Wizards

Isaiah Thomas manquera le début de saison : opération au pouce, coup dur pour un joueur pourtant en pleine bourre depuis deux ans

Isaiah Thomas

Quand ça veut plus, ça veut plus.

Source image : YouTube

Dans à peine plus d’un mois la NBA reprendra ses droits et nos blanches nuits avec, mais certains acteurs bien connus de la Grande Ligue ne seront malheureusement pas disponibles dès le coup de feu. C’est le cas d’Isaiah Thomas, quelle surprise, qui vient donc d’être opéré du pouce et qui devra patienter entre six et huit semaines avant de liker de nouveau des posts sur Facebook démarrer sa saison.

Une malédiction. Et dans le meilleur des cas, un vrai sujet d’étude. Car la carrière du lutin originaire de l’État de Washington est une véritable story, avec ses  (trop peu nombreux) très bons et ses très mauvais moments. Drafté du fin fond de la cave en 2011, étonnant malgré un gabarit de Minipouss qui ne lui promettait rien de bon, puis finalement non-désiré à Sacramento ou Phoenix malgré une place grandissante dans la hiérarchie des meneurs NBA. Nous sommes alors début 2015 et quand Boston décide de récupérer la puce, c’est là le tournant le plus important de sa jeune carrière. En trois ans Isaiah Thomas passera ainsi de chouchou du TD Garden à véritable icône dans le Massachusetts, avec pour feu d’artifice final des Playoffs 2017 lors desquels il entrera définitivement dans la légende d’une franchise qui en compte pourtant déjà tant. Une postseason historique, surlignée par un drame personnel qui lui donnera force et respect, et voilà comment un gnome de 175 centimètres s’assoit à la table des très grands, six ans après être passé à deux millimètres d’un énorme lapin collectif à la Draft.

Imaginez maintenant une montagne très abrupte, et dîtes-vous qu’en ce mois de mai 2017 Isaiah Thomas est au sommet et qu’il va à partir de là amorcer une descente plus rapide encore que la montée… Trade à Cleveland, Kyrie croisé à l’aéroport, LeBron James qui ne valide pas des masses, les hanches de Mighty I.T. qui valident encore moins. Quelques mois plus tard le héros de Bean Town sera envoyé chez les… Lakers comme s’il était un rookie gênant, et l’on se dit alors que l’important ce n’est pas la chute mais l’atterrissage, mais l’on se dit lors que, wow, l’atterrissage risque d’être encore plus violent que la chute est rapide. De toute façon Isaiah ne joue plus ou presque, son corps de lâche… le lâche, et celui qui causait dans la course au MVP un an plus tôt est devenu beaucoup trop vite l’une des patates chaudes la plus gênante de NBA. Gênant. Quinze matchs sous le jersey des Cavs, 17 avec les Lakers… et direction Denver à l’été 2018, histoire de se refaire une santé dans les Rocheuses. Sauf que ça n’arrivera évidemment pas, et après douze matchs plutôt insignifiants Mike Malone décide de sortir son nain à bandeau de sa rotation, faut dire qu’à Denver on joue le titre, faut dire qu’à Denver on ne fait pas dans le social. Sacramento, Phoenix, Boston, Cleveland, Los Angeles, Denver et donc… Washington cette fois-ci, on se dit que des Sorciers seront forcément bien placés pour remettre IT sur la carte des meneurs NBA, et de toute façon les Wizards ne gagneront pas 25 matchs cette saison alors autant tenter des trucs. Les déclarations du joueur sont comme souvent pleines d’ambition et de bonnes intentions, on attend avec impatience de revoir l’artiste sur les parquets mais une fois de plus… le destin s’abat sur notre pauvre Isayou.

Ligaments du pouce gauche touchés, opération (hier) dans la foulée de sa blessure (lundi) et six à huit semaines de repos obligatoire pour celui qui bataille désormais avec Ish Smith pour une place de titulaire.

« C’est un malheureux coup du sort pour Isaiah, mais avec sa capacité à guérir vite et les bons soins prodigués, on espère le voir très vite en pleine possession de ses moyens. Dans le même temps il continuera à jouer son rôle de mentor pour nos jeunes meneurs et à avoir un impact positif sur le groupe dès le début du training camp. » – Tommy Sheppard

Message politiquement correct du General Manager des Wizards, que l’on imagine plutôt avoir ragé en apprenant la nouvelle, bien malheureux de voir que son « pari Isaiah » prend déjà du plomb dans l’aile. Six semaines ? I.T. raterait les deux premières semaines de la saison régulière. Huit ? On devrait donc attendre la fin du mois de novembre pour voir – ou non – les débuts de l’ancienne puce atomique de Boston devenue tique dont la NBA n’arrive pas  se débarrasser.

L’histoire entre Isaiah Thomas et les Wizards débute donc de la pire façon, et celle entre le joueur et la NBA n’en finit plus d’être triste. Reverra-t-on un jour ce fabuleux artiste en pleine possession de ses moyens, à la mène d’une équipe qui gagne des matchs ? Le cœur dit oui, évidemment, mais on vous laisse imaginer ce que nous dit la raison…

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top