Grizzlies

Marc Gasol et David Fizdale ont fait la paix : parce que tout va bien quand ça se passe entre deux gentlemen

David Fizdale Marc Gasol

Allez, viens faire un câlin gros nounours.

Source image : NBA League Pass

Il y a tout juste un an, David Fizdale était débarqué de son poste de coach des Memphis Grizzlies. La fin d’un court passage puisqu’il n’aura finalement passé qu’une seule saison pleine dans la franchise du Tennessee. Cause principale de son licenciement, une relation devenue tendue avec le pivot star Marc Gasol. Mais sans rancune, les deux hommes ont parlé, posé les choses et tout semble aujourd’hui oublié. 

Sérieusement, vous croyez encore au hasard du calendrier en NBA ? Ok, pourquoi pas. En tout cas, Adam Silver ce hasard fait bien les choses puisque la rencontre Grizzlies – Knicks signait le retour de David Fizdale à Memphis, pile poil un an après son renvoi le 26 novembre 2017. L’année dernière, ce n’était plus vraiment un secret : entre Fizdale et Marc Gasol, le courant ne passait plus. D’ailleurs, c’est à peine s’ils cherchaient à sauver les apparences et, lors d’une défaite contre Brooklyn, Coach Fizdale laissait carrément son pivot all-star sur le banc tout le quatrième quart-temps. Une situation intenable qui, dès lors, appelait une décision du front office : renvoyer son coach ou son franchise player ? le choix est alors fait de se séparer du tacticien. David Fizdale viré en grande partie à cause de ces tensions avec Marc Gasol, on pouvait s’attendre à une certaine rancœur mutuelle. Disons-le clairement, on guettait une petite déclaration froide et fracassante, une goutte de sang, des larmes, du drama. Mais c’était mal connaître les deux gentlemen qui, comme des sages, se sont appelés cet été pour mettre les choses à plat et avancer. Jimmy, Draymond, Kevin et bien d’autres : c’est si compliqué de prendre exemple sur les grands ? On écoute David Fizdale au micro d’ESPN avant le match d’hier, et prenez en de la graine les gars :

« C’était une conversation fantastique, deux hommes qui ont évolué. En tant qu’homme, c’est agréable de voir un moment où sa vie change et où vous devenez meilleur grâce à lui, où quelqu’un vous a rendu meilleur. Je lui attribue tout le mérite pour ça. Il a fait de moi un meilleur coach, une meilleure personne. J’ai eu de la chance d’être son coach. […] Je pense que c’est vraiment bien dans l’époque à laquelle nous vivons, où les gens sont tellement énervés les uns après les autres, nous sommes deux gars qui avons écrasé ça et qui sommes apaisés. »

Les embrouilles semblent déjà bien loin. Il faut dire que leurs situations personnelles se sont améliorées également, mine de rien ça aide à se réconcilier. Après un peu de repos, David Fizdale a retrouvé un banc et une mission en NBA : ni plus ni moins que la reconstruction des Knicks. Bon, malgré la série de trois victoires en cours, c’est pas gagné : douzième à l’Est avec un petit sept victoires pour deux fois plus de défaites, pas le genre de multiplication qui augure une bonne saison. Mais qui le lui reprochera, sachant qu’il ne peut compter sur la superstar Kristaps Porzingis, blessé, et qu’en se tournant sur le banc pour trouver un meneur il ne croise que les regards d’Emmanuel Mudiay et Trey Burke ? Pour Marc Gasol aussi, tout va mieux. Ceci dit, difficile de faire pire que l’année dernière : Mike Conley out pour la saison et seulement 22 victoires. Mais aujourd’hui, son pote meneur est revenu et Memphis est aux portes du podium à l’ouest (12 victoires et 7 défaites). De quoi retrouver la motivation de se battre au rebonds et d’enchaîner les paniers : 17,6 points et un career-high à 9,8 rebonds de moyenne. Un meilleur mood, du recul et donc une réconciliation sur laquelle le pivot espagnol revenait également pour ESPN 

« Nous sommes tous les deux lucides, et nous comprenons chacun que tout n’a pas été parfait. Nous aurions tous les deux voulu gérer les choses différemment, pas l’année dernière mais l’année précédente, quand tout a commencé. Nous ne laisserons plus cela arriver. C’est simple : tu vis, tu apprends, tu avances. Nous avons fait la paix. »

Maturité, sagesse et fin de l’embrouille : allez, un peu de douceur dans ce monde de brute. Au passage, David Fizdale en a tout de même profité pour prendre une légère vengeance en repartant avec la victoire (98 – 103) du FedEx Forum de Memphis, célébrée avec beaucoup d’enthousiasme dans les vestiaires par des joueurs qui voulaient « jouer pour le coach », selon les mots de Tim Hardaway Jr.. Et puis gentlemen hors du terrain ok, mais faut pas déconner, on parle de gros compétiteurs sur le parquet.

Si la relation entre les deux hommes s’était dégradée à Memphis, ce ne sont plus des ados et pas question de laisser la place à une quelconque rancune : on discute, on se salue et on va de l’avant. Calme, sobre et classe : une fin d’embrouille de sénateurs. 

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top