Warriors

Les Warriors redémarrent la machine face aux Sixers : grosse victoire dans un gros match, normal quand t’as une grosse équipe

Captain Obvious

Le genre de matchs que les Warriors devraient, sur le papier, gagner tous les jours.

Source image : memegenerator.net

C’était le plat principal de la soirée, le main event, le match pour lequel on avait mis le réveil, en faisant comme si on avait pas regardé huit matchs en même temps. Le double-champion en titre face à un Process qui prend toujours plus d’ampleur, il faut dire que ça donne faim à 2h30 du matin, surtout quand les Warriors restent sur deux défaites de suite. Une fois de plus l’idée du réveil était la meilleure, et on vous explique pourquoi tout en se défonçant un morceau de quiche lorraine qui traînait dans le frigo depuis… merde depuis quand déjà ?

On aura eu droit cette nuit à Philly à 48 minutes de très haut niveau, 48 minutes d’un match disputé de la première à la dernière seconde. Pas de Joel Embiid côté Sixers, pas de Klay Thompson pour les Dubs, mais bien évidemment du All-Star et du quasi All-Star aux quatre coins du parquet. Ben Simmons est le premier à frapper, le collectif des Sixers n’est toujours pas le meilleur de la Ligue mais alors quand les mecs se mettent à jouer attention. Pas le même délire pour les hommes de Steve Kerr, ces derniers capitalisant sur leurs systèmes indéfendables pour tenir le score. 32-31 Sixers, c’est serré alors c’est cool, ça c’est de l’analyse. Le souci principal des Warriors cette saison ? Un banc qui n’a plus rien à voir avec celui qui a terrorisé la Ligue depuis quatre ans, et un écart qui se fait logiquement en faveur des Sixers quand les superstars californiennes sirotent leur jus sur le banc. Le deuxième quart est ainsi à l’avantage des locaux et si DeMarcus Cousins profite du désert dans la raquette des Sixers pour se refaire la cerise (25 points et 8 rebonds au final), Ben Simmons gâche un paquet de ballons mais réussit à nous le faire oublier en assurant une grosse partie du scoring de son équipe. Et vous savez quoi ? Heureusement que les mecs avaient pris un peu d’avance avant la mi-temps, parce qu’il ne faudrait quand même pas oublier que les Warriors continuent chaque soir ou presque de se transformer en Monstars lors des troisièmes quart-temps…

Envoyez le retour des héros, on ne parle pas de Koh-Lanta là, et Stephen Curry et Kevin Durant enchaînent les gros tirs alors qu’en face c’est… Mike Scott qui tient les siens en vie du parking. Mike Scott du parking qui est d’ailleurs beaucoup plus kiffant que Mike Scott qui fait des front-à-front avec Jordan Bell, l’accolade entre les deux intérieurs rappelant que l’on tenait cette nuit un duel entre deux des joueurs les plus bêtes de leur génération. Oui on le dit affalé dans le canapé avec un manque de courage évident mais si on ne peut plus rien dire merci de nous indiquer la porte. Bref revenons à la baballe orange, et à ce 35-24 des Dubs en retour de pause, qui nous promet une fin de match bien excitante, autrement plus excitante que la nuit que vous auriez passé si vous n’aviez pas mis le réveil. Car le dernier quart est une succession de gros tirs from the brouette, Kevin Durant, Stephen Curry et… Damion Lee répondant à Mike Scott, Jimmy Butler et Ben Simmons Jonah Bolden du parking tandis que DeMarcus Cousins s’amusait comme dans une cour de récré. La toute fin de match se jouera à la VAR et c’est finalement KD et sa mif qui repartiront avec la feuille, non sans avoir transpiré un bon coup.

Transpiration validée par la défaite des Nuggets face aux Pelicans, le résultat des courses offrant ce matin deux victoires d’avance à Golden State en tête de la Conférence Ouest. C’est ce genre de match qu’il faudra se remettre à gagner en vue des Playoffs mais très franchement, on ne s’en fait pas vraiment pour eux. Ah parce que vous… ? Ah non pardon, on croyait.

stats Sixers stats Warriors

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top