Draft NBA

À quelques jours de la Draft, Killian Hayes est toujours dans le flou : petit coup d’Hayes sur ses potentielles destinations

Killian Hayes

Petit coup d’Hayes sur les potentielles destinations du Français.

source : YouTube BBL

À moins d’une semaine de la soixante-dixième Draft NBA, tout s’accélère. Si le choix de certaines franchises apparait comme évident, d’autres tournent et retournent le problème dans tous les sens. Un jeu auquel se prête toute la grande famille du basket : de Michael Jordan et son petit côté « basketix » qui ressort chaque saison à ton pote qui ne connait pas les règles et te redemande toutes les quinze minutes pourquoi Marcin Gortat ne peut pas être pick, la hype est totale. Cependant, elle l’est encore davantage quand un petit frenchie se glisse au beau milieu de notre marasme préféré. À quelques jours du plus beau jour de sa vie, Killian Hayes est encore dans le flou. On fait le point. 

En février dernier, Killian s’envole pour sa Floride natale. C’est à Lakeland, là où tout a commencé, que Kill y retrouve la famille. L’arrêt des compétitions vient de lancer un compte à rebours dans la tête du jeune homme : son prochain match officiel sera en NBA. Dès lors, quand il ne résulte pas d’un entraînement intense, le repos n’est plus légitime dans le quotidien de Killian. Mais en fâcheux contretemps, la crise sanitaire vient toquer à la porte du meneur qui se retrouve confiné. Ainsi, le jeu à plusieurs étant interdit, il faut faire preuve de créativité et trouver de la motivation même dans les exercices les plus simples. Killian fait sans doute partie des 2% de la population qui ne mentent pas lorsqu’il est écrit « exercice physique » sur l’attestation. Pour preuve, le guard fait d’un terrain de beach-volley, sa nouvelle piste d’athlétisme.

L’été arrive et les affaires reprennent de plus belle : Killian retrouve son gymnase, la salle de muscu et Dwayne Bacon. Le dernier blaze n’est pas une vanne et même s’il existe plus sexy, se préparer aux rixes NBA avec un joueur NBA, c’est cohérent. Depuis, c’est silence radio : Kill bosse dans l’ombre, enchaîne les séances et gagne indubitablement en athlétisme. Les stories Insta sont peu nombreuses mais la découverte de highlights par les médias ricains suffit à faire parler du français. Très justement, on pointe du doigt son jet des sept mètres. Plus injustement, on critique son premier pas et un prétendu « manque d’explosivité ». Son profil de grand poste 1, très recherché dans la NBA actuelle, accentue un peu plus l’imbroglio autour de sa future destination. Il n’est pas de Van Gogh et pourtant le tableau de Draft ne nous autorise que quelques impressions. Mais, paraît-il qu’il suffit d’un esprit créatif pour que d’une impression l’on devine un horizon.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Shawn Faust (@ihandle_shawnfaust)

La piste Bulls en quatrième position : 30% de chance

Nous sommes d’accord, le backcourt des Bulls est déjà squatté par Zach LaVine et Coby White. Seulement, « derrière deux trains se cache rarement un troisième » et choisir Killian Hayes en quatrième position permettrait de gagner en profondeur d’effectif. Chicago manque cruellement de défense sur les lignes arrières et les longs segments du natif de Lakeland pourraient imposer une constante défensive dans l’Illinois. Mieux encore, le volume de jeu de Killian soulage habituellement ses coéquipiers qui ont moins de courses à effectuer : un gain d’énergie non-négligeable dans le jeu de LaVine et White. L’un des atouts majeurs de Hayes reste sa vision de jeu sur pick-and-roll, et il serait intéressant de le voir échanger avec la raquette des taureaux : 70% des tirs rentrés par Lauri Markkanen et Wendell Carter Jr. la saison passée… résultaient d’une passe décisive. Tous les voyants semblent au vert, donc, pour une éventuelle sélection de Killian Hayes en quatrième position de la Draft. Et le principal intéressé, il en dit quoi ?

« Je pense que je pourrais bien aller avec des gars comme Coby White et Zach LaVine qui peuvent conclure les actions. Lauri Markkanen peut s’écarter et tirer à 3-points, il est plutôt grand et athlétique, on peut lui envoyer des lobs. Ouais, je peux vraiment faire partie de ce groupe. » – Killian Hayes

La piste Detroit en septième position : 30% de chance

Detroit, ville du moteur, l’endroit où il ne faut pas ouvrir sans toquer sous peine de tomber nez-à-nez avec un mécano plein de cambouis sur les mains. Elle est à ce jour l’une des pistes les plus crédibles pour le futur de notre rising star qui y a déjà effectué un workout. Devant la presse ce jeudi, Killian s’est montré aussi enthousiaste que nous lorsqu’il était question de rejoindre la franchise du Michigan. En cause, la possibilité d’évoluer aux côtés de son gars, Sekou Doumbouya.

« J’ai l’impression qu’avec lui, ce serait vraiment plus facile de m’adapter puisque je le connais bien et que lui connait la ville de Detroit. Il sait comment ça se passe. Je serais immédiatement à l’aise. Et jouer avec lui, ce serait vraiment fun. Sekou est un super mec, je l’adore, c’est mon gars. » – Killian Hayes

Puisqu’il faut satisfaire les deux partis, penchons-nous sur les exigences côté Pistons. Il y a deux semaines, The Ringer balançait l’info comme quoi Detroit cherchait à se renforcer sur les lignes arrières, notamment dans la création pure. Dès lors, quatre noms sont isolés : LaMelo Ball, Axel Julien, Deni Avdija et Killian Hayes. Nul doute que le blaze de Ball sera sorti bien avant le septième choix. Concernant Axel Julien, le meneur est en pleine bourre avec la JDA et pas sûr qu’il soit prêt à troquer l’église Saint-Michel et sa Mie Câline contre une banlieue de motards beaufs et inciviques. Deni Avdija, quant à lui, est un joueur intérieur et même si la création est figure de proue dans son jeu, il reste peu probable qu’il soit encore dispo à ce stade de la soirée. Et même s’il l’était, le choix est loin d’être évident : entre une bouteille d’eau dans le désert et un steak-frites à la cantoche, la question subsiste. Beaucoup pensent même que Detroit souhaite privilégier Killian à l’Israélien. Pourquoi ? Parce que Jordan McRae, Jordan Bone, Sviatoslav Mykhailiuk, Bruce Brown Jr et Khyri Thomas. C’était la liste trop longue et trop courte des bonhommes qui épaulent Derrick Rose dans sa quête de régularité sur le backcourt. Bref, l’arrivée de Kiki dans le Michigan ferait souffler un vent nouveau sur une ligne arrière, rouillée depuis bien trop longtemps.

La piste Knicks en huitième position : 15% de chance

Les Knicks c’est comme reprendre de la viande au dessert, tu sais que ça ne le fera pas mais juste pour le symbole t’as envie d’essayer. C’est d’ailleurs une atmosphère très manichéenne qui s’installe au moment d’évoquer le club de la Big Apple : soit tu kiffes l’histoire de la franchise et les vacances en avril, soit tu pleures. Partons du principe que New York est apprécié de Killian, mais quid de l’inverse ? A-t-il les épaules pour rester de marbre face à cette pression constante, imposée par les tabloïds et le rythme de vie à Gotham ? Just a kid from Cholet peut-il réellement candidater comme le renouveau d’une franchise au lourd passif historique ? Le plus simple, c’est de demander à ceux qui le côtoient quotidiennement. Depuis trois ans, Will Bynum joue un rôle de mentor auprès de Kill, celui du coach doté d’une expérience non-négligeable en NBA, et en parfaite connaissance de l’ampleur exacte du défi que son poulain doit relever. Quant à Shawn Faust, coach de dextérité très réputé – mais un peu moins que David Bonnel quand même – il s’associe à Will Bynum sur le pourquoi du comment Killian peut réussir chez les Knicks. 

« J’adore Killian. Il est comme un Kobe Bryant qui a grandi en Italie et qui a grandi dans le basket parce que son père jouait à haut niveau. Le fait qu’il ait grandi dans ce milieu le rend un peu différent. Quand on compare, du point de vue mental, il a une formation similaire à celle de Kobe. » – Will Bynum

« L’une des plus grandes forces de Killian est d’être capable de jouer malgré les difficultés, et de s’adapter et de se recentrer lorsqu’il a des difficultés, parce que cela fait partie du jeu. Il n’en a pas beaucoup parce qu’il est un très bon joueur, mais il réussit très bien à s’en sortir quand il en a. » – Shawn Faust

Allez, on croise fort les doigts du côté de la Big Apple et on envoie des nudes à Troy Weaver pour qu’il fasse l’aveugle au moment de sélectionner Kiki.

La piste Suns en dixième position : 10% de chance

Là c’est le moment du papier où Élie Okobo appelle le GM de Pau pour savoir s’il est encore titulaire en cas de retour. Stop, tout bouge encore du côté de Phoenix. Ce mardi, on apprend que la franchise d’Arizona s’intéresse à Chris Paul, rumeur qui, si elle s’avère être vraie, décrédibiliserait totalement ce gros titre orange. Eh oui, Killian Hayes x Devin Booker : c’est jeune, sexy et ça vend du tissu, mais visiblement placé sous trop de conditions. D’abord, Chicago, Detroit et New York devraient faire l’impasse sur le Frenchie, chose quasi-impossible et ça, James Jones le sait bien. Du coup, le GM des Suns songe sérieusement à troquer quelques pions contre le septième choix des Pistons. Encore faudrait-il que Chicago ne sélectionne pas Kiki en quatrième position et ça à la limite, c’est encore possible. De notre côté, Hayes à Phoenix c’est un grand OUI : gratter des assists pas trop difficiles en servant Deandre Ayton au poste bas, développer une belle complicité sur le backcourt avec monsieur Devin Jenner Booker et enfin candidater aux Playoffs dès sa saison rookie… un chemin doré pour Killian.

« Why not ? »

La piste Wizards en neuvième position : 5% de chance.

La piste Hornets en troisième position : 5% de chance.

La piste Cavaliers en cinquième position : 5% de chance.

La piste Atlanta en sixième position : <5% de chance.

Mocks draft

SB Nation et NBC Sports annoncent Killian Hayes en quatrième position, chez les Chicago Bulls.

Bleacher Report annonce Killian Hayes en septième position, chez… les Phoenix Suns. Un trade est évoqué où Detroit envoie son pick 7 et Luke Kennard contre un premier tour de Draft 2022 (top 7 protégé).

Forbes annonce Killian Hayes en septième position, chez les Detroit Pistons.

TradeNBA annonce Killian Hayes en neuvième position chez les Washington Wizards.

The Athletic et Tankathon annoncent Killian Hayes en dixième position, chez les Phoenix Suns.

ESPN annonce Killian Hayes en douzième position, chez les Sacramento Kings.

On ne pouvait espérer mieux que de l’incertitude. C’est toujours kiffant de se poser sur son canapé le soir de la Draft, sans véritablement savoir où les Français vont se retrouver. Mais « une franchise NBA est une franchise NBA » ne cesse de rappeler Killian, qui voit cette Draft non pas comme une finalité, mais seulement une étape. Mamba mentality, comme dirait l’autre.

Sources : ESPN & NBA on ESPN (YouTube) / Bleacher Report / Bein Sports YouTube / Shawn Faust Instagram (stories & post) / NBC Sports / SNY TV / Detroit Free Press / Tankathon / Trade NBA / NBAdraftroom.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top