Rockets

Choke XXL des Rockets contre OKC : un money time dégueulasse, Harden affreux, la totale pour Houston

1/17 de loin, ça pique les yeux.

Source image : YouTube

Déjà battus à OKC il y a deux semaines, les Rockets avaient l’occasion de prendre leur revanche à domicile cette nuit en marge du MLK Day. Mais quand le barbu décide de construire un centre-commercial en une soirée, ça peut vite devenir long pour les fans. De son côté, Russell Westbrook doit même commencer à se demander s’il a bien fait de réclamer son trade cet été.

Le Thunder reste encore derrière Houston au classement de la Conférence Ouest mais l’écart se réduit entre le sixième et le septième. Après le choke des Texans à l’occasion de ce MLK Day, il n’y a plus que deux matchs d’écart entre l’ancienne franchise de Chris Paul et sa nouvelle maison. Le meneur parlons-en justement, car il a encore délivré une première mi-temps absolument parfaite dans une salle qu’il connait bien. 27 points à 9/12 dont 4/5 derrière l’arc à la pause, un autre jour de taf pour Fruit qui a tenu à rappeler à ceux qui l’avaient enterré un peu trop vite qu’il était bien un futur Hall of Famer. Non seulement Cliff Paul se sent bien à Oklahoma City mais il exerce une belle influence sur l’équipe la plus surprenante de la saison. En bon vétéran, il a transmis le bâton à Dennis Schröder et Danilo Gallinari au retour des vestiaires pour sonner la charge et enfoncer la tête des Fusées dans leurs propres excréments.

Car à +16 en faveur des locaux au début du quatrième quart-temps, on se disait encore que la ligne de stats archi clean de Russell Westbrook allait permettre de maquiller le nouveau trouage de The Beard au tir. Et pour le troupeau de Hardenix qui arrive déjà en courant, arrêtez-vous, buvez un grand verre d’eau, et tentez de trouver des arguments valables pour ne pas venir taper sur le MVP 2017 qui est tout bonnement dégueulasse depuis deux semaines. Vous voulez du chiffre ? Alors c’est parti. 1/17 du parking, c’est pire que Markelle Fultz du logo pour resituer un peu. Certes, des jours sans, cela peut arriver à tout le monde. Mais quand un gars tourne à 34,8% au tir et 23,9% de loin depuis sept matchs, il faut commencer à se poser de sérieuses questions. Cette nuit, son 5,9% derrière l’arc (on vous laisse tranquillement relire ce chiffre et identifier où se positionne la virgule sans tomber dans les pommes) a condamné les Rockets à essuyer une quatrième défaite consécutive, le troisième de suite à la maison, face à un concurrent direct au classement. C’est exact, Harden aurait encore pu égaliser sur la dernière possession. Sauf qu’il était tellement peu en confiance qu’il a paniqué en envoyant une mauvaise passe au Brodie l’empêchant de dégainer rapidement. Résultat, un tir casse-croûte du numéro 0 et un choke validé pour OKC face au visage le plus marquant de l’histoire de la franchise grâce à un dernier affront de Tata Denise face au poilu du menton en défense.

Ce n’est pas le Thunder qui a remporté ce match, c’est James Harden qui l’a perdu tout seul comme un grand. De quoi rendre fou de rage Daryl Morey qui doit être à deux doigts d’envoyer valser tout son effectif avant la deadline. Ce qu’on a oublié de vous dire, c’est que Steven Adams a dû quitter prématurément les siens dès le premier quart après une blessure à la cheville et que OKC a dû faire sans big man tout le reste de la partie. Là où des équipes auraient décidé d’enfoncer à l’intérieur avec l’agilité et la taille d’un Clint Capela, les Rockets ont continué de camper derrière l’arc sans jamais trouver la mire (9/45, soit 20% de ficelle). Vrai passage à vite du côté de Houston et ça n’est peut-être pas fini avec deux rencontres prévues contre les Nuggets, un voyage à Minneapolis, un autre à Salt Lake City et à Portland dans les prochains jours. On espère donc que la séance de shooting improvisée par Ramesse après la rencontre va faire effet car sinon c’est bien la crise qui guette les Fusées.

On le sait, Houston vit et meurt par son shoot. Et c’est peut-être là tout le problème. L’adresse va forcément revenir mais une série en 7 ne se résume pas à mettre plus de paniers que son adversaires et c’est pourtant le seul jeu qu’on les voit proposer jusqu’à maintenant. Alors attention à la suite car ça pourrait aller très vite si James Harden ne corrige pas un peu le tir lors des prochains matchs.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Julien Chauvet

    21 janvier 2020 à 7 h 40 min at 7 h 40 min

    Alors… Elle est où l’efficacité de Harden… Pour marquer 29 points, il lui a fallu prendre 29 tirs dans le jeu et 13 lancers… 29 shoots pour 19 points dans le jeu… Si ça c’est être efficace… Le seul domaine où Harden est efficace c’est pour flopper… C’est dommageable pour Houston encore une fois. J’aime bien Harden mais depuis 2-3 ans son jeu est devenu une vraie caricature.

  2. AL

    22 janvier 2020 à 12 h 53 min at 12 h 53 min

    Symptomatique par ailleurs : le mec s’entraine tout seul après… au shoot. Donc on ne comprend rien, on ne remet rien en cause, on se colle des oeillères et on avance tranquillement mais sûrement droit dans le mur. Comme depuis 4 ans en fait ! Idée alternative : on s’entraine ensemble, on fait tourner le ballon, on se marre un peu ? Ah non, merde ça c’est Golden State !!!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top