Bucks

Giannis Antetokounmpo veut faire partie des greatests : disons qu’il est bien parti, enfin on croit, enfin on sait pas, enfin p’t’être

Giannis Antetokounmpo

Un gamin de 24 ans qui déclare ça, on l’aurait cloué au pilori. Mais pas Giannis.

Source image : NBA League Pass

Sans pression le freak de Milwaukee a donc annoncé qu’il voulait faire partie des tous meilleurs joueurs de l’histoire de la NBA. Autant dire que pour n’importe quel joueur âgé de 24 ans, les propos auraient fait sourire. Mais avec Giannis c’est différent, tant le Grec semble animé d’un combo talent / force de caractère hors norme. Car aujourd’hui, la domination précoce de l’ailier sur le reste de la compétition appartient quasiment à la sphère du « jamais vu ». 

Clignez bien des yeux à chaque fois que vous voyez Giannis sur les parquets NBA. Le gamin déjà MVP est un OVNI dans le paysage basket, ça fait déjà beaucoup de majuscules. C’est bien simple, les souvenirs d’une telle domination physique à l’égard de la concurrence… se comptent à peine sur les doigts d’une main. Sans affirmer que les profils sont semblables, mentionnons par exemple le Shaq des années 2000’s, et puis… Wilt Chamberlain, dont les archives sont trop peu présentes et d’une autre époque. Deux pivots donc. Le numéro 34 a finalement peu en commun avec ces big men all-time, il n’est pas poste 5, il ne joue pas le même jeu. Giannis Antetokounmpo est finalement un être hybride à part, capable d’occuper simultanément toutes les positions d’une équipe. Et qui peut défendre sur tout un cinq. Le gosse d’Athènes est maintenant dans la Ligue depuis sept saisons et pourtant, les superlatifs manquent toujours et les bouches bégayent encore quand il faut qualifier l’emprise du garçon sur un match. « Polyvalent », « indéfendable », « dominant », « erreur de la nature », « super-héros », « what the fuck c’est quoi ce truc !? ». Giannis est unique. Et si le plus impressionnant pour Antetokounmpo… ce n’étaient finalement pas ses aptitudes physiques, mais plutôt sa force de caractère, sa motivation élite qui se traduit par l’envie de tout détruire sur un terrain de basket mais également à se projeter des objectifs sur le long terme ? Le MVP en titre soufflera ses 25 bougies dans deux semaines, et il s’est exprimé pour ESPN sur son avenir au sein de la Ligue.

« Je veux vraiment être l’un des tous meilleurs à avoir joué, mais pour commencer à faire ça, je dois être à fond tous les soirs. […] Parce qu’au final, si vous ne gagnez pas, ça ne compte pas. Tout l’effort que vous investissez, si vous ne gagnez pas, ça ne compte vraiment pas. »

Giannis a réalisé un 33-10 dans la victoire des siens contre Chicago, pas le phone hein, non 33 points et 10 rebonds, le genre de production habituelle pour le Freak qui nous en touche une sans faire bouger l’autre comme le dit si bien notre jolie et fleurie langue. En plus d’avoir de très lourdes ambitions pour la suite de sa carrière, Antetokounmpo respecte et s’inspire des greatests de son sport. Jouant sur les terres de Chicago, le numéro 34 a saisi l’occasion pour parler des maillots de légendes accrochés au plafond du United Center. Habile.

« J’essaye d’être à fond, et concentré sur ce que je dois faire. Mais oui, depuis toutes ces années, quand je vois le numéro 23 – et pas que le 23 hein, le 33 aussi – car Scottie est un gars avec qui j’ai beaucoup parlé. […] ça me motive énormément. (Chicago) est une ville magnifique de basket. C’est la ville dans laquelle Michael Jordan et Scottie Pippen ont joué, ça me donne donc une motivation supplémentaire. »

Un jeune phénomène actuel qui déclare son amour, son respect et son influence liés à des légendes du jeu, c’est toujours un moment qui compte. Giannis affirme vouloir faire partie des meilleurs de l’histoire et il le sait, s’il veut y parvenir, il faut gagner. Cela semble le remède le plus évident car à titre individuel, l’ailier grec a déjà cassé le game. Il faut maintenant pour lui et ses Bucks, passer un nouveau palier en Playoffs, jouer pour le titre NBA. Et nul doute que la troupe de Milwaukee a déjà cette ambition clairement affichée pour 2020. L’effectif de Mike Budenholzer fait partie des plus gros favoris et une bague pour Giannis le ferait grimper sensiblement dans les hauteurs de pas mal de rankings. Et pourquoi pas une seconde, puisque la carrière de l’ailier en est à son début ? Et une troisième ? Chaque chose en son temps tout de même, prudence est mère de sûreté, la concurrence est dense et la bataille sera rude.

En tout cas, le Freak se donne la mesure de ses ambitions. Giannis joue avec un couteau entre les dents durant la totalité des « simples » matchs de régulière, le mec se défonce même contre les équipes qui tankent, une attitude qui devient rarissime par rapport au reste de la Ligue. Hors des terrains, le Grec travaille encore et toujours plus, revient chaque année avec des améliorations dans son jeu. Son shoot est en nette progression et bientôt, Giannis Antetokounmpo n’aura plus aucun point faible dans son répertoire. Le potentiel du gamin semble sans limite et il est juste impossible de prédire le futur du joueur. Giannis marche sur la Ligue, Giannis joue le titre, Giannis s’améliore de jour en jour, Giannis n’est pas encore dans son prime, Giannis tu nous rends fou.

Source texte: ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top