TrashTalk Award

TrashTalk Award – S03 E04 : qui de Jimmy Butler ou Anthony Edwards va faire le plus de victimes ?

Anthony Edwards Jimmy Butler

Y’a du level !

Source image : montage via YouTube

La NBA n’est jamais la dernière pour apporter son lot de saillies verbales en tous genres entre ses différents protagonistes. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

La précédente édition du TrashTalk Award a été remportée par un Kyrie Irving qui veut toujours être calife à la place de LeBron James.

Candidat # 1 : Anthony Edwards n’en a rien à foutre…

Décidément, on peut dire qu’Anthony Edwards a été infernal pour cette édition du TTA. Le rookie n’a même pas une saison entière de NBA dans les pattes qu’il fait déjà preuve d’une insolence à toute épreuve. Si jeune et déjà si effronté du haut de ses 19 petites années, il s’est permis de reproduire la fameuse célébration des doigts sur la tempe de Carmelo Anthony, qui a quasiment le double de son âge on le rappelle (36 pour être précis), après un panier primé sur la truffe de Melo.

Anthony Edwards a fait la célébration de Carmelo Anthony devant lui.

Vous pensiez que le n°1 de la dernière Draft allait s’arrêter en si bon chemin ? Vous êtes mignons. Bon ici on est plus sur de la maladresse de jeunesse qu’une vraie pique, d’autant que c’est son propre coach, Ryan Saunders, qui en prend pour son grade ici. En voulant affirmer que c’est grâce aux joueurs que les défenses s’améliorent, plutôt que grâce aux coaches. Le gamin prouve que son insouciance et sa fougue peuvent lui faire dire des choses assez lunaires.

Anthony Edwards a dit que c’est grâce aux joueurs, et pas grâce au coach, que les Timberwolves ont commencé à mieux défendre.
« Le coach ne peut pas venir sur le terrain. Il ne peut rien faire d’autre que nous dire ce qu’on doit faire. Merde, il ne dit que des mots. C’est nous qui devons aller sur le terrain et faire le sale boulot. La défense, c’est un effort. »

Et vous savez quoi ? Jamais 2 sans 3 comme on dit dans le jargon, car « AntMan » comme on l’appelle dans le milieu n’en avait pas encore fini. Cette fois, c’est le pauvre RJ Barrett qui se prend sa balle perdue après un match durement gagné par les Wolves face aux Knicks, qui ont pourtant eu l’opportunité de l’emporter. Mais la belle action défensive des Wolves (sûrement pas grâce au coach, car on rappelle qu’il ne sert qu’à dire des mots) a forcé RJ Barrett à prendre le shoot en lieu et place de Julius Randle.

« On a dit à Jaden (McDaniels) de ne pas laisser Julius (Randle) avoir la balle et de faire en sorte que ce soit un autre. Heureusement que c’est RJ Barrett qui l’a attrapée. S’il avait marqué ce tir, il aurait fallu faire avec, parce qu’on voulait que ce soit lui qui prenne ce tir et personne d’autre. »

Ici, le tacle semble déjà plus réel, car on peut aisément le comprendre en sachant que le sophomore canadien a le moins bon pourcentage du 5 majeur de son équipe. L’arrière des Knicks a déjà réagi en disant que ça le faisait bien rire, qu’il ne perdait pas confiance et qu’il était toujours prêt à prendre le prochain. Il pourra probablement le faire en Playoffs, ce qui ne sera pas le cas d’Anthony Edwards.

Candidat # 2 : …et Jimmy Butler non plus

Tiens, on se disait que pour l’instant, ce classement manquait un peu de Jimmy Butler, ça tombe bien car l’ancien des Bulls et des Wolves n’est que très rarement en reste dans cette rubrique.

Après une victoire du Heat contre les Cavs, on a pu voir Jimmy Buckets vouloir se saisir des cheveux de Collin Sexton avec un grand sourire, comme pour se foutre de sa coiffure façon queue de rat. Bon, il est vrai que Butler n’est pas le mieux placé pour parler au niveau capillaire, mais peut-être qu’il s’est imaginé à attraper le pompom dans le manège étant petit, on comprend que ça le démange.

Quelques semaines plus tard, il a décidé de passer à la vitesse supérieure face aux Lakers, ses bourreaux lors des dernières Finales NBA, et plus particulièrement Andre Drummond. A l’époque, le pivot était en train de se morfondre en vacances du côté des Cavaliers, mais après avoir négocié son buyout, il a rejoint LeBron James chez les pourpre et or et s’est retrouvé face à Butler dans les ultimes secondes, en général, c’est rarement bon signe, et cette action n’a pas échappé à la règle : Butler dribble, shoote à mi-distance sur la truffe de Drummond, et lui dit de ne pas faire ça « Don’t do that », comme un avertissement à ne pas recommencer sous peine de poursuites judiciaires.

Candidat # 3 : Chris Paul veut checker Donovan Mitchell après un lancer-franc loupé

Du classique Chris Paul ici, jamais le dernier pour placer une petite pique discrète mais efficace. Le meneur aux 40 millions par saison et pour lequel il a fallu une saison de folie au Thunder et une pandémie mondiale pour comprendre son importance dans une équipe, continue de faire le bonheur des Suns aujourd’hui, surprenants deuxièmes à l’Ouest. Lors d’un lancer-franc crucial raté par Donovan Mitchell pendant le choc au sommet des deux premiers de la Conférence (oui oui, ce sont bien les Suns et le Jazz), CP3 a voulu donner un high-five à Spida, qui l’a bien entendu refuser, car à -3 à 9 secondes de la fin, on imagine que l’arrière du Jazz a presque eu autant le seum que Thibaut Courtois après la victoire de la France.

Candidat # 4 : Giannis Antetokounmpo s’assoit sur le parquet des Sixers

Giannis non plus n’est pas en reste, et lui aussi c’était dans un duel au sommet de sa conférence. Face aux Sixers de Joel Embiid, le Greek Freak a enclenché le mode beast pour venir à bout de Philadelphie, lors d’un 7-0 infligé à ses adversaires par ses soins, il a décidé de prendre un peu de repos et de s’asseoir en plein milieu du parquet du Wells Fargo Center, comme pour montrer que c’est trop facile. Reste à voir s’il saura faire la même chose en Playoffs, lui qui n’a jamais encore atteint les Finales NBA et qui s’est heurté au mur floridien l’an dernier. Pareil, on imagine bien Joel Embiid faire la même chose en Playoffs en cas d’affrontement avec les Bucks, le pivot camerounais sera peut-être rancunier.

Candidat # 5 : Kevin Durant en place une pour son ancien proprio

C’est un fait, Kevin Durant s’est toujours senti un peu en marge des autres Warriors lors de son passage dans la baie. Son embrouille avec Draymond Green l’a convaincu dans ce sens pour ensuite rallier Brooklyn. Le ressenti pour les deux titres glanés en sa présence était simple « Nous avons fait simplement ce que nous devions faire » comme l’a souvent résumé Bob Myers, le proprio des Warriors. Il faut dire qu’avec 4 All-Stars sur le terrain, et après que KD soit venu s’ajouter aux « 73-9 Warriors », cette équipe de Golden State DEVAIT remporter le trophée Larry O’Brien. Mais en disant qu’il « n’y avait pas de joie après le deuxième titre en 2018 » Durant a semblé un peu irrité, et a tenu à glisser un petit tacle à son ancien proprio.

Kevin Durant Bob Myers

Bob Myers : « La deuxième fois avec Kevin on s’est juste dit « On a fait ce qu’on avait à faire, ce n’était pas de la joie. »
Kevin Durant : « Les gars semblent hyper contents sur cette photo pourtant. »

Du lourd encore une fois pour cette période, avec de la punchline et du tacle en veux tu en voilà. La réponse à la question suivante vous revient : qui a eu la plus grande gueule sur cet épisode ? A vous de nous le dire.

Mais qui a eu la plus grande gueule en NBA en mars ?

View Results

Loading ... Loading ...
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top