Wizards

Bradley Beal voulait jouer jusqu’au bout malgré la saison merdique des Wizards : le tanking, il connaît pas

Bradley Beal

Exemplaire le bonhomme.

Source : NBA League Pass

Malgré la saison en carton des Wizards l’an passé, Bradley Beal s’est plus que jamais affirmé au sein de la franchise de la capitale en l’absence de John Wall. Et même quand il n’y avait plus rien à jouer, l’arrière All-Star a voulu continuer jusqu’au bout. Exemplaire de leadership le bonhomme. 

Bradley Beal a déjà déclaré à plusieurs reprises son amour pour les Wizards, et pourtant sa franchise ne cesse de décevoir. La saison dernière, les Sorciers sont passés à côté en réalisant une campagne médiocre avec une 11ème place au classement (32 victoires – 50 défaites), synonyme de Playoffs manqués pour la première fois depuis 2016. Plusieurs joueurs de son calibre n’auraient pas hésité à se plaindre publiquement ou demander un trade. Pour Beal, ça n’a pas été ça du tout, il a continué à mener son équipe du mieux qu’il pouvait sans son meneur All-Star John Wall, qui est en convalescence après sa blessure au tendon d’Achille. Le numéro 3 a par ailleurs réalisé ses meilleures stats en carrière la saison dernière (25,6 points, 5,0 rebonds, 5,6 assists) et cela fait maintenant deux années consécutives que l’arrière ne loupe pas un match de saison régulière. Encore une preuve de sa détermination et de son sérieux dans une franchise qui manque cruellement de ce genre de qualités. Dans cette NBA moderne où ça tanke et où ça se repose pas mal dès qu’on peut, Beal a préféré continuer jusqu’au bout alors que les Wizards n’avaient plus rien à jouer. C’est son coach Scott Brooks qui nous rapporte cela sur The Crossover Podcast avec Chris Mannix de Sports Illustrated.

« Je veux dire, nous n’allions nulle part à la fin de la saison. Et j’étais du genre, ‘Brad, tu sais quoi, j’apprécie tout ce que tu m’as donné ces deux dernières années. Et cette année, nous ne participons pas aux Playoffs, nous sommes éliminés. Tu veux te détendre les deux dernières semaines et te reposer ?’ Et il a dit, ‘Tu sais quoi, je me suis engagé à être le leader de cette équipe et à le faire tous les soirs.’ Et il voulait le faire, il voulait jouer à tous les matchs, et c’est pourquoi il a disputé toutes les rencontres ces deux dernières saisons. » 

Cet été, Washington a proposé à son All-Star une prolongation au maximum de 111 millions de dollars sur trois ans, mais le joueur n’a pour le moment rien décidé. Plusieurs options s’offrent à lui. Beal peut décider d’attendre afin de miser sur une grosse campagne 2019-20 et ainsi obtenir beaucoup plus. En effet, s’il fait partie d’une des All-NBA Teams la saison prochaine, il pourra prétendre à une prolongation de 250 millions de dollars. Il lui reste actuellement deux ans sur son contrat actuel et sera donc agent libre en 2021. On l’imagine mal signer la proposition actuelle des Wizards vu la dernière saison de Washington. Certes il aime sa franchise, mais il veut aussi gagner. Alors il prendra sa décision quand il connaîtra les ambitions et garanties que peut lui donner sa franchise.

Beal doit être dépité de voir sa franchise à la rue alors qu’il donne tout chaque soir sans réussite. Est-ce que son futur s’inscrit à Washington ? L’avenir répondra à cette question mais ce qui est sûr, c’est que l’arrière All-Star n’a pas grand-chose à se reprocher dans les galères actuelles de la franchise de la capitale.

Source texte : The Crossover Podcast via Chris Mannix de Sports Illustrated

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top