Bulls

Officiel, Thaddeus Young remporte le NBA Hustle Award 2020-21 : officiel, ça n’a pas aidé les Bulls à se qualifier pour les Playoffs

Thaddeus Young

Bon appétit, voici le prix du mec qui a le plus la dalle sur le terrain.

Source image : NBA

Oui, ceci est bien le prix du plus gros chien de la casse en NBA. Un beau trophée qui récompense le travail de l’ombre, plutôt sympa, et cette année c’est donc Thaddeus Young qui remporte ce prix, même si Kyle Slo-Mo Anderson lui faisait de la concu.

Cinq ans déjà que la NBA décerne ce titre honorifique de guerrier ultime. Depuis ? Patrick Beverley (inattendu, tiens), Amir Johson, Marcus Smart (LA définition du hustle) et Montrezl Harrell ont été glorifiés. Mais qu’est-ce que c’est d’ailleurs, le NBA Hustle Award ? Pas le prix de celui qu’a le plus galéré dans la rue mais plutôt le prix de celui qui donne toute son énergie, son corps et son âme pour l’équipe à travers différentes statistiques que l’on ne voit pas forcément au premier abord, en gros… P.J. Tucker face à Kevin Durant. Ces stats c’est aussi, un peu, celles sur le mode MyCareer de 2k, quand tu passes de C à C+ mais qu’inévitablement tu retombes à D- parce que tu demandes trop la balle. Les charges drawn (passages en force provoqués), les screen assists (écrans qui servent de passe décisive), les tirs contestés, les box-out, les deflections (déviations), les balles à la dérive récupérées, bref toutes ces petites choses qui servent à faire croire à ta meuf que t’as fait un bon match malgré tes 2 points, 3 rebonds et 5 fautes en 36 minutes.

L’ailier-fort des Bulls était cette saison le leader NBA en balles flottantes récupérées, magnifique stats, et premier aux passages en force provoqués, si si, devant Kyle Lowry. La boule d’énergie tournait cette saison à 12,1 points, 6,2 rebonds, 4,3 passes, 1,1 interception et 55,9% au tir en saison régulière, alors qu’en Playoffs il tourne à… bref. Le cinq majeur du hustle se compose cette année de Thad Young, Ben Simmons, Jae’Sean Tate, Draymond Green et Jrue Holiday, belle bande de desperados avec qui partir à la guerre.

Une récompense qui met un peu de lumière sur la saison de l’un des joueurs les plus sous-coté de la Ligue, même si son niveau peut très vite fluctuer selon son envie du moment, et la saison qui se termine en est la preuve. Bref, champagne, et à l’année prochaine pour fêter ça sir les parquets.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top