Lakers

LeBron James remporte son duel XXL face au Freak : 37-8-8 et la win pour le King, prochain rendez-vous en finale ?

Lakers – Bucks. L’affiche était entourée en rouge sur tous les calendriers. La meilleure équipe de chaque conférence sur le même parquet, celui du Staples Center, avec un énorme duel entre LeBron James et Giannis Antetokounmpo en vedette. Dans une ambiance rappelant les Playoffs, l’affiche a plutôt tenu ses promesses, et c’est le King qui est reparti avec la win 113-103   

Un partout balle au centre. En décembre dernier, les Bucks du Greek Freak avaient montré leur supériorité sur les Angelinos, et on attendait ainsi une réponse des hommes de Frank Vogel dans cette affiche aux allures de Finales NBA. Et réponse il y a eu. Devant leur public, LeBron James, Anthony Davis et les Lakers ont infligé aux Daims leur dixième défaite de la saison, validant ainsi officiellement leur ticket pour les Playoffs, une première depuis 2013. La différence, elle a été faite au début du troisième quart-temps, où Los Angeles a martyrisé Milwaukee, le score passant de 55-50 Bucks à 68-55 Lakers en l’espace de seulement trois minutes. Une explosion, un trou noir fatal pour la bande à Mike Budenholzer, qui n’a jamais vraiment réussi à s’en remettre face à un LeBron au taquet des deux côtés du terrain. Dans son duel avec Giannis, le King a sorti une performance royale avec 37 points, 8 rebonds, 8 caviars, 3 interceptions à 12/21 au tir et 12/15 aux lancers francs. Clairement, LBJ avait activé le mode Playoffs – le vrai – et y’a eu quelques séquences one-on-one face au Freak qui ont été particulièrement croustillantes. De son côté, Antetokounmpo a terminé la rencontre avec des stats à la Giannis (32 points, 11 rebonds, 6 assists), mais la défense des Lakers a clairement fait le taf pour lui rendre la vie difficile, à lui comme à l’ensemble de ses coéquipiers d’ailleurs.

Défensivement, les Lakers ont véritablement répondu présent. Et il le fallait vu le nombre de briques envoyées en première période. C’est avant tout grâce à leur défense que les Californiens ont réussi à tenir face à la meilleure équipe de la Ligue, qui avait pris les commandes en début de match, d’autant plus qu’Anthony Davis était en foul trouble. Justement, en parlant d’AD, il était vraiment dans le dur au cours des deux premiers quart-temps, avant de véritablement sortir de sa boîte. Le monosourcil a inscrit 25 de ses 30 points après la pause, dont 14 dans le quatrième quart. Le jour et la nuit. Aux côtés de LeBron, il a aidé les Lakers à faire la diff puis à conserver leur avance face à une équipe de Milwaukee qui n’a jamais lâché. Contrairement à Giannis, qui n’a pas vraiment été bien accompagné dans cette rencontre (coucou Khris Middleton, tu étais où ?), les Angelinos ont pu compter sur leurs superstars, décrochant ainsi peut-être la plus grosse victoire de leur saison. Pour les Bucks, qui étaient notamment privés de George Hill, c’est une deuxième défaite en trois matchs, une phrase qu’on n’a pas du tout l’habitude d’écrire. Pas de quoi commencer à paniquer bien évidemment, mais disons que les Daims sont un tout petit peu moins bien depuis quelques matchs. En plus, Giannis a fait flipper tout le Wisconsin lors des dernières minutes de la rencontre, quand il s’est tenu le genou après être mal retombé. Heureusement, plus de peur que de mal.

Les Lakers ont commencé leur week-end de la mort de la meilleure des manières. Avant de rencontrer les Clippers dimanche, LeBron a fait en sorte d’écarter les Daims et leur Freak du chemin. Allez, place maintenant à Kawhi Leonard et ses copains.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top