Pacers

Les Pacers enclenchent enfin le mode victoire : Domantas Sabonis et Malcolm Brogdon ont géré les Nets, on respire chez les bouseux

Pacers 31 octobre

Mais… ils ont perdu Myles Turner sur blessure…

Source image : YouTube

Trois franchises n’avaient hier soir toujours pas gagné le moindre match cette saison, et elles ne sont plus que deux depuis ce matin. Have a nice day Pels and Kings, les Pacers ont donc enfin débloqué leur compteur après deux défaites face aux Pistons et une autre bien crade face aux Cavs des Twin Towers 3.0. Gros match cette nuit à Brooklyn mais un match dont les hommes de Nate McMillan ne sont pourtant pas sorti indemnes… Parce qu’on est comme ça nous, on aime faire du suspense.

Le défi n’était pas non plus colossal, mais après trois défaites en trois matchs il était juste temps de se mettre au boulot. Pour cela il fallait passer sur le corps de Nets eux aussi plutôt mal en point malgré la grande forme de Kyrie Irving. Le match de la peur version on a le temps de se refaire, et trois heures plus tard ce sont donc les Pacers qui rient et Brooklyn qui pleure. La balance aurait d’ailleurs très bien pu pencher en la faveur des locaux, Uncle Drew lâchant une mixtape de plus dès le premier quart-temps, avant que Myles Turner ne rajoute à la peine des hommes du (de plus en plus) gros McMillan en se tordant salement la cheville après seulement une dizaine de minutes de baston face à grand Dédé et grand Jarrett. Mal barré pour Indy qu’on se disait, on va quand même pas partir sur 0-82 si ? Si ? Non ? Bah non. Car si Victor Oladipo manque terriblement à cette équipe et si la défense tarde à se mettre en place, deux joueurs réalisent tout de même un début de saison bien lourd dans l’Indiana. Domantas Sabonis tout d’abord, encore auteur de 29 points, 8 rebonds et 4 passes dans une raquette de Brooklyn qui n’en finit plus d’offrir de belles soirées aux grands d’en face, et surtout Malcolm Brogdon, parfait boss du game en ce début de saison et encore à la base du retour en forme de son équipe cette nuit. 21 points, 8 rebonds, 13 passes et 3 steals pour le ROY 2017, épaulé cette nuit par la surprise du chef sur les lignes arrières… Jeremy Lamb.

Surtout connu pour avoir été un assassin de Raptors dans son époque Frelons, phrase très National Geographic, Lamb a donc joué les parfaits facteurs X cette nuit. 25 pions à 11/19 pour l’homme au diamètre oculaire le plus fou des États-Unis et un renfort bienvenu pour faire l’écart au troisième quart et aller chercher cette désirée première victoire de la saison. A noter qu’on aura également pu apprécier une passe de Justin Holiday pour Aaron Holiday, la boucle est bouclée tous en vacances, et un bout de… Goga Bitadze mais pas vraiment concluant, Guga reste plus fort que Goga, cœur avec la raquette. Pour les Nets ? Le duo Kyrie – Dinwiddie a fait du sale, un peu, Caris LeVert a été efficace, pas assez, mais c’est encore et surtout la raquette qui a pris cher, DeAndre Jordan gérant tous les ballons qui sortent mais étant bien incapable d’empêcher tous les autres de rentrer. Même constat pour Jarrett Allen, combattif toussa toussa mais que l’on met clairement tout en bas de notre liste de videurs potentiels pour les 40 ans d’Arnaud.

Une première victoire pour les Pacers donc mais un point commun entre les deux franchises de l’Est : une victoire et trois défaites pour débuter la saison, et donc dix premiers jours décevants. Prochain match pour Indiana ? A domicile contre les Cavs, faisez pas les cons. Pour les Nets ? Les Rockets débarquent en ville, bon courage (Daryl) morray. On ne sait pas si la saison sera longue mais en tout cas… le début l’est.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top