Suns

Retour d’Élie Okobo dans la rotation des Suns : back-up de Rubio hier soir, franchise player dans une semaine ?

Elie Okobo

Le garbage time ne manque sûrement pas à Okobo.

Source image : YouTube

Élie Okobo a enfin un vrai rôle cette saison. Heureusement pour le 31è choix de la Draft 2018, les blessures de Ricky Rubio et Ty Jerome (envoyé en G League pour retrouver du rythme), et les contre-performances de Jevon Carter et Tyler Johnson ont forcé la main de son coach Monty Williams. Le jeune Français a donc pu montrer tout ce qu’il a appris à la Coupe du Mo… Ah non. Pardon. Tout ce qu’il a pu travailler pendant ses vacances.

Si le poste de meneur était vide de concurrents la saison précédente à Phoenix, c’est donc loin d’être le cas cette année. On peut dire que les dirigeants des Suns ont fait ce qu’ils pouvaient cet été pour combler le manque de monde à la mène : Ricky Rubio, arrivé cet été, dans le cinq, c’est indiscutable mais derrière c’est la guerre pour chaque minute de jeu. Quatre candidats pour devenir le back-up officiel d’un Espagnol aux cheveux gras : Ty Jerome (rookie cette saison), Jevon Carter (sophomore arrivé de Memphis en juillet), Tyler Johnson (cinq saisons NBA, arrivé de Miami la saison dernière) et le petit Élie. La concurrence est rude. Malgré une bonne présaison, l’ancien joueur de Pau-Lacq-Orthez n’était pas vraiment prévu dans les rotations de Monty Williams à la rentrée. Avant la fameuse soirée du mardi 19 novembre 2019 dont nous parlerons très vite, Okobo ne cumulait que 27 minutes de temps de jeu depuis le début de la saison. Et on ne parle pas de 27 minutes dans le money time des matchs importants, on parle du garbage time qui porte très bien son nom. Ça pique. Cependant, l’entraîneur des Suns avait été cash sur le rôle qu’allait certainement occuper Okobo cette saison, et ce, malgré ses qualités (via The Athletic) :

“C’est difficile pour lui. Il a réussi à se faire un nom. Quand il a des minutes, il joue bien. C’est tout ce qu’on peut dire. C’est un bon joueur à avoir [dans l’effectif] en cas de blessure.”

Un rôle de 3è ou 4è meneur donc, aussi appelé « bonne poire », sous couvert de compliments à deux francs, qu’on fait jouer quand tous les lits de l’infirmerie sont occupés. Et en effet, il a fallu attendre la blessure au dos de Rubio pour qu’Okobo ait l’occasion de briller un peu. Si Tyler Johnson a pris la place de titulaire pendant l’absence de Ricky, c’est surtout Élie qui a saisi l’opportunité. Mardi 19 novembre donc, les Suns étaient bien partis pour en prendre une belle à Sacramento en deuxième mi-temps (-26 au milieu du 3è quart-temps). Pour couronner ce joyeux déplacement en Californie, Ricky Rubio était retourné voir son médecin traitant pour son dos, après avoir tenté de jouer 16 minutes. Monty Williams choisit alors soudainement de réveiller Okobo qui pionçait au fond du banc. Il lui fait enfiler un short, faire ses lacets et lance son petit protégé dans autre chose que les 30 dernières secondes d’un blowout. Au sortir de sa sieste, Okobo ne regarde pas le score et profite à fond de ses 18 minutes sur le parquet : 4 points, 5 passes et 2 rebonds. Ça ne casse pas trois pattes à un canard sur le papier mais il participe activement à l’effort collectif qui ramène les Suns dans le match (finalement perdu de quatre petits points).

Arrivé en NBA pour ses qualités de scoreur, Okobo avait connu une première saison pas facile en attaque. Mais depuis son bon passage contre les Kings, il est sur une bonne dynamique : 11 points, 7 assists en 20 minutes contre NOLA – 4 points, 6 rebonds en 22 minutes contre les Wolves – 16 points, 4 assists en 28 minutes contre Denver. Le voir profiter de chaque minute et surtout rentrer quelques ficelles est évidemment encourageant pour la suite. Avec plus de 20 minutes sur le terrain tous les soirs depuis une semaine, il a su marquer quelques esprits : une adresse à trois points en forte hausse (45,5% de réussite cette année contre 29,5% l’an dernier, dont 9/15 sur les quatre derniers matchs), moins de bêtises en attaque et quelques jolis caviars. Monty Williams était même assez impressionné pour l’inclure à nouveau dans la rotation hier soir contre les Washington Wizards malgré le retour de Ricky Rubio dans le roster. Et notre petit Frenchie a encore sorti une feuille de stats très satisfaisante pour son jeune âge : 13 points (5/9 au tir et 3/5 de la buvette) et 8 passes d’école pour une seule perte de balle, le tout en 21 minutes. Élie Okobo qui joue les Mr. Propre et qui retrouve la confiance de son coach depuis cinq matchs : pas de quoi crier victoire tout de suite mais on valide tous les jours.

Un apport très clean en sortie de banc, qu’il faudra néanmoins confirmer rapidement, avant que Ty Jerome ne revienne de G League et que le temps de jeu au poste 1 ne soit à nouveau distribué comme chez les Knicks. Rendez-vous dans la nuit de vendredi à samedi contre Dallas, pour savoir si cette bonne série se poursuit ou si Okobo est à nouveau assigné au cirage du banc des Suns.

1 Comment

1 Comment

  1. Antoine

    29 novembre 2019 à 11 h 15 min at 11 h 15 min

    Quelle déception l’an passé quant aux performances d’Okobo, en parallèle de sa story sur Trashtalk… que ce fut difficile !
    Ces derniers matchs nous ont sorti une véritable bonne surprise, certes sur un espace temps relativement court mais avec une véritable régularité dans la qualité de jeu sur chacune de ses apparitions.
    A l’image du début de saison des Suns, c’est plus qu’encourageant et ça fait plaisir à voir !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top