Mavericks

Luka Doncic n’a pas perdu de temps : retour face aux Spurs, puis victoire, puis 24/10/8, puis des sourires, et puis merde

C’était attendu comme un vrai prolongement de Noël, surtout si vous êtes fans des Mavs, Slovène, et encore plus si vous êtes les deux en même temps. Blessé à la cheville depuis une quinzaine de,jours, Luka Doncic a donc fait son retour cette nuit face au voisin texan, et le ROY 2019 n’a clairement pas eu besoin de période de réadaptation. Étonnant ça.

On le sentait. On le sentait sur son visage de poupon mal dégrossi que Luka Doncic était heureux de refouler enfin les lattes NBA. On lui avait enlevé le biberon de la bouche et ça ne lui plaisait pas, et voilà maintenant quatre matchs que le petit rongeait son frein. En son absence ? Un bilan tout à fait honnête de deux victoires en cinq matchs pour Dallas, honnête surtout quand on sait que sur la route des Mavs depuis deux semaines se trouvaient le Heat, les Bucks, les Sixers, les Celtics et les Raptors. Les cinq meilleures équipes de l’Est, tout simplement, et deux victoires incroyables à Milwaukee et Philly histoire de prouver à tous que, non, les Mavericks ne deviennent pas les Cavs quand Luka n’est pas là. Luka d’ailleurs, revenons-en à nos goat, qui était donc de retour en short cette nuit pour affronter les Spurs, voisin aussi texan que boiteux et qui restait encore sur le souvenir douloureux de la dernière visite de Doncic au ranch (défaite le 19 novembre, 42/11/12 pour Luka).

Ce qu’il faut retenir du match de cette nuit ? Que, comme prévu après un match offensif all-time avant-hier face aux Grizzlies, les Spurs se sont remis dans leur mood de l’année, à savoir celui d’une équipe suffisante et qui s’accroche à l’espoir du réveil de leaders qui ne peuvent/veulent pas l’être. Comme souvent Rudy Gay aura été l’une des satisfactions en sortie de banc, comme souvent aussi cette saison… Dejounte Murray aura pris la sauce par le meneur adverse, cette fois-ci il avait des circonstances atténuantes, et c’est finalement fort logiquement que les Mavs iront finalement chercher une victoire certes étriquée (102-98) mais méritée, grâce notamment au retour en forme de sa star venue de l’Est. Luka Doncic qui n’aura pas traîné d’ailleurs pour se remettre en mode Luka Doncic, à savoir un mec qui balance des caviars avec le sourire d’un gamin un jour de rentrée des classes, qui rivalise d’originalité avec lui-même pour proposer toujours plus de sel à son public. Caviars pour l’uber-athlète Dwight Powell, sorte de Jean-Guy Toulemonde dans la vie normale mais se transformant en Karl Malone aérien dès qu’il évolue avec Luka, caviars pour un Kristaps Porzingis devenu notamment le meilleur scoreur all-time de la franchise… au buzzer de la mi-temps, drives de faux-lent mais vrai hang-time pour aller scorer de près, bref le futur MVP a joué comme un patron mais un patron proche de ses salariés et qui aime sourire, du genre de ceux qu’on vous souhaite de rencontrer un jour.

Un retour victorieux, dans la bonne humeur, et une année 2020 qui s’annonce haute en couleur pour Luka et sa bande, au moins autant que cet immonde maillot City. Pour ceux qui en doutaient la réponse est tombée cette nuit vers 2h30, ce n’est pas une cheville qui se tord qui va freiner Luka Doncic dans sa quête de gloire. Prochain rendez-vous dimanche soir face aux Warriors, on part sur un… 35/14/14 et une win de 30 ?

stats spurs 27 décembre stats mavs 27 décembre

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top