Draft NBA

Les Knicks, destination idéale pour LaMelo Ball selon LaVar : le daron veut bien s’occuper du poste de coach en bonus

Lavar Ball

La prise de Doliprane est conseillée…

Source image : YouTube

La décla’ philosophique du jour nous est signée LaVar. Le daron avait envie de parler, pour une fois. Avec la Draft déplacée en octobre, le père de LaMelo Ball se prépare doucement et commence à dégainer de jolies blagues. Selon lui, New York serait la destination idéale pour Melo (pas Carmelo, on vous rassure… ou pas) ainsi que pour ses deux autres fistons. Un trio Ball et LaVar en costume de coach aux Knicks, ça vous tente ?

Joli début de matinée, le soleil est au rendez-vous, la journée s’annonce belle avec des températures plutôt basses pour la saison. Désolé de piquer la place de Louis Bodin mais un gros orage va s’abattre dans les prochaines semaines. Son nom : LaVar Ball. Le daron le plus relou de la planète est de retour. Après quelques semaines sans donner trop de nouvelles, le papa de Lonzo, LaMelo et LiAngelo a lâché encore quelques pépites ces derniers jours. Normal, Ball préchauffe doucement à quelques semaines de la Draft qui aura lieu le 16 octobre et qui verra la participation du petit dernier de la famille. LaMelo Ball est annoncé Top 3 dans plusieurs mock Drafts. Direction Golden State ? New York ? Chicago ? Visiblement, aller dans la Grosse Pomme plairait beaucoup à papa Ball, comme il l’a confié dans le podcast « Say Less with Kaz« . Pire nom de podcast ever surtout quand ton invité s’appelle LaVar Ball…

« Oh oui [New York est la destination parfaite pour Melo, ndlr]. Ils n’ont rien. La dernière fois qu’ils ont remporté le titre, c’était dans les années 1970. Il doivent faire un virage à 180° là-bas. LaMelo peut jouer avec n’importe qui. Je voudrais le voir jouer avec LiAngelo, car si vous avez Melo, vous obtenez Gelo. […] Vous aurez même une chance d’obtenir Zo [Lonzo Ball]. Il ne suffit pas d’une seule personne pour changer une franchise. Il faut changer toute la culture, et c’est ce que vous pouvez avoir en prenant mes trois fils. Mes trois garçons dans la même équipe ? Qui ne va pas regarder ce spectacle ? Ce serait le plus grand spectacle de l’histoire de la NBA. »

Que c’est long et douloureux de traduire les propos du daron, il a dû en louper des cours d’anglais. Juste pour la blague, on imagine dix secondes la chose, le trio Ball + le daron dans l’univers toxique de New York. Niveau mariage idéal, on se situe entre Kris Humphries et Kim Kardashian et l’union de Dennis Rodman avec Carmen Electra. Si LaMelo est un prospect intéressant de la prochaine Draft et Lonzo un très bon meneur de jeu, LiAngelo est sûrement un peu court pour intégrer un roster NBA et c’est pour ça que le père essaye de faire un prix de lot. LaVar a sûrement un peu trop regardé Joséphine Ange Gardien, croyant qu’il peut tout réussir en un claquement de doigt. L’aventure de Zo aux Lakers n’a vraiment pas rassuré, le niveau du joueur n’étant pas le problème mais plutôt ce père envahissant, irrespectueux et qui ne pense qu’à vendre des chaussures à 500 dollars la paire. Sauf que quand il faut changer quatre fois de pompes dans un match, ça commence vraiment à faire cher… Une fois libéré et délivré de son papa, le meneur s’est éclaté aux Pelicans cette saison et devrait continuer de nous régaler avec de jolis caviars. Côté Knicks, LaMelo est une cible potentielle à la Draft… mais pas LiAngelo. Il y’a déjà eu assez de dégâts dans la Big Apple ces dernières années. Signez plutôt Ron Baker que toute la famille Ball, et là on pourra parler de Finales NBA.

On ne veut pas juger LaMelo trop vite, mais le garçon devra vite s’extirper de la pression de son paternel. Histoire qu’on se concentre uniquement sur sa carrière de basketteur.

Source texte : « Say Less with Kaz » via SNY

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top