Rockets

Rafael Stone n’a aucun regret sur le trade de James Harden : on parie que les fans de Houston ont une autre version ?

échanger un MVP contre Kelly Olynyk, Avery Bradley et des picks c’est un bon deal ?

Source image : Youtube

Considérés par beaucoup comme les grands perdants du trade James Harden, les Rockets ne semblent pas sur la longueur d’onde, à commencer par le GM, Rafael Stone.

Le premier deal entre Houston et Brooklyn avait déjà fait couler beaucoup d’encre car les Rockets avaient longtemps exigé une jeune star et qu’ils n’avaient obtenu « qu’un » Victor Oladipo usé et en fin de contrat ainsi qu’une ribambelle de picks. Une première contrepartie qui s’est « tranformée » suite au départ de Toto vers Miami. En bref, entre le premier échange et celui-ci, Houston a récupéré : Avery Bradley, Kelly Olynyk, les 3 premiers tours de  Brooklyn (2022, 2024, 2026) ainsi que 4 swaps à la Draft où ils prendront le meilleur pick (2021-2023-2025-2027), toujours avec les Nets, et enfin un swap 2022 avec le Heat. La valeur des bouboules dépendra des résultats des Nets mais aujourd’hui, on se dit quand même que c’est pas terrible pour un MVP dans son prime, a.k.a une des armes offensives les plus flippantes de l’histoire de ce sport. Alors que la fanbase continue de sécher ses larmes, le GM Rafael Stone ne semble lui pas du tout déçu des assets qu’il a récupérés. Des propos relayés par Bleacher Report.

« Je referais le même deal, à 100%. Vous n’avez pas la chance d’avoir autant d’infos que moi mais vraiment, aucune part de moi ne regrette d’avoir fait ce deal. Je ne l’ai jamais remis en cause. » […]

« Je parle beaucoup du fait d’être dans une position qui ne nous oblige pas à être mauvais pour reconstruire, et même si nous avons fait d’autres choses aussi, c’est surtout ce deal qui nous permet de dire : Hey, nous voulons être compétitifs rapidement. Nous n’allons pas suivre la voie de perdre volontairement des matchs pendant des années. »

Quel constat tirer de cette décla ? Primo, il fait son taf, il ne va pas dire qu’il a fait n’importe quoi, ça la foutrait mal. C’est sûr qu’au premier abord, on se dit qu’il n’y a aucun jeune talent ni gros pick dans la balance mais le pari du GM est sur de nombreuses années. Tout dépend en fait des futurs résultats de Brooklyn et de sa capacité à durer dans le temps. Si les Nets fondent une dynastie sur plusieurs années, les tours de draft vont perdre en valeur. Mais si, à l’inverse, Sean Marks et sa bande piquent du nez, ce sera le jackpot pour Houston. Certains nous diront peut-être : comment imaginer Brooklyn perdre plein de matchs avec Kevin Durant, James Harden ou Kyrie Irving ? Avec le temps tout simplement. En 2025, KD aura 37 ans, Uncle Drew 33 et la Barbe 36. Si on peut toujours imaginer qu’ils seront compétitifs malgré un âge avancé, il est aussi possible que les choses bougent à un moment et c’est là le pari de Rafael Stone. Il peut obtenir tous les meilleurs picks de Brooklyn jusqu’en 2027 selon ses propres bouboules (via le swap donc) et il mise sans doute sur une explosion à moyen terme des Monstars. On l’a bien vu avec Golden State, les dynasties ne durent qu’un temps et il arrive que cela passe par une phase de reconstruction ensuite. Si Houston revient à un bon niveau à ce moment-là et qu’ils puisent encore les meilleurs talents à la Draft, il se pourrait qu’on change vite d’avis sur le fameux trade de James Harden. Mais cela, bien sûr, n’est qu’une supposition.

Rafael Stone semble plutôt confiant pour l’avenir de sa franchise. Le premier constat paraît pourtant bien triste mais qui sait s’il n’a pas bien placé ses dominos pour le futur. Fans de Houston, votre succès passe par la déchéance des Nets alors bon courage. 

Source texte : Bleacher Report

1 Comment

1 Comment

  1. Dr J

    30 mars 2021 à 13 h 41 min at 13 h 41 min

    L’article ne précise pas ce qui, je pense, fait passer Rafael Stone pour une tanche (à tort ou à raison) pour beaucoup de gens. Il aurait pu avoir Jarrett Allen et Caris Levert, il finit avec Kelly Olynyk et Avery Bradley. Ca ne changeait rien aux 7 picks/swaps, c’était en plus. Peut-être que les infos qu’il avait au moment où il a fait ces moves justifient qu’il les ait faits, mais d’un point de vue extérieur, ça parait juste mauvais. Tu aurais pu construire autour de K. Porter Jr – LeVert – Wood – Allen. Tu n’aurais toujours pas été bon cette année avec les blessures de toutes façons. Donc c’était possible en plus de viser Cunningham à la draft.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top