Wizards

Les Wizards transforment le Staples Center en rave party : cinquième victoire consécutive et le scalp du champion en titre, inespéré

beal avdija

Troquer le chagrin pour le sourire, y’a rien de plus beau.

source : NBA League Pass

Faites place dans la machine à remonter le temps et repartez en janvier dernier. C’est fait ? Maintenant, allez crier sur la place principale que les Wizards vont taper les Lakers sous peu. Soit on vous laissera en asile pour folie et incitation à la haine, soit on vous qualifiera tout simplement de basketix. Seulement voilà, Washington est aujourd’hui redevenu une ville de basketball, et l’équipe de Scott Brooks récupère de sa superbe.

On la fait simple et courte, comme dirait un boulanger qui n’a plus de stock à 17h et doit faire une baguette tradition avec 12g de farine. Les Lakers sont deuxièmes de la Conférence Ouest et se font un devoir de réaction après s’êtres inclinés contre Brooklyn et Miami. Bémol, Dennis Schroder et Anthony Davis sont tombés amoureux de l’infirmière et laissent le parquet aux camarades. Du côté de Washington, l’excellente forme du moment – encore inenvisageable il y a deux semaines – ratisse tout sur son passage et les Wizards ne sont plus qu’à trois victoires du Top 8. Ish Smith est absent mais l’idylle que vivent Bradley Beal et Russell Westbrook devrait sans aucun problème faire oublier ce détail, le premier nommé ayant qualifié le marsupilami comme l’un des meilleurs coéquipiers qu’il ait jamais eu. Mouais, le contraire eut été insultant. Enfin, le trio arbitral déclare la fête du cuir ouverte et c’est Moritz Wagner qui inscrit les premiers points du match. Cependant, LeBron James et Marc Gasol répondent tous deux à 3-points, avant que Kuzma – d’un somptueux lay-up – ne vienne confirmer la tendance Lakers. À la fin du premier quart-temps, les Angelinos mènent d’ores et déjà de dix points, puis rajoutent quatre unités juste avant l’entracte. Montrezl Harrell est monstrueux et saccage la peinture de Washington, qui depuis le début de saison souffre de l’absence de Thomas Bryant. Les Wizards sont pour l’instant soporifiques et reflirtent avec leurs vieilles démones. Loin d’être transcendants, Russell Westbrook et Bradley Beal comptent chacun treize et quatorze points (Lakers 63 – 49 Wizards).

Le retour aux affaires est de grâce pour les hommes de la Capitale. S’il fait bon critiquer Scott Brooks, ses conseils lors de la pause semblent avoir changé la donne. Tout l’effectif se sent désormais concerné : Garrison Mathews bombarde de loin, Robin Lopez fait vivre le poste bas et Rui Hachimura confirme son statut d’activiste en multipliant les coupes aussi intelligentes que violentes. Washington défait petit à petit l’écart mais Montrezl Harrell continue de représenter un réel souci : l’intérieur compte déjà 20 points et provoque d’innombrables fautes. Nous sommes au dernier quart-temps et – contre toute attente – c’est Deni Avdija qui permet aux Wizards d’égaliser. L’Israélien pose 8 pions dans les dernières douze minutes et inscrit un 3-points importantissime, à une minute de la fin. Washington mène alors 114-111, quand soudain LeBron décide d’enclencher le mode bovin : un lay-up qui sent la puissance à plein nez, puis un fadeaway bien pensé. Russell Westbrook obtient finalement deux lancers-francs, mais n’en convertit qu’un et nous impose une prolongation. En overtime, la tension se ressent et Kyle Kuzma décide de prendre la rencontre à son compte : deux bouses sur les deux premiers tirs de son équipe, et déjà un déficit de quelques unités à combler. Seulement, même si Bradley Beal est monstrueux, c’est finalement Russell Westbrook qui donne la victoire aux Wizards de par un énorme 2+1 au McDrive. Les rouge-blanc explosent et affichent des sourires bananes : ils viennent de décrocher un cinquième succès consécutif. Bradley Beal termine la rencontre avec 33 points, 7 rebonds, 6 assists et 3 interceptions à 50% au tir dont 40% de loin. Mister West-B quant à lui, enfile un quasi-triple-double avec 32 points, 14 rebonds, 9 assists et 3 interceptions à 50% au tir. Les deux bonshommes deviennent le premier duo des Wizards depuis 2004 à compter chacun au moins 30 points, 5 rebonds et 5 passes dans la même rencontre. Si les Lakers réussissent la passe de trois, c’est cependant dans la mauvaise direction. Comment ça Kyle Kuzma c’est moins fort qu’Anthony Davis ?

Scènes de liesse dans la capitale : Washington décroche une cinquième victoire de suite et peut rêver de Playoffs. Alors oui, ils sont encore à quelques wins de ce Top 8, mais dans le contenu, il n’y a rien à voir avec les Wizards du mois de janvier. Ouh, c’est qu’il va finir par jouer le trophée de MVP, l’ami Beal. 

Stats Lakers - Wizards

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top