Old-School

MLK Day 2009 : flashback sur le buzzer beater de Dirk Nowitzki face aux Sixers, à 30 ans et avec toutes ses dents

Dirk Nowitzki

Aaaah, qu’est ce que tu vas nous manquer toi…

Source image : YouTube

Cette nuit sera une soirée spéciale en NBA puisque c’est le MLK Day ! Ce rendez-vous désormais traditionnel du basket-ball américain permet d’oublier la morosité de la régulière en lançant la deuxième partie de saison de la meilleure des manières, avec un bon vieux marathon des familles. Chaque année, de grands matchs sont programmés, le spectacle est au rendez-vous et les fans vivent des moments marquants. Vous nous avez vu venir ? Allez, c’est l’heure d’un petit flashback.

Qui dit flashback dit ancien et qui dit ancien dit…? Dirk Nowitzki bien sûr ! Nous sommes en 2009, le Grand Blond et sa troupe sont en déplacement sur le parquet des Sixers. À l’époque, pas de Joel Embiid et encore moins de Ben Simmons mais Philly est tout de même une équipe importante de l’Est. Parmi les joueurs notables, on peut citer Elton Brand désormais GM de la franchise, Andre Iguodala (capitaine de l’équipe à cette époque), Andre Miller, un certain Lou Williams et des jeunes tout à fait inconnus à l’époque du nom de Thaddeus Young ou encore Marreese Speights. Une belle petite équipe en somme. En face, l’escouade texane est déjà articulée autour de son ailier-fort allemand et se met en quête d’un titre NBA avec des joueurs comme Jason Kidd, Jerry Stackhouse, Jason Terry ou encore l’indéboulonnable J.J. Barea. Du beau monde aussi de ce côté là. Un joli match digne d’un MLK Day est donc attendu ce soir-là au Wachovia Center (l’ancien nom du Wells Fargo Center). Les deux équipes luttent dans leur Conférence respective pour une place en Playoffs et s’apprêtent donc à nous offrir un match de basket disputé et intense et c’est ce qu’il s’est passé. En ce 19 janvier 2009, Sixers et Mavericks vont se tirer la bourre tout le match et vont nous offrir un finish à haut suspens, pour le plus grand bonheur des fans présents dans la salle et des français branchés sur Sport+ pour l’occasion.

Pourtant, le meilleur joueur de la soirée n’est pas au rendez-vous durant ce match. En effet, le grand Dirk envoie de la brique et il n’est pas du tout dans un grand soir. Sur ses 14 premiers tirs, il en loupe 13, à croire que son shoot est atteint d’une Kidd-Gilchristite aiguë. L’Allemand n’arrive pas régler la mire et les Sixers prennent confiance dans le match. Au milieu du troisième quart, Philly a plus de dix points d’avance, un retard que les Mavs parviennent à rattraper grâce à un Tonton Jason de gala pour pallier la méforme du Wunderkind. Les Mavs ont repris les devants et gèrent donc tranquillement le dernier quart, jusqu’aux deux dernières minutes du match. Dallas mène alors 93-81 et tout semble plié, mais non. Les Sixers accomplissent un comeback incroyable en infligeant un 12-0 à son adversaire, revenant donc à égalité 93 partout à 8,5 secondes du terme grâce à un panier de leur leader Andre Iguodala. La magie de ce fameux de MLK Day a opéré, et n’a pas fini de nous éblouir encore. En effet, après une action foirée par les Texans, le ballon reste tout de même en leur possession avec 4 secondes sur le chrono. Remise en jeu pour Jason Kidd : du mouvement autour de lui mais Philly bloque bien les espaces. Du coup, bounce pass du meneur dans les mains de Dirkules, Reggie Evans est dans son short. Trois dribbles main gauche, l’Allemand se retrouve dos au panier vers la tête de raquette, il arrête son dribble, feinte à gauche, tir en fadeaway, DEDANS ! The game is over. Victoire 95-93 des Mavs. Nowitzki, qui n’a rien mis du match, assassine son adversaire au buzzer. Il finira tout de même à 24 points grâce à une bonne adresse aux lancers-francs mais avec un pourcentage de 7/23 au tir. Ça arrive à tout le monde de rater, même aux meilleurs. Mais ce qu’on demande avant tout à un franchise player, c’est de faire gagner des matchs. Mission accomplie ce soir-là pour le numéro 41.

Pour ceux qui ne seraient pas au courant, un joueur légendaire de 40 ans actuellement dans le roster des Mavericks de Dallas du nom de Dirk Nowitzki est peut-être dans sa dernière saison NBA. Cette action parmi tant d’autres du même type ont construit l’image du joueur ultra clutch qu’il a été durant toute sa carrière. Un plaisir pour nos yeux de fans NBA que de revoir ces images, allez régalez-vous.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top