Rockets

Kobe Bryant a donné son avis sur James Harden, et il connaît un peu les bails : « Je ne pense pas que ce style de jeu conduise à un titre »

Kobe Bryant 81 points

Faire des cartons au scoring, Kobe n’est pas fan. LOL.

Source image : YouTube

Ces dernières semaines, James Harden est sur une autre planète au scoring et l’observer planter 40, 50, voire même 60 points est devenu normal, la routine quoi. La Barbe est en train de démontrer à toute la Ligue qu’il est une arme offensive inarrêtable, à la manière d’un Kobe Bryant à une époque. Et tiens, justement, le Mamba a dit ce qu’il pensait du barbu et de ses récentes performances.

Quel être humain normalement constitué et fan de NBA peut aujourd’hui nier le fait que James Harden réalise une saison historique en terme de scoring ? Cette saison, il plane à 36,3 points par match à la première place des scoreurs le plus prolifiques de la saison avec pas moins de sept points de moyenne en plus que son dauphin Anthony Davis à « seulement » 29,3 points par match. Si le Barbu venait à maintenir cette moyenne, il serait le plus gros total de points par matchs sur une saison depuis un certain Michael Jordan et ses 37,1 points de moyenne en 1986-87. C’est faramineux, stratosphérique, invraisemblable, extraordinaire et tous les adjectifs à rallonge qui vont avec. Certes, le joueur divise, tantôt énervant, tantôt fatiguant, tantôt fourbe et trompeur, mais toujours génial, et puis quel talent. Ses détracteurs diront qu’il joue tous les ballons, qu’il là joue perso et que des fautes lui sont sifflées à longueur de match et on ne sait quoi d’autre et ce n’est pas faux en soi, mais quand bien même. Prenons ses stats au scoring sur le mois dernier. James Harden nous a gratifié en janvier d’une ligne de stats à 43,6 points avec trois matchs à plus de 50 pions dont un à plus de 60 au Madison Square Garden s’il vous plaît. Monumental. Inutile de dire qu’il a porté à lui tout seul les Rockets en l’absence de Chris Paul et Clint Capela en envoyant match après match des performances tout bonnement hallucinantes. Son pourcentage d’utilisation du ballon était le plus haut de toute la Ligue avec 39,1%, ce qui est énorme. On pourrait presque résumer nous-mêmes les consignes de Mike D’Antoni à ses joueurs en janvier : « donnez le ballon à Harden, écartez-vous et il fera le reste, contentez-vous de défendre dur ». Cette période incroyable du barbu est historique et n’a pas manqué d’attirer l’attention de Kobe Bryant qui a donné son avis sur Sports Center à propos des dernières orgies offensives offertes par la star des Rockets en NBA.

« Je ne suis pas fan de ça par rapport au fait de gagner des titres. Je ne pense pas que ce style de jeu mènera un jour à un titre. Mais en même temps, vous devez garder la tête de votre équipe hors de l’eau pour gagner des matchs, et c’est ce qu’il fait. […] C’est un témoignage qui montre à quel point c’est remarquable (en parlant de ses récentes performances) car les gens essaient de minimiser ce qu’il est en train de faire. Il fait des choses phénoménales »

En tout cas, ce n’est pas nous qui allons contredire Kobe Bryant. En effet, le légendaire Laker a également connu cette période pendant sa carrière de joueur à l’époque où il avait précipité le départ de Shaquille O’Neal et que le Mamba s’est retrouvé un peu tout seul à devoir porter les Lakers. Avant que Pau Gasol ne vienne garnir l’effectif des Angelinos, Kobe a passé trois saisons à assurer en cavalier seul l’animation offensive de son équipe. Résultat ? Plus de 30 points par match sur deux saisons consécutives mais au niveau collectif, les Lakers ont dû endurer une année sans Playoffs puis deux éliminations prématurées au premier tour. Donc oui, si l’on en croit son expérience, le fait de forcer sur son talent en prenant tous les tirs et en atteignant des moyennes de points faramineuses n’amène pas au titre, mais ça permet d’éviter à son équipe de sombrer. James Harden est donc prévenu, mais heureusement il peut désormais compter sur le retour de Chris Paul pour le soulager un peu. En tout cas, Bryant reconnaît le talent individuel indéniable de l’arrière des Rockets et salue son travail effectué sur le mois de janvier. Il sait par quelle période est passé Harden pour en avoir fait personnellement l’expérience à son époque durant plusieurs saisons. Être un talent offensif et un soliste hors pair nécessite d’être un tant soit peu égoïste, ce qui provoque forcément beaucoup de critiques de la part des observateurs, mais c’est la vie qu’a décidé de mener le Mamba mais aussi James Harden depuis peu.

James Harden peut donc désormais compter sur les conseils avisés de son aîné pour faire son bilan personnel de son mois de janvier incroyable. Mettre des points, c’est bien et c’est même parfois nécessaire, mais on ne gagne pas un titre tout seul. À bon entendeur.

Source texte : Sports Center

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top