Pelicans

David Griffin promet que le meilleur reste à venir pour les Pelicans : il faudra juste surveiller le poids de Zion à la fin du confinement

Pelicans Zion

Les Pelicans prennent peu à peu leurs marques, attention au nouveau Big Three !

Source image : YouTube/ ESPN

Comme le reste des franchises, les Pelicans ont vu leur saison s’arrêter brutalement à cause de la suspension de la Ligue il y a un mois. Actuellement dixièmes de la Conférence Ouest à la lutte pour les Playoffs avec les Blazers, les Grizzlies et les Kings, David Griffin estime que cette pause arrive à un moment où Jrue Holiday et la Nouvelle-Orléans avaient trouvé leur rythme de croisière.

Zion Williamson avait rejoint les rangs le 22 janvier dernier lors d’un match à domicile contre les Spurs. Depuis son retour, les hommes de Louisiane affichent un bilan de onze victoires pour neuf défaites avec des gros coups contre Boston, Portland (deux fois) et Miami. L’équipe restait sur deux wins de suite avant la pause forcée, sous l’impulsion d’un Jrue Holiday des beaux jours et d’un Zion en mode beast.

Retour au port pour Zion et les autres

Avec seulement 3,5 matchs de retard du dernier spot de Playoffs, les Pelicans avaient un calendrier pas très compliqué sur cette fin de saison. Les matchs qui s’annonçaient les plus durs ? Le Jazz, les Clippers et les Sixers. Trois rencontres sur les 18 restantes, pas étonnant alors que l’ancien GM de Cleveland soit un peu dégoûté. On ne dit pas qu’ils auraient gagné les 15 autres matchs les doigts dans le nez mais le calendrier était plutôt favorable. Ils devaient jouer les Kings à deux reprises et même tarif concernant les Grizzlies, deux adversaires directs dans la course à la huitième place. Un sprint final qui aurait pu être hardcore à l’Ouest (comme tous les ans en fait), nous permettant une fois de plus de nous régaler devant notre écran. Mais même si la saison venait à être annulée, David Griffin considère déjà cette campagne comme une réussite malgré l’absence de qualification en Playoffs au micro d’Andrew Lopez pour ESPN.

« Durant la première partie de saison nous avons eu un calendrier compliqué avec beaucoup de matchs perdus à cause des blessures. Nous avons eu beaucoup de matchs où il nous manquait sept ou huit joueurs majeurs de l’effectif, beaucoup de matchs sans six [joueurs, ndlr], sans cinq [joueurs]. Alvin et Chris Finch [assistant coach] ont dû jongler avec l’effectif. »

Avant le retour du numéro 1 de la Draft 2019, l’équipe affichait un bilan de 17 victoires pour 27 défaites malgré l’explosion de Brandon Ingram. Effectivement, le calendrier n’a pas facilité la vie de NOLA et c’est ainsi qu’ils se retrouvent dans le ventre mou de la Conférence Ouest, aux alentours de la onzième place. Même avec le retour de Zion et à seulement 3,5 matchs des Playoffs, pas sûr que cette place soit le réel objectif de cette campagne 2019-20. Construire une alchimie est primordial dans l’équipe en vu de se battre pour la postseason la saison prochaine.

Les joueurs en télétravail

Comme une grande partie d’entre nous, les joueurs de la Grande Ligue sont en télétravail pendant le confinement, pour ne pas perdre la forme et aussi ne pas perdre la tête. En fait les Pelicans ne veulent surtout pas que Zion mange n’importe quoi, ce serait bête que le cheval sur lequel ils ont misé ressorte de chez lui en ressemblant au Shaq d’aujourd’hui… Déjà qu’il est le troisième joueur le plus lourd de la Ligue derrière Tacko et Boban avec 130 kilos, il ne faudrait pas qu’il en prenne plus. Comme les autres franchises, le staff est aux petits oignons avec les joueurs.

« Jason Sumerlin, notre entraîneur physique, a fait des exercices sur Zoom avec nos joueurs, les aidant à rester concentrés sur leur forme physique, et en fait, une chose intéressante, nous avons vu un grand nombre de nos joueurs acheter de l’équipement pour leur maison dès que les centres d’entraînement ont fermé.« 

Tous ces moyens sont mis en place dans le but de limiter la casse si jamais la saison venait à reprendre, même si les efforts fournis à domicile seront toujours moins importants que ceux sur un parquet. Le bayou ne veut pas connaître un début de saison comme celle de 2019, eux qui avaient perdu 22 matchs en 28 rencontres avec une défense catastrophique, peut-on même parler de défense à ce moment ? Les Pels ont leur Big Three pour l’avenir et il faudra maintenant l’encadrer, réussir à le faire évoluer et SURTOUT éviter les blessures.

Pour David Griffin la campagne 2019-20 est loin d’être gâchée même si le meilleur de son équipe reste encore à venir. En période de reconstruction les résultats sont même assez encourageants si l’on regarde la fin de saison avec un roster quasi complet. Les Pelicans emmenés par Zion et Brandon Ingram pourraient causer de nombreux problèmes dans les années à venir.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top