Grizzlies

Mike Conley devrait bien quitter les Grizzlies cet été : c’est la fin du Grit and Grind à Memphis

Marc Gasol est parti à la trade deadline. Voilà, ça c’est pour qu’un éventuel fan des Grizzlies sortant du coma prenne une claque. Maintenant, les dirigeants de Memphis feraient le nécessaire cet été pour se débarrasser de Mike Conley. Ça c’est pour replonger cet éventuel fan dedans.

Plus de Tony Allen, plus de Zach Randolph, plus de Marc Gasol et bientôt plus de Mike Conley. Ces dernières années, les fans de Memphis passent leur temps à dire au revoir à leurs joueurs préférés. Chris Wallace et Robert Pera sont décidés à mettre fin à la plus belle ère de leur franchise, celle du Grit and Grind. On vous disait il y’a quelques jours que transférer Mike Conley pourrait être une erreur de la part du frontoffice de Memphis mais force est de constater qu’ils ne lisent pas nos articles. En effet, Kevin O’Connor de The Ringer nous apprend que le Jazz serait toujours aussi intéressé pour récupérer le meilleur joueur de la Conférence Ouest la semaine dernière et que les premières discussions entamées à la trade deadline pourraient se poursuivre cet été. Ce qui ne garantit pas de départ sûr et certain mais confirme bien le fait que, voulu ou pas, le management du Tennessee sera mis sous pression pour lâcher son meneur. On peut comprendre l’intérêt de la franchise basée dans l’Utah pour Mike alors que Ricky Rubio deviendra agent-libre à la fin de cette saison. Entre un backcourt Conley – Mitchell et le duo de pick-and-roll avec Rudy Gobert, les perspectives sont fort plaisantes du côté de Salt Lake City. Dans le Tennessee en revanche, l’intérêt principal est de reconstruire : on garde Jaren Jackson Jr. et on casse tout à côté. Dans cette logique de rebuild, on veut se débarrasser des 67 millions de dollars promis au meneur sur les deux prochaines années, d’autant plus que les Oursons pourraient en profiter pour récupérer une belle petite contrepartie. On peut supposer que Derrick Favors fera partie du trade, accompagné pourquoi pas d’un Dante Exum et d’un Jae Crowder pour faire le compte. Et comme Utah n’a pas prévu de tanker dans les prochaines années, un petit pick de draft pourrait vite être rajouté dans la balance. Voilà à quoi pourrait ressembler un éventuel échange.

Mais le Jazz ne devrait pas être seul sur le coup car malgré le salaire du point guard, un vétéran de son poste capable d’être un leader et de défendre intéresse beaucoup de franchises. On voit mal des équipes comme Dallas, Chicago, Phoenix ou bien même Charlotte en cas de départ de Kemba Walker ne pas tenter leurs chances cet été. Du haut de ses 31 ans, le numéro 11 des Grizzlies ne faiblit pas bien au contraire, lui qui livre ses meilleurs statistiques en carrière à 20,7 points et 6,4 passes de moyenne cette saison. Le meilleur joueur actuel de la Ligue à n’avoir jamais été All-Star est toujours ce meneur fort des deux côtés du terrain et capable dans une bonne équipe de l’emmener en Finale de Conférence comme il l’avait fait avec Memphis en 2013. Quelque soit sa prochaine destination, Mike fera le taff, c’est une certitude. Quoi qu’il en soit, Conley restera toujours une légende de la franchise du Tennessee où il a déjà passé 12 saisons dont sept participations aux Playoffs et une FDC, le temps d’être deuxième meilleur scoreur de l’histoire de la franchise derrière Marc Gasol qu’il devrait dépasser avant la fin de la saison, meilleur passeur, meilleur intercepteur et recordman du nombre de match disputés sous la tunique des Oursons. Un passage immense qui lui vaudra à coup sur le retrait de son maillot à la fin de sa carrière. Reste juste à savoir si son numéro sera masqué en référence à ses Playoffs de 2016.

Tony Allen, Zach Randolph, Marc Gasol et Mike Conley, leurs quatre maillots trôneront fièrement en haut du FedEx Forum dans quelques années et ça sera amplement mérité. Cette page du Grit and Grind sera totalement tournée lorsque le meneur partira et selon les rumeurs, cela pourrait bien être cet été. Alors Mike, finis en beauté, deviens le meilleur scoreur de l’histoire de ta franchise et bonne chance où que tu ailles.

Source texte : The Ringer

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top