Knicks

Frank Ntilikina et R.J. Barrett ont l’air de bien s’entendre : arrêtez tout, voici la meilleure nouvelle de la journée

Ntilikina

Peut-être qu’on spécule un chouïa, mais ce qu’on a vu cette nuit… miam miam.

Source image : NBA League Pass

Le premier match de pré-saison des Knicks était évidemment l’occasion d’assister aux grands débuts de R.J. Barrett… mais pas que. Cette équipe des Knicks reste excitante malgré les vannes, cette bande de jeunes est intrigante malgré ce manque logique d’expérience qui leur coûtera quelques défaites, mais il y a quelque chose. Il y a quelque chose dans l’air avec cette équipe, et c’est peut-être bien Frank Ntilikina le fautif, lui que tous les Français, du moins ceux qui aiment le basket, attendent au tournant cette saison après sa magnifique Coupe du Monde. La première étape de la « rédemption » ? Elle avait lieu cette nuit face aux Wizards, et ce fut… plein de promesses.

Avant toute chose remettons l’église au centre de l’hôpital psychiatrique, le héros de ce match aura été… Marcus Morris. 17 points en première mi-temps, un ballon dans la gueule de Justin Anderson, une éjection en règle, Dieu que ce cru 2019 s’annonce comme l’un des meilleurs chez les Morris. Niveau basket ? Genre celui qui fait frissonner et dont le but est de mettre le ballon dans le panier et pas dans la tronche de son défenseur ?  Disons que R.J. Barrett et Frank Ntilikina ont assuré. Appréciation légèrement emprunte de chauvinisme il est vrai, mais il est possible que cette nuit… une amitié basketballistique soit née. On n’ira d’ailleurs pas plus loin dans les spéculations car 1) c’est de la pré-saison et 2) il manquait au passage le probable meneur titulaire de Fizdale sur le début de saison. Mais tout de même. Tout de même, les deux jeunes artistes auront montré chacun dans leur registre que l’asso Franky / Ergie avait peut-être de beaux jours devant elle.

Le meneur français ? Une rentrée tôt dans le match, deux points quasiment instantanément, une défense aggressive ça on connait, puis deux nouveaux points pour montrer le maillot. Pendant ce temps le n°3 de la dernière Draft était plutôt invisible mais ça c’était avant la mi-temps, avant que Frankie ne lui chantonne du Brassens das les vestiaires. Car au retour de la pause pipi les deux hommes vont accélérer et vont le faire de concert (ndlr, ça veut dire ensemble, ça veut pas dire qu’ils sont allés ensemble voir chanter Katy Perry). Le longiligne arrière canadien commence à planter de près, à planter de loin, à faire profiter de ses grands bras à la défense des Wizards, tandis que son nouveau meilleur ami – parce qu’on aime spéculer – rentré au bout de cinq minutes… fait craquer un contre sur le pilote Jordan McRae et termine le troisième quart par une bombe du parking. Tout ça c’est très bien, mais si les Knicks s’envoleront au final face à des Wizards plus faibles, c’est bien l’entente entre les deux freaks qui nous a donné lé sourire cette nuit. La promesse (ou pas) d’un backcourt que l’on validerait évidemment, et en tout cas le plaisir de voir que si R.J. ne devrait pas connaître trop de soucis d’adaptation… notre Frank Ntilikina national semble avoir envie de croquer à pleines dents dans la Grosse Pomme 2019-20 et ça, c’est déjà une bien bonne nouvelle.

Le vrai démarrage de la carrière de Frank Ntilikina passera peut-être par un coup de boost venu de Duke, si David Fizdale escompte seulement de tenter le coup à la reprise. A voir comment les rotations à la mène des Knicks s’articuleront, à voir si Franky aura enfin quelques faveurs de la part de son coach. Ce n’était que de la pré-saison mais on a aimé ce qu’on a vu, ce n’était que de la pré-saison mais ça nous donne déjà envie de voir la suite. Et la suite c’est samedi, toujours face à Washington, cette fois-ci au Madison Square Garden. Et on espère qu’il est prêt à découvrir le Ntilikina nouveau.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top