Grizzlies

Anthony Edwards et Ja Morant se sont offert un tango à Minneapolis : « c’est vrai qu’ça tourne, l’avenir est à eux »

Kool Shen 6 mai 2021

Mon premier veut son trophée de ROY, mon second brigue une place dans le gratin des meneurs de la Ligue, et mon tout donne un duel fantastique de 2h30.

Source image : YouTube

D’un côté Anthony Edwards, mis sous pression par le retour de LaMelo Ball dans la course au trophée de Rookie Of the Year, et désireux donc de mettre tout le monde d’accord une bonne fois pour toutes. De l’autre ? Ja Morant, auto-proclamé Top 5 meneurs de la Ligue sur ESPN dans un éclat de rire et de gêne général, mais très capable de s’en rapprocher plus vite qu’on ne le pense. Mélangez le tout, rajoutez une feuille de menthe et quelques soupçons de Bane, Clark, Tillman ou Vanderbilt, et vous obtenez… la NBA de demain. Euh… bah miam-miam hein.

La boxscore du Hoop Summit de la nuit c’est juste ici

Il y avait absolument tout pour nous offrir un gros match entre les Wolves et les Grizzlies, et le pressentiment fut bon. Deux équipes joueuses, l’une des deux toujours en lice pour disputer les Playoffs et l’autre pour se trouver une raison de vivre, et en tout cas deux heures et demi de basket total, de basket d’attaque, avec aux quatre coins du parquet des babies inspirés et inspirants. Karl-Anthony Towns et D’Angelo Russell en pseudo-vétérans d’un côté, un collectif toujours aussi propre dans le Tennessee, et au cœur de ce match un… match dans le match, entre deux des futures stars de la Ligue si on part du principe que Ja Morant et Anthony Edwards… n’en sont pas déjà. Deux gamins qui avaient à prouver encore un peu plus que d’habitude, le Grizzly ayant ouvert hier la boîte de Pandore en déclarant au micro d’ESPN qu’il estimait faire partie des cinq meilleurs meneurs de la Ligue et on en profite pour placer ici que la confiance c’est bien mais la drogue c’est mal, et le Loup étant pour sa part en plein sprint vers un trophée qui devrait selon toute vraisemblance lui revenir mais qu’il doit valider encore un peu plus pour larguer un certain meneur des Hornets : celui de Rookie Of the Year.

Décor planté et au final le film fut assez donc assez fou. Un match serré de bout en bout, pour les Grizzlies un Dillon Brooks comme on aime… le critiquer, un Jonas Valanciunas gêné par les freaks du Minnesota et qui finira le match en foul trouble mais autour des deux déceptions du jour… une tripotée de gamins incroyables. Desmond Bane, probablement le rookie le plus sous-coté de la Ligue et qui validera une nouvelle sacrée soirée avec 22 points, 4 rebonds, 3 passes et Jean-Pierre Foucault, Xavier Tillman, rookie également, 22 ans sur le passeport mais plutôt 42 au faciès et encore auteur d’un quasi double-double, Brandon Clarke, toujours aussi aérien et utile, puis Kyle Anderson, une nouvelle fois… ah bah non, lui n’est plus si jeune que ça du coup. Mais pour driver tout ce petit monde un homme aura une fois de plus été grandiose,, et ce petit d’homme c’est évidemment Ja Morant. Spécialiste tennessien du floater, saignant comme d’habitude sur ses drives et intelligent dans ses choix en attaque (quand t’es maladroit de loin tu ne shootes pas, Buddy Hield on espère que tu nous lis), Jaja a tout fait à la défense de Minny cette nuit, et un money time géré comme un patron lui permettra au final de terminer sa folle soirée avec 37 points (à 14/25, GG jaja) et 10 passes, le faisant instantanément grimper dans la hiérarchie des meneurs NBA, quelque part entre le Top 12 et le Top 10 parce qu’il ne faut pas pousser non plus.

Performance majuscule donc, un poil plus solide que celle de son jeune adversaire du soir car agrémentée de la victoire, même si statistiquement l’homme le plus sale de la soirée se nomme donc Anthony Edwards. Responsabilisé +++ depuis l’arrivée de Chris Finch sur le banc des Wolves, le first pick 2020 n’en finit plus de cartonner et cette nuit c’est carrément son career high au scoring que l’homme fourmi est allé chercher. Un record en carrière égalé, checkez la violence de la phrase quand on vous dit que le gamin a donc déjà scoré 42 pions deux fois dans sa seule saison rookie, 42 points à… 17/22 au tir dont 8/9 du parking, 6 rebonds, 7 passes, un troisième quart-temps de maboule et des sourires à faire rougir une statue en pierre. Au final une défaite absolument pas alarmante, on regrettera juste les passes de rugbyman de Karl-Anthoony Towns dans le clutch et un D’Angelo Russell qui devrait – vraiment – laisser tous les ballons à son rookie et se concentrer sur la distribution (14 passes ce soir), mais la progression d’ANT. couplée aux belles promesses offertes par Naz Reid, Jaden McDaniels ou Jarred Vanderbilt laissent à penser que le futur sera peut-être un peu plus lumineux dans le Minnesota.

A l’arrivée tout le monde est content puisque les Grizzlies continuent de s’accrocher au milieu des cadors (seraient-ils eux aussi des cadors, vous avez quatre heures) alors que les Wolves perdent un match utile dans la course à la prochaine Lottery tout en enjaillant leurs fans. Nous en tout cas on a pris un sacré plaisir devant toute cette jeunesse, alors pourvu que ça dire et vivement la suite.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top