Playoffs NBA

Officiel, on connaît le plateau du play-in à l’Est : Celtics – Wizards et Pacers – Hornets, faites vos jeux et lâchez les chevaux !

Montage

Hyyyyyyype.

Source image : montage via YouTube

C’était la seule manière de nous faire ressentir quelconque intérêt en regardant Ish Smith remonter la balle… : le couvert du play-in de la Conférence Est est enfin dressé. Il sont des Frelons, des Magiciens, des Celtiques et des mecs qui vont vite. Ils sont quatre groupes désireux de troquer ce vilain obstacle pour les choses sérieuses. Ils sont quatre et à la fin, il n’en restera que deux. Débrief.

Assurés de terminer septièmes depuis trois jours, les Celtics ont choisi de préserver leurs cadres contre New York. Les petits gars du Massachussetts se préparent d’ores et déjà pour la réception de l’équipe qui squattera le huitième spot au terme des deux rencontres impliquées dans la course au play-in.

Premier affrontement et de loin le plus décisif, les Wizards reçoivent les Hornets. L’équipe de Bradley Beal et Russell Westbrook sort d’une très jolie deuxième partie de saison où les exploits du binôme ont su faire partiellement oublier les manquements de leurs coéquipiers. Les Hornets – quant à eux – ont à cœur de conclure un exercice inespéré en remportant un match qui sécuriserait définitivement leur huitième place. Mais avoir son avenir entre ses propres mains n’est pas toujours évident et il faut faire preuve d’une constance remarquable pour parvenir à ses fins. Ce que Charlotte n’a pas su faire, quoi. Tout commençait plutôt bien pour les Frelons qui – par l’intermédiaire de Devonte’ Graham et P.J. Washington – pallient l’absence de Gordon Hayward. De son côté, Bradley Beal n’y est clairement pas et ses fautes le contraignent au siège entre Scott Brooks et Alex Len. Quelle vie. Russell Westbrook faisant du Russell Westbrook, les Wizards asphyxient mais ne comatent pas. L’ancienne gloire de l’Oklahoma met sa vision du jeu au profit d’un Robin Lopez tout feu tout flamme. Quand on dit tout feu tout flamme, c’est juste qu’il rentre ses hooks quoi, sinon rien ne change. L’entrée de Ish Smith apporte beaucoup de fraîcheur dans une rencontre où le rythme domine le jeu placé. À l’image d’un Terry Rozier qui frôle le triple-double (22/9/9), les Hornets reprennent un contrôle absolu dans le troisième quart-temps. Chaque prise de balle signée LaMelo comble nos esprits de puristes, même si le plexi n’est pas de cet avis. Mais comme dirait Omar Sy à 18 minutes et 54 secondes dans le quatrième épisode de Lupin, « l’illusion est une entourloupe et les magiciens ne sont rien de plus que des braqueurs ». Ni une, Bradley Beal et Russell Westbrook enfilent leurs cagoules et réalisent le hold-up : Wizards win. Si les hommes de Scott Brooks sont assurés de terminer huitièmes, les Hornets prient pour une débâcle des Pacers.

La jolie boxscore de ce match, c’est par ici

Les Pacers n’en ont que faire de Wizards – Hornets, ils savent déjà leur sort entre leurs mains. S’ils gagnent, ils terminent neuvièmes et bénéficient de l’avantage du terrain contre Charlotte. S’ils perdent, c’est tout l’inverse. Deux options dont l’une va rapidement se faire balayer par le niveau d’investissement des Raptors. Aucune vanne, les Canadiens ne savaient même pas qu’ils jouaient et se sont rapidement donnés rendez-vous sur le parking du Leclerc. C’est le daron de Malachi Flynn qui emmène toute l’équipe au match dans son Trafic 8 places. De soirée hier, Fred VanVleet, Kyle Lowry, Pascal Siakam et tout ce qui s’ensuit décuvent tranquillement au pieu. En joggo-sweat avec un café dans la main, Nick Nurse donne les dernières consignes aux 6 joueurs qu’il compte aligner aujourd’hui : « On sait que c’est dur avec la défaite à Pornichet le week-end dernier les gars mais jouez votre basket bordel. Freddie (Gillespie) t’as fait un bon entraînement mercredi soir donc même intensité OK ? Allez, 1,2,3 Raptors ». Est-ce réellement un spoil si l’on vous dit que les Pacers n’ont jamais été inquiétés ? On envoie tout de même un gros big up aux six joueurs canadiens pour leur dévotion, les mecs ont craché leurs poumons et ne s’inclinent que de douze points. Mais à l’image de toute fin de saison régulière, ce sont les moins mauvais qui l’emportent. En clé de voûte d’une prestation collective correcte, Oshae Brissett pose 31 points (career high) et 10 rebonds à 63% au tir dont 63% from downtown (5/8). Vous l’avez compris, les Pacers recevront les Hornets pour ce premier tour du play-in. Hype, et vous ?

La jolie boxscore de ce match, c’est par ici

Les carottes sont cuites : le premier match fut enivrant, le second très marrant. On retrouvera donc un Celtics – Wizards ainsi qu’un Pacers – Hornets pour ce premier tour du play-in édition 2021-21 à l’Est. Les duels s’annoncent sympathiques et il est difficile de se prononcer sur les deux équipes qui obtiendront leur sésame pour le tour suivant. Affaire à suivre, avec un gros pop corn.

1 Comment

1 Comment

  1. Dr J

    17 mai 2021 à 0 h 14 min at 0 h 14 min

    Je préférerais voir les Pacers et les Celtics en PO a priori, mais si c’est pour jouer les Nets, donnez moi les Wizards en 7 ! Avec les Celtics en 8 contre les 76ers, c’est les meilleures stories qu’on peut avoir.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top