Mavericks

Jalen Brunson et Boban Marjanovic : focus sur deux des role players essentiels à la progression de Lukaps Porzic

Boban Marjanovic Jalen Brunson

Il n’y a pas que Porzincic dans la vie, il y a Brunsonovic aussi !

Source image : YouTube/Dallas Mavericks

Le mercredi 23 octobre lors du season opener des Mavericks contre Washington à l’American Airlines Center, tous les yeux seront rivés sur le duo « Porzincic ». Pourtant, deux hommes pourraient tenter de leur voler la vedette au moins quelques fois au cours de la saison. Jalen Brunson et Boban Marjanovic ne sont pas attendus au All-Star Game mais il s’agit quand même de deux bonnes pioches de la part de Donnie Nelson.

Le nom du premier ne vous dit peut-être pas grand-chose et pourtant on parle d’un joueur qui tournait à presque 10 points de moyenne en plus de ses 3 caviars et 2 rebonds distribués tout au long de l’année lors de ses 73 apparitions avec Dallas dont 38 dans le cinq majeur. Il faut dire que le natif de New Brunswick n’a pas eu un parcours comme les autres, préférant passer trois ans sur les parquets universitaires et choper deux titres nationaux au passage avant de s’inscrire à la Draft. Un profil à la Malcolm Brogdon qui peut tout de même intimider certains GM qui s’interrogent sur le plafond d’un rookie de 22 ans. Mais quand les Mavs se sont aperçus qu’il était encore disponible en début de second tour, ils n’ont pas hésité à dégainer leur 33ème choix de Draft pour prendre le risque. Quelques mois plus tard, on peut d’ores et déjà dire que le pari est réussi. Récupérer Luka Doncic et Jalen Brunson au cours de la même Draft, on n’est pas tout à fait sur le même potentiel mais Rick Carlisle n’espérait pas gagner autant de skills en playmaking en une seule soirée. Indirectement, c’est d’ailleurs un des éléments qui ont rendu possible l’arrivée de KP en provenance de New York en laissant partir Dennis Smith Jr. sans aucun regret puisque la mène pouvait être gérée par le produit de Villanova pour le reste de la saison. En double digits pour 20 de ses 24 derniers matchs de la saison, Jaja s’est même offert un joli career-high à 34 points contre les Spurs le 12 mars dernier ce qui lui a permis de terminer top pick de la soirée en TTFL. Et ça, c’est pas donné à tous les rookies, preuve que le gamin a quelque chose de spécial.

Il vous en faut encore ? Y’a qu’à demander. Invité à rejoindre la Select Team de Team USA cet été, il a pu s’entraîner avec la crème de la crème sous les ordres de Gregg Popovich. Le genre d’expérience qui aide à passer un cap, voire deux ou trois, et qui devrait notamment lui permettre d’augmenter ses pourcentages de 46,7% au tir et 34,8% du parking la saison dernière pour espérer devenir un shooteur fiable d’ici quelques années. A 1,4 million de dollars la saison, c’est quasiment un cadeau du ciel pour Dallas qui va pouvoir aborder le suite plus sereinement à la mène malgré le départ à la retraite de J.J. Barea qui se rapproche inexorablement. Probablement de retour dans la second unit pour laisser de la place à Delon Wright dans le starting five, le sophomore pourrait vite devenir un maillon essentiel dans les rotations de Rick Carlisle cette saison. Avec un vétéran comme le Portoricain à ses côtés pour le conseiller et une concurrence saine avec l’ancien point guard des Raptors et des Grizzlies, sa courbe de progression pourrait encore grimper dans les années à venir. Et quand José Juan va lui raconter tout ce qu’il a vécu dans le Texas, Jalen ne voudra plus quitter la franchise qui l’a drafté pour poursuivre cette belle histoire d’amour naissante et tenter de vivre les mêmes émotions que son aîné à Dallas. Car les Mavericks auront besoin de role players autour de Luka Doncic et Kristaps Porzingis pour espérer atteindre les sommets et Boban Marjanovic est peut-être l’un d’entre eux également.

Après des adieux déchirants avec son BFF, Tobias Harris, lors de son départ des Sixers cet été, il est temps pour le Serbe de reprendre sa deuxième activité favorite juste derrière jouer dans des films à succès hollywoodiens. On parle bien sûr d’envoyer des mixtapes sur les parquets de la NBA face à des adversaires qui ressemblent plus à ses enfants qu’autre chose. Il faudra évidement se méfier de Tacko Fall qui est venu lui piquer son rang honorifique de joueur le plus grand de la Ligue. Mais jusqu’à preuve du contraire, les Mavericks n’affronteront les Celtics que deux fois cette saison et cela ne devrait pas empêcher Bobi d’envoyer du bois en restant l’un des joueurs les plus efficients en attaque lorsque l’on rapporte ses statistiques à son temps de jeu. Toujours vulnérable à cause d’une mobilité réduite en défense, il compense largement avec une domination inégalable dans la peinture adverse. Forcément, dunker sans sauter ça peut aider et il ne s’en prive pas lors de la dizaine de minutes qu’il passe sur le parquet en moyenne. Une statistique qui devrait d’ailleurs être revue à la hausse cette saison avec seulement deux pivots de métier dans l’effectif des Mavericks. Dwight Powell devrait commencer les matchs sur le terrain et Porzi pourra aussi se décaler pour jouer plus « petit » mais le grand Boban n’a peut-être jamais eu autant de perspectives de minutes que cette année. A lui de les faire fructifier en faisant vite grimper le score à chaque rentrée en jeu. Sa connexion avec Jalen Brunson pourrait donc être décisive pour marquer des points faciles en alley-oop et sur pick-and-roll.

La boucle est bouclée. Si Luka et Kristaps devraient attirer toutes les lumières cette saison, les Mavericks auront également besoin de role players qui excellent dans leurs missions. Avec Jalen Brunson et Boban Marjanovic, ils détiennent deux joueurs qui n’ont pas encore atteint leur plafond et qui pourraient leur permettre de souffler tranquillement quelques minutes sans avoir à se soucier de marquer tous les points de leur équipe. Et ça, c’est essentiel lorsqu’on vise les Playoffs à l’Ouest comme c’est le cas de Dallas cette saison. Et si ça ne se fait pas en 2020, pas de panique. Jaja est encore dans son contrat rookie et le grand Bobi a signé pour deux ans. De quoi voir venir et espérer vivre de grands moments dans le Texas.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top