Nets

Steve Nash trouve les arbitres trop laxistes avec P.J. Tucker : ça fait toujours bizarre de voir Kevin Durant en galère

KD TUCKER 13 août 2021

En tout cas nous on a kiffé l’intensité des deux matchs à Milwaukee.

Source image : NBA League Pass

Faisant partie des héros du Game 4 entre les Bucks et les Nets, P.J. Tucker a été crucial non seulement à travers ses 13 points mais surtout grâce à son impact défensif face à Kevin Durant. En la jouant particulièrement physique, Tucker a mené la vie dure à l’un des meilleurs attaquants de la planète et visiblement, le coach de Brooklyn Steve Nash n’a pas vraiment apprécié.

C’est l’une des images de la série. Kevin Durant nez à nez contre P.J. Tucker, avec cet « agent de sécurité » qui sort de nulle part pour mettre de l’huile sur le feu. C’était dans le Game 3, un troisième match arraché par les Bucks après un dernier tir raté par KD dans les ultimes secondes. Hier soir, dans le Game 4, on a eu droit à la suite, et on a encore eu droit à quelques étincelles. Pas d’altercation cette fois-ci, mais un combat physique et rugueux dans lequel P.J. Tucker s’est montré décisif. En mission défense sur Durant, Tucker n’a pas hésité à jouer des coudes pour faire sortir au maximum KD de sa zone de confort. Et on peut dire que ça a plutôt bien marché : certes Durant a terminé avec 28 points, mais il a surtout manqué 16 de ses 25 tirs et sept de ses huit tirs primés, avec cinq pertes de balle en prime. Clairement, on n’a pas l’habitude de voir autant de déchets avec Easy Money Sniper, réputé pour être l’un des attaquants les plus inarrêtables et efficaces de l’histoire du jeu. Tucker n’a évidemment pas tout fait tout seul pour ralentir la machine offensive des Nets mais si l’on en croit les chiffres publiés par les copains de NBA Extra ce matin, il a tout de même fait la plus grande part du boulot puisque KD était à 3/12 (pour 9 points) quand il était défendu par l’ancien joueur de Houston. Mais face à ça, le coach des Nets Steve Nash estime surtout que les arbitres ont un peu trop laissé jouer, ce qui explique la maladresse de sa superstar. Voilà ce qu’il a déclaré à The Athletic suite à la rencontre, avec une pointe d’amertume.

« Je pense que son impact physique était à la limite de ce qu’on peut voir sur un terrain de basket, mais c’est les Playoffs. Il faut s’adapter et s’ajuster. Il y a vraiment quelque chose qui a changé dans la façon dont le jeu est joué entre le début de la série à Brooklyn et ici à Milwaukee. »

Comme vous pouvez l’imaginer, du côté du Wisconsin, on a un avis un peu différent. « Si ce n’est pas du basket, je ne sais pas ce que c’est » a déclaré le coach des Bucks Mike Budenholzer. Deux versions logiquement différentes et en tant qu’observateur, on peut comprendre les deux côtés tout simplement parce que le basket n’est pas toujours arbitré de la même façon. Dans certains matchs de Playoffs, les arbitres laissent plus de place à l’impact physique. Dans d’autres, ça siffle plus vite et c’est souvent le cas dans la NBA actuelle où les attaquants ont beaucoup plus de liberté que par le passé. Du coup oui ça peut choquer un peu. On peut débattre longtemps sur les raisons qui se cachent derrière ces différences mais au final le plus important, c’est de voir des officiels rester fidèles à leur ligne de conduite de la première à la 48e minute d’un match. Hier soir (et même dans le Game 3), incontestablement, les arbitres ont beaucoup laissé jouer, ce qui a logiquement avantagé la défense et l’agressivité de P.J Tucker, au taquet du début à la fin. Cela n’aurait pas été scandaleux de voir Tucker terminer avec six fautes (il en a collectionné cinq tout de même) et un Durant à 40 points derrière, mais on ne peut pas dire que le match compliqué de KD soit lié à un mauvais arbitrage. La prestation très mitigée de Durant est liée en grande partie à l’impact d’un P.J. qui mérite clairement des applaudissements aujourd’hui. Parce que peu importe l’arbitrage, trop laxiste ou pas, on n’en connaît vraiment pas beaucoup qui sont capables de mener la vie dure à un monstre du basket comme KD, surtout avec 15 centimètres de moins. Nous sommes en Playoffs, ça joue très physique, deal with it. Nous perso, on adore quand ça se frictionne un peu.

Privé de James Harden puis de Kyrie Irving, Kevin Durant est forcément visé par la défense des Bucks et on peut dire qu’il n’a pas vraiment passé un bon séjour à Milwaukee face à P.J. Tucker. Ce dernier, qui est pourtant pote avec KD, ne lui fait absolument aucun cadeau et continue de répondre au challenge sans jamais renoncer, avec la dureté et la volonté qui le caractérisent tant.

Source texte : The Athletic

 

1 Comment

1 Comment

  1. Djohn-Konkakk

    14 juin 2021 à 21 h 29 min at 21 h 29 min

    J’ai l’impression qu’il contacte souvent Durant quand ce dernier est balle en main. J’suis pas un expert de l’arbitrage mais ça me fait plutôt penser à du street qu’à du basket avec règles officielles.
    Maintenant c’est aux Nets de s’adapter, il faut permettre à KD de faire un peu plus dans le shoot ouvert. En tout cas ça reste un duel passionnant entre un super attaquant et un super défenseur.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top