon.

Source image : YouTube

Tombés à deux reprises sur leurs trois premiers matchs de préparation aux Jeux Olympiques, les Américains voulaient faire passer un message face à l’Espagne hier avant de prendre l’avion pour le Japon. Un message pour eux, mais aussi pour la concurrence. Mission accomplie. 

Quand vous perdez face au Nigeria et à l’Australie lors de la préparation, et que cette dernière est en plus perturbée par le COVID, difficile de ne pas commencer à se poser des questions, d’autant plus que le groupe de Gregg Popovich – qui continue de se chercher – n’est toujours pas au complet. Comme l’avait dit Kevin Durant il y a quelques jours, « les étoiles étaient en quelque sorte alignées pour perdre ». Et c’est spécifiquement pour cela que ce dernier match de prépa face au champion du monde espagnol était important. Battre l’Argentine de 28 points, c’est bien, mais chercher une victoire de qualité face à l’Espagne avant de s’envoler vers Tokyo, c’est encore mieux. Du côté de Vegas, les hommes de Gregg Popovich ont tapé Ricky Rubio et ses copains 83-76 grâce notamment à une deuxième mi-temps en mode patron. Alors qu’ils étaient menés de deux points à la pause, les States ont passé la vitesse supérieure au retour des vestiaires et l’Espagne n’a pas résisté face à l’intensité US : grâce à un gros coup d’accélérateur à la fin du troisième quart-temps, remporté 21-12, les États-Unis ont pris le match en main pour ne plus le lâcher. Une défense qui domine, une vraie volonté de se salir les mains pour aider l’équipe, des opportunités en transition qui payent… bref voilà le genre de succès qui doit rassurer Team USA. Alors clairement, on n’est pas (encore ?) sur une équipe des States en mode rouleau compresseur, mais la montée en puissance est réelle et ce succès représente une vraie base de travail pour Pop et son staff.

Parmi les joueurs qui ont brillé, on a notamment… Keldon Johnson, tout juste intégré dans le groupe de Team USA avec JaVale McGee suite aux forfaits de Bradley Beal et Kevin Love. Aux côtés de Damian Lillard (19 points), Kevin Durant (14 points) et Zach LaVine (13 points), la pépite des Spurs a prouvé qu’elle méritait sa place chez les grands : 15 points, 3 rebonds, 2 interceptions et 1 contre en 17 minutes seulement, le tout à 7/9 au tir dont 1/1 de loin, on en connaît un qui n’a pas raté son rendez-vous. Une production précieuse face à des Espagnols guidés par FIBA Rubio (23 points), des Espagnols qui étaient par moments en manque d’oxygène face à la défense américaine, qui a limité les champions du monde à 38% de réussite au tir (dont un 8/29 bien crade à 3-points). À noter également que l’ami Jerami Grant est sorti du protocole sanitaire pour jouer 11 minutes, un retour qui fait du bien pour une équipe US qui attend toujours Devin Booker, Jrue Holiday et Khris Middleton, actuellement en pleine bagarre sur la grande scène des Finales NBA. Est-ce que ces gars-là seront disponibles pour affronter la France dimanche lors du premier match des JO ? On verra mais en tout cas, les Bleus devront se montrer bien plus solides que lors de leurs matchs de prépa, eux qui viennent de tomber pour la première fois face au Japon dimanche après deux défaites contre l’Espagne justement. Pas vraiment rassurant tout ça.

Ce dernier succès contre nos amis espagnols (ou pas) montre que Team USA vient de monter d’un cran avant d’attaquer les choses sérieuses. Le groupe de Gregg Popovich n’est sans doute pas encore au top, mais il progresse et ça, ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle pour les Frenchies. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top