Thunder

L’action WTF de la semaine : le Thunder obligé de changer de maillot à la mi-temps, parce que rouge et orange ça se ressemble

Hawks Thunder

Doux souvenirs d’un Charlieu-Belmont où les locaux avaient du jouer avec les maillots des U17.

Source image : NBA League Pass

Drôle de scène vendredi soir sur les parquets NBA. Alors que la première mi-temps entre le Thunder et les Hawks se termine, OKC va revenir sur le terrain pour le troisième quart-temps avec un maillot blanc à la place du orange utilisé jusque-là. Et pour cause, les Hawks jouant en rouge, on a eu droit à un premier acte quasi irregardable et où il était, ma foi, difficile de suivre tant les deux équipes jouaient dans une couleur trop similaire. Comme quoi même la NBA, une Ligue qui vaut des milliards, peut avoir les problèmes d’un tournoi inter-lycée à Châteauroux.

La meilleure Ligue du monde a encore frappé. En ce soir de 26 février, les Hawks se déplaçaient dans l’Oklahoma pour un affrontement face au Thunder, deux équipes au bilan similaire. Un choc donc, et pour l’événement la franchise d’Atlanta décide alors de porter le maillot couleur sang « icon », mais que fut la surprise quand OKC est sorti du tunnel avec leur maillot alternatif… orange « statement ». Personne n’a l’air de s’en préoccuper, ni les coachs, ni les joueurs ni les arbitres, et c’est bien avec ce mélange rouge-orange assez douloureux pour la rétine que la rencontre débute. Et que ce fut épique ! Pas la rencontre non, mais les efforts demandés pour discerner qui était qui, quelle équipe avait la balle ou qui venait de marquer. Au lieu d’avoir un 5 contre 5 habituel on a alors le droit à un 10 contre 0, pas le spectacle qui vend le plus de rêve on vous l’accorde. Mais comment a-t-on pu se retrouver dans une situation pareille, dans l’une des Ligues les plus respectées pour son organisation, là où chaque mini-détail compte tellement ? Et bien apparemment, ce serait tout simplement une erreur… d’inattention. Pour l’anecdote, avant chaque saison, l’équipe à domicile remplit ce que l’on imagine être l’équivalent d’un tableau Excel avec tous les maillots qu’elle compte utiliser à la maison. Par la suite, l’équipe à l’extérieur remplit à son tour ce même tableau et c’est de cette façon que les uniformes sont répartis sur la saison, l’équipe à domicile choisissant en premier. Evidemment, la Ligue va ensuite double-checker ces combinaisons afin d’éviter de se retrouver avec deux équipes qui jouent en rouge, sauf que cette fois-ci, et pour la première fois depuis 2017/2018, saison où ce système fut instauré, le stagiaire qui s’occupait de vérifier a tapé sa pire sieste et c’est donc comme ça qu’on a eu droit à une première mi-temps 100% rougeâtre ce vendredi soir. Situation cocasse qui a tout de même pris fin en deuxième mi-temps puisque la NBA a informé les deux équipes que cette affaire devait être réglée au plus vite, genre à la mi-temps quoi. Les Hawks n’ayant que leur uniforme rouge sur eux sur ce road trip, c’est donc le Thunder qui a du faire ses adieux à cette magnifique tunique orange au profit de l’uniforme blanc bien plus basique mais ô que plus agréable à regarder depuis son écran. Il faut croire d’ailleurs que ce changement d’uniforme n’a pas aidé les Hawks à jouer à un meilleur niveau puisque, menés à la mi-temps, ils se sont tout de même inclinés, changement de fringue ou pas. La star d’OKC Shai Gildeous-Alexander s’est d’ailleurs exprimé sur le sujet et le moins que l’on puisse dire c’est que l’arrière a trouvé cette situation amusante :

« C’était bizarre au début mais ça n’a pas eu trop d’importance dès qu’on a commencé à jouer. C’était pas grand chose, mais je pense que c’était un peu plus simple pour la défense et les trucs comme ça en deuxième mi-temps. Mais à part ça c’était cool.” 

https://twitter.com/BleacherReport/status/1365487824691023873?s=20

Ce n’est pas la première fois qu’on a un problème d’uniforme cette saison puisque les Knicks, évidemment, nous avaient offert un joli fail en fin d’année 2020 en donnant… deux numéros différents à Reggie Bullock. L’arrière de 29 ans était rentré sur le terrain avec le numéro 25, son numéro habituel sur le devant du maillot, mais avec… le numéro 23 sur l’arrière. Ainsi, Bullock a partagé pendant un moment le même numéro que Mitchell Robinson, qui lui portait le 23 comme à son habitude. Après s’être aperçu de leur erreur, Bullock avait dû évidemment changer de numéro et une nouvelle fois la NBA nous régale avec des bourdes qui nous rappellent grandement notre jeunesse en U15 quand on nous donnait des jerseys avec le même numéro ou la même couleur que l’adversaire, nous obligeant à se mettre torse nu pour bien différencier. La plus mythique des anecdotes “jersey” NBA revient néanmoins à son Altesse Jordan qui, un soir de Saint-Valentin 1990, a planté 49 points sur la bouche du Magic avec non pas son fameux numéro 23 dans le dos mais le… 12. Et pour cause, son pauvre uniforme 23 avait été dérobé dans le vestiaire des Bulls avant la rencontre et n’ayant pas de tenue de rechange ou une machine à floquer à dispo, MJ s’était alors résolu à évoluer avec le numéro 12. 

La NBA regorge d’anecdotes des plus originales et celle-là restera dans les mémoires pour ceux et celles qui ont dû endurer cette affreuse première mi-temps. Monsieur Silver, déjà que les salles sont vides, si au moins on peut différencier quelle équipe est sur le terrain ce serait plus qu’appréciable.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top