Suns

Ricky Rubio est prêt à devenir le leader des Suns : le Phœnix va-t-il renaître de ses cendres ?

Ricky Rubio Suns

Tous ensemble pour viser la 14ème place à l’Ouest !

Source image : YouTube/Phoenix Suns

Neuf saisons en NBA et Ricky Rubio se voit aujourd’hui rejoindre un nouveau challenge. Et pas n’importe lequel (si) puisqu’il s’agit des Phoenix Suns. De l’expérience, de la gestion, de la vista… les Suns ont peut-être trouvé leur leader.

Avec un titre de MVP de la Coupe du Monde et une médaille d’or, ce fut un sans-faute pour Ricky Rubio cet été. Le meneur espagnol revient en NBA avec le capital confiance au maximum et plus que jamais préparé à aider ses nouveaux coéquipiers dans l’Arizona. C’est au tout début de l’intersaison que la franchise de Phoenix s’était activé afin de s’offrir les services du meneur pour un contrat sympathique de 51 millions de dollars sur 3 ans et l’ancien joueur du Jazz devra donc faire profiter ses nouveaux coéquipiers de ses talents de distributeur et gestionnaire. Première bonne nouvelle ? Ricard est prêt à relever le défi. Avec déjà des statistiques plus qu’honorables l’année dernière, auteur d’une production à 12,7 points, 3,6 rebonds, 1,3 interception et 6,1 caviars en 28 minutes de moyenne sur les parquets, Ricky Rubio veut maintenant s’appuyer sur son expérience afin de s’imposer en tant que leader dans sa nouvelle franchise. C’est ce qu’il rapporte sur le site officiel des Suns.

 » J’ai pour habitude de faire mes preuves par l’exemple mais je pense que je dois être un peu plus vocal ici. Il y a beaucoup de jeunes et l’expérience vous apprend à savoir quand parler, quand ne pas parler. J’essaie de faire cela et d’être plus actif sur le terrain mais en même temps, je donne aussi l’exemple. Je sais ce que je peux apporter. Je l’ai fait toute ma carrière, mais chaque équipe a besoin de quelque chose de différent « .

Des paroles rassurantes pour la franchise d’Arizona qui avait cruellement besoin de ce genre de cadre, surtout après la (les) saison(s) catastrophique(s) qu’ils viennent de traverser. Pour rappel, une place de bon dernier de la Conférence Ouest et un coach remercié à la fin de l’exercice. Et cerise sur le gâteau, le pire jeu de la ligue de l’avis même des quelques fans restés accrochés au bateau Phoenix. C’est alors à Monty Williams que l’on a fait appel pour redresser la barre côté Suns, suivi donc de près par l’arrivée de Rubio qui aura pour mission d’apporter un minimum de fluidité et de cohérence dans le jeu offensif des Cactus. Bien sûr, toutes ces bonnes nouvelles ne suffiront sans doute pas à Phoenix pour atteindre les Finales NBA, ni même les Playoffs, ni même la onzième place, mais on semble tenir le bon filon en Arizona et les attentes de sont pas inatteignables. Ces attentes ? De la progression dans le jeu et l’épanouissement des jeunes. Et on imagine que les fans aimeraient bien décamper de la dernière place à l’Ouest…

Un nouveau coach, un nouveau meneur MVP de la Coupe du Monde… les Suns repartent sur de bonnes bases pour cette saison 2019-20. On rappelle, au cas où, que Melo attend toujours une offre, lui que les Lakers semblent avoir oublié à l’aéroport. On force hein, mais on fait tout ce qu’on peut.

Source texte : suns.com

Les visiteurs ont tapé :

3 Commentaires

3 Comments

  1. Clifford Robinson 2.0

    3 octobre 2019 à 14 h 51 min at 14 h 51 min

    Je ne pense pas que les Suns vont finir en tête de la ligue ou que Rubio finira MVP, mais son arrivée peut être comparable au retour de Nash à l’époque : un meneur de qualité mais qui ne fait pas partie du gratin à son poste arrive à la tête d’une équipe composée de jeunes futurs stars (Stoud/Marion, Booker/Ayton)… un meneur qui arrive à son apogée (preuve en est la coupe du monde) … ça promet !
    Rubio n’a pas le niveau du Nash de l’époque (il me semble que le Nash des Mavs avait déjà squatté 2/3 fois le ASG) mais par contre le duo Ayton/Booker peut aller plus haut, à terme, que Stoud/Marion …
    Je ne serais pas plus étonné que ça que ces Suns là choppent une place surprise en PO …

  2. Sebb

    3 octobre 2019 à 22 h 28 min at 22 h 28 min

    Hop hop hop on s’emballe la 🙂
    J’aime bien ces Suns, et Rubio va faire le boulot, laisser scorer Booker, et alimentant Ayton (enfin) sur pick ‘n roll, tout en controlant mieux le rythme du jeu.
    De la à aller en PO, y’a de la marge, la place surprise c’est pour l’an prochain, si tout le monde joue le jeu ans cette équipe.
    Le vrai facteur X c’est le new coach Williams, si il arrive à mettre à l’endroit les têtes brulées que peuvent être Booker et Oubre, alors la oui gros danger, attention certains vont se faire suprendre dans l’Arizona !

    • Clifford Robinson 2.0

      3 octobre 2019 à 23 h 08 min at 23 h 08 min

      Je ne dis pas que les Suns seront en PO, mais que je ne serais pas surpris plus que ça si ça arrive.

      Effectivement, le coach Williams est capable de faire du bon boulot (ce n’était pas si nul à l’époque des Pels, loin de là).

      Mais le facteur X pour moi reste Rubio : il commence a ajouter un shoot à son jeu, et c’est tout ce qui lui manque. Sur le terrain le mec est un cerveau, défensivement il est loin d’être une tanche (bien qu’évidement loin de l’impact d’un Beverley, par exemple), il connait très bien l’exigence que nécessite la victoire … et il semble être au début de son apogée.
      Ça plus un Booker qui peut passer un cap et se rapprocher du niveau des tops guards (genre Bradley Beal), Ayton en An 2 et un supporting cast plus qu’Honnête : Saric, Oubre, Baynes, Bridges voir même Kaminsky, c’est pas dégueulasse derrière le trio !

      Mais bon, c’est la Conférence West … les 2 L.A, les Warriors, les Blazers, les Jazz, les Nuggets, les Rockets, les Kings, les Mavs voir les Pels et OKS (si ils gardent Paul/Adams/Gallinari toute la saison) … vla le bordel.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top