Nuggets

Carmelo Anthony se voyait gagner le titre avec les Nuggets en 2009 : pas de chance, Kobe en a décidé autrement

Carmelo Anthony

Melo n’aura finalement pas réussi à passer l’ogre Lakers et n’a donc toujours pas de bague à ce jour.

Source image : YouTube

Carmelo Anthony était l’invité du live Instagram de Dwyane Wade dernièrement et l’actuel joueur des Blazers est revenu sur ses années passées à Denver, où il se voyait vraiment atteindre les Finales de 2009 et soulever le titre suprême. Malheureusement, les Nuggets se casseront le nez contre les Lakers de Kobe Bryant en finale de conférence. Retour à la fin des années 2000.

Soyons francs. Carmelo Anthony était le franchise player d’une équipe qui ne faisait pas grand chose en Playoffs, pendant la décennie 2000. Drafté en 2003 en troisième position par les Nuggets de Denver, il y restera sept années avant de rejoindre les Knicks pour la saison 2010-11. Il aura disputé les phases finales chaque année, mais sans passer le moindre tour. Sauf en 2009, où tout va basculer. Ce n’était pas sa meilleure saison en carrière à titre individuel, mais Melo avait réussi à rendre son équipe et ses coéquipiers meilleurs, avec l’aide d’un Chauncey Billups rayonnant. Les gars des rocheuses, et notamment un certain Gérard Smith, finiront deuxième de la Conférence Ouest derrière les Lakers, qui comptaient onze matchs d’avance sur l’équipe de Denver. Un premier tour de postseason était alors prévu contre les Hornets de La Nouvelle-Orléans de Chris Paul, Tyson Chandler, David West et Peja Stojakovic.

Une formalité

Le premier tour sera géré de long en large par Melo et ses potes. 4-1 au final, première qualification pour le deuxième tour depuis 1994 et surtout, record d’écart de points dans un match de Playoffs avec la démolition des Hornets chez eux (121 à 63). Dans cette série en cinq matchs, le produit de Syracuse tournera à 24 pions, 6 rebonds, 5,2 caviars et quasiment 2 interceptions de moyenne. Le deuxième tour ? Ramenez Dallas, 4-1 encore pour l’équipe composée de Billups, Nene, Kenyon Martin ou Chris Andersen. Dirk était un peu seul pour rivaliser avec les Gérard de Denver et ce sont donc ces derniers qui ramèneront une qualification en finale de conférence, une première depuis 1984. Sur cette série, le numéro 15 posera des moyennes de 30 points, 6,8 rebonds, 3,4 passes décisives et 2,2 vols de ballons. Après s’être baladé pendant ces deux premiers tours, il fallait donc affronter le meilleur bilan de la West Coast, les terribles Los Angeles Lakers.

Carmelo y croyait dur comme fer

Avant de vous raconter les exploits de Melo, revenons il y a quelques jours sur le réseau social préféré de tes influenceuses préférées, Instagram. Comme dit précédemment, Anthony était en live avec son pote du banana boat D-Wade, les deux hommes discutant de choses et d’autre, comme une quasi-noyade par exemple. Vint alors le fameux sujet, celui de la saison 2009 où l’ailier se voyait clairement toucher le Larry O’Brien Trophy de ses propres mains.

« J’étais fou, car nous étions censés les battre cette année-là. Je n’aime pas dire ‘nous aurions dû’. Je n’aime pas dire ça. Mais quand vous réévaluez tout… Nous voulions vraiment affronter Orlando lors de ces Finales cette année-là. Nous nous disions que si nous gagnions le premier match à Los Angeles ou le deuxième, nous retournions à Denver et nous allions les balayer.’ Nous allions les battre. Nous allions les battre cette année-là si nous avions gagné à L.A. Si nous avions gagné les deux matchs, nous les aurions battus. Et nous aurions sweepé Orlando cette année-là. »

Un peu méchant contre le Magic qui était une belle armée poussée par un énorme Dwight, mais vous l’aurez surtout compris, il n’y aura pas de miracle face à Kobe et ses coéquipiers. Une série en six matchs et un Melo à 27,5 points, 4,8 rebonds et 3,7 passes décisives n’aura pas été suffisant pour venir à bout des purple and gold. Il faut dire que Pau Gasol, Lamar Odom et Derek Fisher n’auront pas été tendres avec les montagnards, même s’ils ont laissé Melo prendre un match au Staples Center. Il faut dire que le Mamba tournait à 34 points, 5,8 rebonds et 5,8 caviars lors des 6 matchs disputés entre les deux équipes. Les Californiens iront donc affronter le Magic de Howard, ayant triomphé tour après tour des 76ers, des Celtics et enfin des Cavs de LeBron James. Des Finales remportées 4-1 par Kobe, qui sera ensuite élu MVP de la série, casquette enfoncée sur le crâne.

Auteur de sa meilleure campagne de Playoffs lors de cette année 2009, Carmelo Anthony n’aura jamais réussi à faire mieux qu’une finale de conférence dans sa carrière. Même si son aventure n’est pas finie, il sera difficile d’atteindre à nouveau ce stade de la compétition avec une équipe comme Portland, s’il reste dans la ville de l’Oregon. Avec des « si » on refait le monde et avec des « si » Derrick Rose serait encore à Chicago et aurait déjà ramené d’autres titres à la franchise de l’Illinois. Les Nuggets pouvaient battre les Lakers. Mais l’ont-ils fait ? Non.

Carmelo Anthony a sans doute laisser filer la meilleure opportunité de sa carrière de soulever le trophée de champion NBA. Prime Melo était l’une des meilleures armes offensives de l’histoire de la Ligue et on peut l’affirmer sans aucun problème. Malheureusement comme beaucoup d’autres joueurs avant lui, il y a certains gars qui bouchaient le passage. Allez demander aux adversaires de Jordan.

Source texte : Instagram

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top