Grizzlies

Les Celtics envoient Memphis dans les cordes : officiel, les Oursons peuvent désormais céder à la panique

Ja Morant

Ouais, tu peux faire la tronche.

Source image : NBA League Pass

C’était un match d’une importance capitale pour les Grizzlies. Car en cas de défaite face aux Celtics, ça pourrait se faire sacrément flipper avant le play-in. Au final ? Pour une victoire il faudra repasser, et surtout ne pas venir râler qu’en face c’était costaud, car c’est bien toute seule que l’équipe de Memphis s’est sabordée. Désolant. 

Ça a dû faire gloups dans l’hôtel des Oursons quand les médias ont annoncé que personne chez les Celtics ne serait notablement ménagé ce soir. Ce qui est sûr, c’est qu’il faudra donc rentrer dans le match tout de suite. Dans les faits ? Un départ on ne peut plus claqué de Memphis, la faute à des possessions mal gérées, et un Dillon Brooks qui bouffe les balles comme Enes Kanter s’enfile les Big Mac. Une, deux, trois briques : ça suffit, temps mort demandé par Taylor Jenkins, pour éviter que le Dillon nous monte un mur d’ici la fin du quart. Malheureusement, en face c’est une toute autre histoire : rigueur, shoots pris quand le jeu le demande, séquences défensives plutôt correctes. Vous nous demanderez alors, qu’est-ce qui empêche les Grizzlies de complètement sombrer ? Un peu de magie de Ja Morant, dans ses standards puisqu’il finira la partie en double double à 26 points, 4 rebonds et 13 passes. Il est également bien secondé sous le panier par un Jonas Valanciunas déjà à 9 points et 8 rebonds à la mi-temps, et il n’en fallait pas moins pour compenser le sale 17/51 au shoot proposé par son équipe dans les 24 premières minutes. Néanmoins, après avoir compté un grosse vingtaine d’unités de retards sur l’adversaire du soir, les Oursons réduisent un peu l’écart en profitant d’un relâchement défensif assez logique des Celtics, pas question de trop se cramer avant samedi. Score à la mi-temps 56-40 pour les représentants du Massachusetts, et c’est bien mérité.

Maintenant on va se poser deux secondes, et on va essayer de se demander pourquoi, dans un match qui revêt un enjeu quand même assez important pour Memphis, ça se permet d’envoyer, au bout de cinq secondes de possession, des avions qui rendraient jaloux les ingénieurs d’Airbus et de Boeing. Les mecs ont quand même Jonas Valanciunas, qui est quand même loin d’être un peintre, pour casser du Vert à l’intérieur, mais préfèrent se taper un kiff à 3-points en mode pull up jumper en transition à la Curry. Sympa l’hommage au double MVP, mais pas sûr que ça le fasse bouger de San Francisco. Voilà, désolé Jojo et Anthony Tolliver, mais ce soir si vous voulez tâter le cuir orange faudra s’arracher au rebond et mériter les ballons. Et pour la suite du match ? Bah c’est Jayson Tatum qui pose une mixtape contre des types qui sont à la rue dès que le jeu des Celtiques passe la deuxième. Le bougre finira donc à 29 points, 6 rebonds, 2 passes, le tout en 29 minutes, parce que flemme de jouer trop, faudrait pas commencer à transpirer non plus. Même les remplaçants de Boston arrivent à maîtriser le tempo, c’est dire à quel point en face ça n’a pas été au niveau ce soir. Victoire 122-107 des Celtics, et on peut donc désormais dire que les Grizzlies ont officiellement les pétoches.

Vous le cherchiez, vous l’avez : la pression de la victoire obligatoire, et une perte de contrôle partielle de votre destin. Bravo les Grizzlies, parce que vous vous offrez par la même occasion le droit de rentrer dans le Tennessee dès samedi, et ça c’est pas cool du tout.

stats Grizzlies Celtics 12 août 2020

1 Comment

1 Comment

  1. Vatou

    12 août 2020 à 9 h 15 min at 9 h 15 min

    JJJ est plus là aussi…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top