Suns

Les Suns explosent les Lakers 115-85 et prennent le lead 3-2 : les champions en titre à la rue, ça commence à sentir le cactus

Cam Payne is the new king !

Source image : NBA League Pass

Après avoir repris l’avantage du terrain dans le Game 4 à Los Angeles et avec la blessure d’Anthony Davis, les Suns semblaient dans la position parfaite pour reprendre le contrôle de la série contre les Lakers. C’est exactement ce qu’ils ont fait cette nuit. Phoenix n’a eu besoin que d’une mi-temps pour exploser LeBron James et ses copains, désormais au bord du précipice.

La petite box score maison, c’est par ici

Dans chaque série où les deux équipes se retrouvent à égalité 2-2, le Game 5 est logiquement capital. Et souvent, ça donne des batailles épiques, voire même des matchs all-time comme le Denver Nuggets – Portland Lillards de cette nuit. Mais dans l’Arizona, on a droit au scénario opposé avec une équipe qui déroule et une autre complètement à côté de la plaque. On savait que ça allait être dur pour les Lakers sans Anthony Davis, bel et bien forfait et remplacé par Markieff Morris dans le cinq. Certes, Kentavious Caldwell-Pope était de retour (pour… 15 minutes). Certes, il ne faut pas jamais sous-estimer les chances d’une équipe menée par LeBron James. Mais au final, il n’y a pas eu de miracle. Au contraire, on a assisté à un massacre. +30, voilà l’écart entre Phoenix et Los Angeles à… la mi-temps. 30-12 dans le deuxième quart-temps, 66-36 au moment de revenir aux vestiaires, merci au revoir. Pourtant, les Lakers étaient bien rentrés dans le match avec un LeBron locked-in mais assez vite, les choses ont déraillé pour les champions en titre. Devin Booker s’est fait un HORSE tout seul dans le premier quart (18 points), Cameron Payne s’est affirmé comme le deuxième meilleur joueur sur le parquet (aucune erreur dans la phrase), et les Lakers ont commencé à jouer comme une équipe de Nationale 1 en attaque. Dominés dans l’intensité et complètement à la ramasse dans la moitié de terrain adverse, les hommes de Frank Vogel ont enchaîné les possessions en carton : briques, pertes de balle, hésitations, mauvais choix… ça piquait vraiment les yeux à tel point qu’on a dû mettre des gouttes à la mi-temps. Et souvent, quand c’est comme ça, la défense en pâtit également, et les Lakers ont coulé. Juste pour info, le duo Booker – Payne a marqué autant de points que l’ensemble de l’équipe des Lakers à la pause (36). À partir de là…

Match déjà terminé, ça tombe bien on a pu basculer sur le Denver – Portland pour voir l’énorme show Damian Lillard. La deuxième mi-temps relève de l’anecdote, même si on a flippé pour Chris Paul qui s’est reblessé à l’épaule. Monty Williams, pourquoi tu nous fais une Tom Thibodeau ?! Direction les vestiaires pour CP3 dans un premier temps, retour sur le banc ensuite, on croise les doigts pour voir le Point God prêt au Game 6. Un Game 6 que les Lakers devront évidemment remporter pour espérer survivre dans cette série. Anthony Davis sera-t-il opérationnel ? C’est le grand mystère mais on espère pour les champions en titre car on ne voit pas sur qui LeBron peut vraiment compter à part lui. Ce soir, sans AD, on attendait plusieurs mecs au tournant autour du King. Parmi eux ? Dennis Schroder. Voici sa ligne de stats, attention ça pique fort : 0 point, 0/9 au tir, 0/4 de loin. Was ist das Dennis ?!? Peut-être que refuser une extension de 84 millions de dollars n’était pas une bonne idée finalement. LeBron, loin d’être transcendant, a inscrit 24 des 35 points du cinq majeur cette nuit. On comprend pourquoi il est allé rejoindre les vestiaires avant même la fin du match. Mis à part Kyle Kuzma (15 points) et deux-trois mecs du banc californien qui ont contribué dans le garbage time géant de la deuxième mi-temps, c’était tout simplement le désert de l’Arizona.

Les Lakers étaient à la rue cette nuit, jusqu’à rivaliser avec les pires records de l’histoire de la franchise en Playoffs en matière de scoring dans un quart-temps (seulement dix dans le second) et de déficit (30 points). Contre une équipe aussi sérieuse des deux côtés du terrain comme Phoenix, ça ne pardonne pas. Rendez-vous dans la nuit de jeudi à vendredi pour le Game 6, et potentiellement la fin du règne des Lakers. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top