Timberwolves

Le maillot de Kevin Garnett retiré chez les Wolves ? Non merci, pas tant que Glen Taylor sera dans le coin

Kevin Garnett

C’est même plus des balles, c’est des roquettes à ce niveau là.

Source image : Twitter

2020 est vraiment l’année de toutes les consécrations pour Kevin Garnett. Retrait de maillot à… Boston, why not. Hall of Famer, mérité. Eh mais attendez, il ne manque pas un truc là ? Woops, c’était la question à ne pas poser.

L’année civile n’a débuté que depuis trois mois mais elle est déjà absolument pourave pour tous les fans NBA. La pandémie de coronavirus a obligé le monde du sport à se mettre sur pause et on ne vous parle même plus du décès tragique de Kobe Bryant ou de David Stern. Mais pour certains, au milieu de tant de malheurs, des petites annonces viennent quand même éclaircir le ciel gris de ce début de décennie. C’est le cas notamment pour Kevin Garnett. Légende vivante dans le Minnesota, trashtalker all-time, 2020 est l’année des honneurs pour le Big Ticket. Tout d’abord, on a appris que son maillot numéro 5 allait être accroché au plafond du TD Garden. Un choix discutable mais qui semble logique au vu de son apport à Beantown. Six saisons de pure défense, récompensées par un titre de DPOY en 2008 et une bague – sa seule d’ailleurs – avec Paul Pierce et ses Celtics la même année. Évidement, les fans des Timberwolves l’ont mauvaise de s’être fait piquer l’idée par une autre franchise et ont réclamé au front office d’en faire de même avec le numéro 21 de leur ancienne gloire. Malheureusement pour les loups, KG ne voit pas cette cérémonie d’un très bon oeil. Dans une longue interview bourrée de pépites au micro de Shams Charania pour The Athletic, il a affirmé ne toujours pas avoir pardonné au proprio de l’équipe Glenn Taylor… Une sombre affaire qui date de 2016.

« Glenn sait où j’en suis. Ça ne m’enchante pas. D’une part, je pense que ce n’est pas authentique. Puis, je suppose qu’il subit la pression des fans et des nombreux fans de là-bas. Glen et moi avions un accord avant la mort de Flip [Saunders, ndlr], et quand Flip est mort, cet accord est parti en fumée. Pour ça, je ne pardonnerai jamais à Glen. Je pensais que c’était un homme droit, un businessman droit, mais quand Flip est mort, tout est parti avec lui. »

Plutôt rancunier le Kéké. Le désaccord date d’il y a quatre ans. Revenu au bercail après un passage fructueux à Boston, Garnett passe un accord tacite avec le propriétaire pour une future reconversion dans le management de la franchise à la fin de sa carrière et l’entrée dans le capital des Wolves en tant que propriétaire minoritaire. Mais après le triste décès de son mentor Flip Saunders, Taylor ne tient pas promesse et préfère donner les pleins pouvoirs à Tom Thibodeau en tant que coach et GM. Un choix discutable qui est toujours resté en travers de la gorge de KG. Récemment annoncé dans la classe 2020 du Hall of Fame aux cotés des illustres inconnus que sont Kobe Bryant et Tim Duncan, Kevin Garnett reste sans doute le meilleur joueur de l’histoire des Wolves. Encore aujourd’hui en tête de toutes les catégories all-time de la franchise, les 14 années passées là-bas et l’impact sportif comme culturel du bonhomme sur la ville resteront gravés dans la roche comme dirait l’autre. Et l’amour que lui portent les fans est bien réciproque, mais il n’oublie pas ce que lui a fait Taylor.

« Je chéris mes années dans le Minnesota et au sein de cette communauté. À ce stade, je ne veux pas de relation avec Glen Taylor ni avec son entreprise, ou même quoi que ce soit qui ait à voir avec lui. J’aime mes Timberwolves, j’aimerais toujours mes gars, les gens qui ont tout donné avec moi là-bas. J’aurai toujours une place spéciale pour la ville de Minneapolis dans mon coeur. »

Pas connu pour avoir sa langue dans sa poche, elle est même plutôt bien pendue en fait. Dès lors qu’il est en présence d’un micro, Kevin Garnett a toujours quelque chose à dire. Punchline par-ci, punchline par-là tout le monde en prend pour son grade. Mais cette fois-ci, c’est bien le propriétaire des Wolves qui en a pris plein la gueule. Courage garçon.

« Je ne fais pas affaire avec des serpents. Je ne fais pas affaire avec des putains de serpents. J’essaye de ne pas faire affaire avec des serpents ou des gens qui y ressemblent. »

On pense qu’il a compris le message… Et puis en fait, les serpents c’est bien une histoire de Kevin apparemment. Verra-t-on le maillot 21 au plafond du Target Center un jour ? Sûrement pas tant que Glen Taylor sera là, c’est bien dommage.

Donc Kevin Garnett détruit gentiment Glen Taylor avec une petite phase digne de Rap Contenders. Le retrait du maillot du MC aux Wolves, c’est pas pour demain apparemment.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top