News NBA

La NBA intègre la règle du challenge dès la saison prochaine : Gregg Popovich doit être aux anges

Gregg Popovich

Quand Pop utilisera son challenge dans les cinq premières secondes d’un match.

Source image : YouTube

Hier, Adam Silver était à Las Vegas pour kiffer la Summer League le Board of Governors de la Grande Ligue. Une réunion annuelle des proprios de franchise et du commissionnaire pour décider, entre autres, des nouvelles règles à appliquer pour la saison suivante. La grande nouveauté pour cette année : la possibilité pour les coachs de demander à ce qu’une action soit revue à la vidéo par les arbitres. Bonheur !

Ça fait une règle de plus à apprendre pour Gérard s’il veut revenir en NBA. La règle du challenge pour les coachs a été approuvée pour la saison prochaine. Elle est expérimentée en ce moment en Summer League et depuis deux ans en G-League. Même si on sent une hésitation chez beaucoup à usiter de cette nouvelle arme, elle a permis de résoudre certains cas litigieux pour savoir à qui revenait la possession par exemple. La NBA s’inspire du modèle de la NFL qui utilise les challenges pour les coachs depuis 1999, mais n’utilisera pas le système de drapeau à jeter sur le terrain. Ça permettra d’éviter une fracture à la jambe par match à cause d’une glissade. Il suffira d’un signe, un matin du coach vers les arbitres pour enclencher le challenge. L’équipe concernée devra avoir au moins un temps-mort en stock pour demander le challenge, et devra l’utiliser immédiatement. Chaque équipe disposera d’un seul challenge par match, donc, non, Gregg Popovich ne pourra pas harceler les arbitres sur chaque faute sifflée. 

Mais alors ? Quels calls sont concernés par cette innovation ? Il sera possible de challenger une faute sifflée contre sa propre équipe, un contre illégal (ou basket interference) ou encore une sortie de balle. Bien sûr, on en est encore au stade de l’expérimentation et comme pour les replays demandés par les arbitres, on devrait voir d’autres challenges possibles dans les années à venir. De plus, la NBA a annoncé l’arrivée d’un « courtside administrator » à la table de marque qui sera chargé de fluidifier la communication entre les arbitres et le replay center. Terminés donc les quatrièmes quart-temps qui n’en finissent plus à cause d’une sortie de balle évidente pour 20 000 personnes dans la salle, mais sur laquelle les arbitres matent 28 angles différents avant de prendre une décision. 

La NBA tend vers de plus en plus de transparence en ce qui concerne les décisions arbitrales. Permettre aux fans, coachs et joueurs de mieux comprendre les calls, voilà le but de la ligue. Le challenge approuvé hier pour la saison prochaine sera pour les coachs une opportunité d’impacter certaines décisions. On a hâte d’en voir certains gueuler sur les refs avant de comprendre qu’un simple signe de main suffit pour challenger une décision.

Source texte: ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top