Hawks

Preview des Atlanta Hawks 2020-21 : le roster est incroyable et l’upgrade sensible, suffisant pour retrouver les Playoffs dès le mois de juin ?

Trae Young 1er décembre 2020

Le mot d’ordre cette année pour les Hawks ? Progresser, toujours, mais ne pas mettre la charrue avant les Faucons.

Source image : YouTube

Après avoir abordé les matricules des Warriors, des Cavs et des Pistons, on continue notre grand tour du propriétaire avec une halte sur la preview 2020-21 des Hawks. Un automne fantastique dans les bureaux qui laisse augurer de grandes améliorations sur le terrain et dans les résultats, et l’essentiel sera finalement de ne pas mettre la charrue avant les faucons. Objectif Playoffs ? Oh que oui, mais rejouer au basket, déjà.

Pour prendre l’Apéro en causant de la saison des Hawks, c’est par ici !

La saison 2019-20

Intégration de jeunes pépites (Cam Reddish, De’Andre Hunter, un peu de Fernando), confirmation ou explosion d’autres… jeunes pépites (Kevin Huerter, Trae Young évidemment), interrogations autour d’une… bah jeune pépite (John Collins), et un adieu tristounet à une légende de notre sport favori (Vince Carter). Ca c’est pour un bilan individuel rapide, vous avez plein d’infos d’ailleurs dans le lien juste dessus, et pour le bilan collectif disons que, hum, ce fût mi-figue mi-gruyère. La figue pour le plaisir de voir une bande de gamins souvent décomplexés prendre l’aspiration d’un meneur sophomore absolument incroyable, et le gruyère pour une défense qui ferait passer le delta du Nil pour un sentier étriqué. Pire défense de NBA, des valises trop grosses pour n’importe quel Boeing, mais pani pwoblem, l’essentiel était ailleurs, à savoir assurer la pousse des jeunes plantes de la région pour préparer l’avenir.

Les mouvements de l’intersaison

  • Ils sont arrivés : Rajon Rondo, Bogdan Bogdanovic, Kris Dunn, Tony Snell, Danilo Gallinari, Onyeka Okongwu (draft) et Solomon Hill
  • Ils sont partis : Dewayne Dedmon, Vince Carter, Charlie Brown, Jeff teague, Skal Labissière, Damian Jones, Treveon Graham, De’Andre Bembry
  • Ils ont re-signé :

Le roster

  • Meneurs : Trae Young, Rajon Rondo et Brandon Goodwin
  • Arrières : Bogdan Bogdanovic, Kris Dunn, Kevin Huerter, Tony Snell et Skylar Mays (two-way contract)
  • Ailiers : Cam Reddish et De’Andre Hunter
  • Ailiers-forts : John Collins, Danilo Gallinari, Solomon Hill et Nathan Knight (two-way contract)
  • Pivots : Clint Capela,Onyeka Okongwu et Bruno Fernando

En gras les possibles titulaires à chaque poste

La Free Agency

Parbleu, ce fut complètement fou. Si l’on devait établir un classement de cette Free Agency, les Hawks seraient probablement podium. Le roster était rempli de jeunes joueurs au potentiel – au minimum – excitant ? Il est désormais rempli de jeunes joueurs au potentiel – au minimum – excitant, mais également d’une palanquée de joueurs référencés, vétérans et/ou respectés par la street. Clint Capela récupéré lors de la dernière trade deadline et donc en couveuse depuis février, Kris Dunn et son profil de two-way player un peu underground mais terriblement utile, Bogdan Bogdanovic aka l’un des snipers et free agents les plus convoités de toute la NBA cet automne ? Ca c’est pour le plat chaud. Le dessert ? Rajon Rondo et Danilo Gallinari, pas loin de 30 saisons NBA en cumulé, et une belle gueule de CPE pour cette jeune équipe en recherche de cadre. Un coup parfait de la part d’un board qui voulait faire décoller sa franchise en ajoutant de vrais basketteurs à des pioupious plein de promesses mais encore un peu trop frêles pour certains.

La Draft

Là encore l’opération est belle. Avec leur pick 6 les Hawks semblaient se diriger vers des joueurs comme Tyrese Haliburton ou Deni Avdija, souvent cités dans les différentes mocks drafts, mais c’est finalement Onyeka Okongwu qui débarque en Géorgie après avoir vu sa cote légèrement chuter après l’annonce d’éventuels soucis au pied. L’ancien prospect d’USC ramène donc son statut d’adulte (22 ans déjà), ses 2m06, ses 115 kilos de barbaque et quelques belles comparaisons avec Bam Adebayo dans la peinture des Hawks, un choix pas forcément flashy mais qui semble une fois de plus plutôt très bien réfléchi.

Le point sur l’infirmerie, par le Docteur Q

Quand on s’intéresse à l’infirmerie d’Atlanta la saison dernière, les deux joueurs dont les cas sont les plus intéressants à aborder sont Kevin Huerter et Clint Capela. Huerter ? Onze matchs ratés pour une blessure à l’épaule gauche et une atteinte de la capsule et de la coiffe des rotateurs. Le sniper est bien revenu après sa blessure, pas d’inquiétude particulière pour la saison prochaine. Quant à Clint, il n’a pas encore pu porter le maillot des Hawks sur les parquets car il est arrivé des Rockets avec une fasciite plantaire, une inflammation au niveau de la voûte du pied et une contusion osseuse. Sa rééducation a pris du retard à cause du confinement mais les dernières nouvelles sont rassurantes. En effet, Capela a participé sans soucis au mini-camp d’entraînement de septembre à Atlanta. Les fans des Hawks peuvent aborder la reprise avec le moral, leur infirmerie est vide et tous leurs joueurs sont à 100%, on espère que ça durera.

Salary recap

salaires Hawks 30 novembre 2020

 

Les Playoffs cette année, c’est trop demander ?

On y est. Après quatre saisons dans le dur succédant à dix qualifications successives en Playoffs, succédant elles-mêmes à huit saisons de disette (on a compris, Atlanta est une franchise de séries), revoilà les Hawks dans une discussion sérieuse, une discussion où ça parle basket. On le disait plus haut, la section junior a été rejointe par des mecs qui savent gagner, et désormais Lloyd Pierce a sous la main un roster complet, fait de postes doublés, voire triplés, voire… quadruplés, et on en profite pour faire la bise à Kevin Huerter et ses dix minutes de moins la saison prochaine. Concrètement ? Les Hawks crient sous les toits leur objectif de Playoffs, tout simplement parce que le délire ne semble pas impossible, loin de là. Bucks, Heat, Celtics, Sixers, Raptors, Nets, Pacers, ça fait sept le compte est bon, et si aucune garantie n’existe sur la présence au printemps prochain de ses sept équipes aux places 1 à 7, disons que pour le reste du tableau absolument personne n’est en mesure de s’aligner sur la qualité du roster des Hawks. Un tier 2 de franchises pourrait se dégager, Wizards, Bulls, Hornets, Hawks histoire de se mouiller, et très clairement on voit bien les Hawks prendre le lead de ces « teams Intertoto. » Y’a de vraies garanties dans cette équipe, un équilibre à trouver évidemment, mais difficile d’imaginer une demi-douzaine de joueurs référencés se… déréférencer du jour au lendemain, difficile de ne pas imaginer Trae Young continuer sur son incroyable rythme, difficile aussi de ne pas imaginer Cam Reddish s’inscrire définitivement dans la catégorie two-way players de luxe, et on ne parle même pas du potentiel carnage sur pick and roll du duo Trae Young / Clint Capela et des dizaines de lineups possibles pour Lloyd Pierce. Pour résumer ? La hype est là hein, clairement, mais l’objectif sera dans un premier temps de se réinscrire sur la carte, la carte de la NBA, pas celle des villes dans lesquelles il fait bon venir claquer un blow-out entre deux sorties au strip-club. Les résultats ? Ils viendront, assurément, reste à savoir si c’est – déjà – pour cette année.

Le pronostic du rédacteur

36 victoires et 36 défaites, une élimination au premier tour des Playoffs mais, bordel, qu’est-ce que c’est bon d’y retourner.

A 19 jours de la reprise, il souffle donc un vent agréable en Géorgie, qui pourrait même ramener les Playoffs dans la région dès cette année. Jeunes Faucons attention de ne pas vous brûler les ailes, car sur le papier tout est là pour un résultat positif dans quelques mois. Le focus est posé, attention, on vous surveille.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top