Los Angeles Clippers

Nicolas Batum a encore été excellent au Game 7 : la renaissance continue, et Nico a même failli postériser un ogre

Boban Marjanovic 7 juin 2021

Intelligent, athlétique, adroit, utile, en attaque, en défense, de près, de loin. Ah oui, et Nico a failli claquer le poster de l’année aussi.

Source image : YouTube

Celle-là il aurait fallu être capable de la sortir il y a six mois, lorsque Nicolas Batum arguait à qui voulait l’entendre que « oulah, je m’en fais pas du tout, y’a plein de monde qui me veut ». Certains riaient jaune et pour cause, Nico sortait alors d’un long chemin de croix avec les Hornets, fait de blessures et de squattage intempestif de banc. Mais tel le phénix Nico renaquit, aussi incroyable situation que le fait d’écrire le verbe renaitre au passé simple.

Etre l’un des leaders des Clippers sur et en dehors du terrain durant la saison régulière c’est bien, être adoubé par des joueurs comme Kawhi Leonard et Paul George comme l’un des mecs les plus intelligents de la Ligue c’est vraiment bien, mais continuer à peser en Playoffs et de surcroit dans un Game 7 c’est encore mieux. Nicolas Batum n’en a pas fini avec sa superbe saison 2020-21 et la nuit dernière, il a donc ajouté une sacrée belle ligne sur son CV : celle de facteur X dans un Game 7 de Playoffs. Cocoribatum.

Une nouvelle fois titulaire, au poste 4, dans un starting five de petits proposé par Tyronn Lue pour contrer celui des tours non-jumelles des Mavericks, Nico Batum a une nouvelle fois fait du sale. Stationné comme à son habitude dans le corner au départ des attaques de son équipe, le Français a coupé, coupé et recoupé dans la raquette, il a bouffé, bouffé et rebouffé la ligne de fond des dizaines de fois, servant ici de relai et là de point final à une exécution bien souvent parfaite. Utile et décisif en attaque mais également diablement pot de colle en défense, son profil un peu lent l’empêchant souvent de défendre sur le géant Porzingis ou le génie Doncic mais son intelligence de jeu lui permettant de le faire sur tous les autres Texans de la planète, même quand il fallait aller contrer par derrière un mec de 6m50 aux oreilles en forme de parabole Canal. Les stats de Nico dans ce Game 7 ? Dans le match le plus important de la saison ? Dans son match NBA le plus important depuis… cinq ans environ ? 11 points à 4/7 au tir, 7 rebonds, 5 passes, 1 contre et 2 interceptions en 42 minutes.

Seul joueur des Clippers avec le duo de All-Stars à jouer plus de quarante minutes, clairement pas innocent, Nico aura été d’une propreté sans nom (Nico, du coup), aura multiplié les extra-passes extra-intelligentes, aura fluidifié le jeu de son équipe comme à son habitude et, cerise sur le gâteau de sa renaissance, aura offert un double highlight assez fou à la communauté de Lisieux, l’une des plus importantes de Normandie en terme d’accent marqué et d’amour pour le camembert. Un tomar à deux mains sur la quasi-truffe de Luka Doncic pour commencer, histoire de rappeler que, oui, Papa Batum a de bons restes en ce qui concerne les décollages, puis cet instant assez psychédélique en fin de deuxième quart lorsque Nico tentera (et réussira presque) d’escalader le géant Boban Marjanovic et ses 2m26, offrant un moment d’incrédulité assez intense dans la salle et devant nos PC.

Une autre preuve de la qualité du millésime Batum 2021, et en tout cas une renaissance et une polyvalence qui font du bien aux Clippers et c’est bien peu de le dire. Car après une traversée du désert compliquée à Charlotte, on peut donc officiellement dire que le capitaine de l’Equipe de France fait partie des leaders d’une franchise candidate au titre NBA. Incroyable mais pourtant bien vrai, chapeau Nico parce que celle-là, franchement, on ne l’avait pas vue venir.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top