Lakers

Officiel : Frank Vogel débarque aux Lakers avec… Jason Kidd dans ses bagages, c’est moins pire que prévu, maintenant au boulot

Frank Vogel

Frank Vogel – Jason Kidd – LeBron James : il est là le Big Three de 2020.

Source image : YouTube

Les nouvelles à Los Angeles étaient de plus en plus chaudes ces derniers jours, et encore un peu plus depuis que Tyronn Lue avait éconduit les Lakers. On ne reviendra d’ailleurs pas sur le genre de bail que représente un râteau posé par l’ancien « coach » des Cavs, mais donc plutôt ce matin sur la nomination, ça y est, du nouveau coach de LeBron. Roulement de tambour, l’heureux élu – façon de parler – est…. Frank Vogel !

On y est, on va enfin pouvoir se mettre à bosser chez les Lakers. Préparer les petits fours pour la Lottery de mardi soir, à vivre en direct sur TrashTalk les frères, préparer la Draft également, mais aussi et surtout préparer une free agency qui s’annonce aussi savoureuse que décisive pour des Lakers dans l’obligation de relever la tête après le fiasco de la saison écoulée. Première info officielle ? Ce se fera donc avec Frank Vogel aux commandes, et c’est évidemment le pape de la NBA qui a shotgun l’info hier soir entre deux bouchées de tagliatelles :

Frank Vogel qui débarque donc à Los Angeles fort de son expérience de huit années sur les bancs de la Grande Ligue, avec les Pacers puis le Magic, expériences mi-figues mi-raisins nous ayant montré à la fois le meilleur et le pire de ce qu’il était capable de proposer. Le meilleur ? Bienvenue dans l’Indiana, terre pleine de boue sur laquelle LeBron James (tiens, tiens) et son armée a bien failli se casser les dents au débuts des années 2010. Le basket établi y était alors excitant et c’est surtout la défense et l’état d’esprit proposés qui avaient le don d’enjailler nos nuits. On parle d’un homme qui a frôlé les 60 wins avec une franchise NBA et qui a aidé Paul George a devenir ce qu’il est aujourd’hui, on parle d’un homme qui avait fait de David West son relai sur le terrain, mais on parle également d’un homme qui réussissait alors à garder Lance Stephenson (tiens, tiens) focus sur ses matchs et qui a également fait de Roy Hibbert un vrai joueur de basket. Une référence à l’époque, parti ensuite à Orlando pour tenter de sortir le Magic de la torpeur. La mission était belle mais l’échec le sera encore plus, et après deux saisons à tenter sans réussite à installer son idéal défensif en Floride et à subir – surtout – les choix désastreux de cet empaffé de Rob Hennigan, Frank Vogel se voyait proposer de fermer la sienne ou d’en tout cas d’aller l’ouvrir mais dans d’autres contrées. Nouveau défi donc pour l’homme au bouc, qui pourra compter à ses côtés sur une tête bien connue de notre ligue sportive préférée… Jason Kidd.

Jason Kidd ! Lui-même, celui que l’on connaît pour être un Hall Of Famer en tant que joueur, merveilleux joueur de basket et parmi les meneurs de jeu les plus dingues de toute l’histoire, champion NBA et vendeur de rêves et de caviars par paquets de 1000. Celui que l’on connaît aussi pour ses expériences au coaching un chouïa plus compliquées, malgré un passage – durant un temps – positif à Milwaukee durant lequel il participa à créer un début de quelque chose chez Giannis Antetokounmpo, notamment dans sa propension à jouer les point forwards. Pour le reste ? C’est à peu près tout et à vrai dire J-Kidd est davantage connu aujourd’hui pour avoir un caractère bien trempé, on reste poli, du genre de ceux qui aiment avoir les mains libres et un pouvoir de décision au moins aussi grand que leur ambition personnelle. Mais c’est bien en tant qu’assistant que l’ancien joueur des Mavericks, des Suns, des Nets et des Knicks revient dans le game, le genre de présence qui avait d’ailleurs rebuté… Tyronn Lue, à qui on imposait apparemment un staff et qui ne voulait pas avoir à gérer LeBron + un relou de plus sur le banc. A défaut de génie Jason Kidd amènera peut-être un peu de vice à ces Lakers, en espérant bien sûr que la doublette colle un minimum et ne finisse pas en mode Larry Johnson – Zo Mourning.

Après avoir sondé à peu près tous les coachs possibles et imaginables et commencé à filtrer les recherches par le bas, les Lakers ne s’en sortent donc pas si mal en récupérant un mec avec un minimum de références, bien que sortant d’une expérience peu glorieuse. A voir comment ça fit avec Kidd, à voir comment le duo fit avec LeBron, car on sait de toute façon qu’au delà du basket c’est surtout dans les têtes que la saison 2019 se jouera chez les Lakers. Staff au complet let’s go, maintenant objectif construction d’équipe. Venez on arrête de parler des Lakers pendant quelques semaines.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top