Mondial

Coupe du Monde 2019, le récap du Groupe E : la Turquie va regretter ses lancers jusqu’en 2023

Merci Dogus Balbay, merci Cedi Osman.

Source image : YouTube/FIBA

C’est l’histoire d’un ogre au régime, de deux hommes vaillants et d’une carpe. Comme le dit si bien le dicton, le poisson est resté muet tandis que le géant a frôlé l’indigestion et que les deux rivaux se sont affrontés jusqu’à ce que mort s’en suive. Bienvenue dans le Groupe E !

Pour mettre des noms sur tout ce joli petit monde, Team USA débarquait évidemment en Chine dans la peau du favori au sein d’une poule ouverte avec une belle bataille en prévision pour la deuxième place du groupe entre la République tchèque et la Turquie. Enfin, le Japon était juste heureux d’être là et de montrer son nouveau joueur NBA.

Ce qu’il s’est passé

On ne sait pas trop par où commencer alors on évoquera brièvement le Japon qui, comme prévu, repart à la maison avec le smile et trois défaites dans les valises. Rien de très surprenant compte tenu de l’écart de niveau entre le pays du Soleil Levant et le reste du groupe même si Rui Hachimura a fait tout ce qu’il a pu pour porter son pays. Ça, c’est fait. Alors si on parlait maintenant des double tenants du titre américains ? Malgré tous les forfaits plus bidons les uns que les autres, Gregg Popovich est quand même parvenu à trouver douze volontaires pour partir en colo en Chine pendant deux semaines. Malheureusement, ça ne veut pas dire que ce sont les meilleurs qui ont été sélectionnés et après une prestation passable pour les Tchèques, Team USA est passée tout près du drame mardi dernier. Sans des loupés de Cedi Osman et Dogus Balbay, on aurait bien pu assister à la première défaite des cainris en Coupe du Monde depuis 2006. Avertissement sans frais et prolongation suffocante pour l’équipe de Kemba Walker qui a tenu à bien terminer cette première phase de poule avec un blowout face à ces pauvres nippons. Comme le calendrier fait bien les choses, le match le plus intéressant de ce Groupe E avait donc lieu aujourd’hui avec cette petite finale entre les deux prétendants à la deuxième place synonyme de qualification au deuxième tour. Le calcul était simple pour la Turquie et les compatriotes du grand absent, Jan Vesely : une victoire pour rester en vie ou une défaite et rendez-vous à l’aéroport pour rentrer à la maison un tournoi de classement bien miteux. Le moment parfait pour ressortir les fameux lancers ratés par les Turcs au match précédent. Car Tomas Satoransky et Blake Schilb étaient trop forts ce jeudi et la Turquie risque de regretter longtemps ce choke monumental face aux US.

  • Turquie – Japon : 86-67
  • République tchèque – États-Unis : 67-88
  • Japon – République tchèque : 76-89
  • États-Unis – Turquie : 93-92
  • Turquie – République tchèque : 76-91
  • États-Unis – Japon : 98-45

La suite des événements

Team USA et la République tchèque sont donc reversés dans le Groupe K avec le Brésil d’Anderson Varejao et la Grèce de Giannis Antetokounmpo. Bon courage à ceux qui ne seront pas lucides dès le premier match car ce deuxième tour va aller très vite. Les ricains et les coéquipiers de Leandro Barbosa partiront avec un petit avantage puisqu’ils arrivent invaincus mais il ne faut jamais vendre la peau des Grecs avant de les avoir tués et ce Stazounis – Grèce pourrait valoir son petit pesant de cacahuètes ce samedi. Les Turcs souhaiteront probablement la défaite de leurs adversaires du Groupe E alors que le Japon va désormais se consacrer à ses deux seuls joueurs de basket c’est-à-dire Yuta Watanabe et Rui Hachimura.

La Turquie avait une bonne tête d’outsider mais la fin de match contre les Etats-Unis leur a coûté très cher et ils devront faire de gros matchs de classement pour espérer gratter un ticket pour les TQO l’été prochain. Quant à Team USA, les ogres se sont faits peur mais sont toujours invaincus dans ce tournoi avant de passer aux choses sérieuses.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top