Pistons

La sublime revanche de Dwane Casey : viré par les Raptors, l’ex-coach assassine Toronto au buzzer !

Dwane Casey
Source image : NBA League Pass

Si les fans des Raptors ont entouré en rouge le futur retour de DeMar DeRozan à Toronto cette saison, c’est un autre ancien de la maison qui est venu et s’est fait plaisir ce mercredi : Dwane Casey a eu droit à la plus belle des revanches avec ses Pistons.

La définition même du revenge game. On peut dire qu’il y a de quoi sourire, en voyant la fin de cette rencontre assez hallucinante entre Toronto et Detroit. Dans une partie que les hôtes dominaient pourtant assez aisément, ce sont les visiteurs qui se sont accrochés et ont tenu bon. Le contexte s’y portait aussi, forcément. On parle quand même des Pistons de Dwane Casey. Et lorsqu’on prononce le nom du coach de Detroit, dès qu’on est en rapport avec le Canada, ça chauffe. Après plusieurs années passées à se défoncer pour faire en sorte que la franchise de Toronto se place dans les sommets de la NBA, Casey avait malheureusement droit à une logique sentence pour ne pas avoir réussi à faire passer le cap ultime à ses Raptors. Encore une fois violenté par les Cavs de LeBron en Playoffs, Dwane était viré par le management de Toronto au printemps 2018 et devait tourner la page. Une énorme page, la plus grande de sa carrière, surtout qu’il était nommé Coach de l’année quelques semaines plus tard…! Il ne s’agissait donc pas d’une rencontre comme une autre pour le tacticien des Pistons, qui avait rejoint la franchise du Michigan quelques jours après son renvoi, lançant une nouvelle aventure dans sa vie bien mouvementée. L’objectif ? Faire aussi bien voire encore mieux avec Detroit. Et si possible ? Passer par Toronto pour y envoyer un message. Mené de près de 20 points, Casey voyait ses joueurs dans le coltar mais leur demandait de rester dans le match. Juste un peu, y croire, un minimum. Pour lui, au moins.

Et Blake Griffin prenait le message à coeur, forcément. En bon leader, en fort compétiteur, et bien épaulé par un Reggie Jackson à l’ancienne, l’intérieur des Pistons se décarcassait pour remettre les siens dans la partie. Un écart réduit en poussière par Stanley Johnson et Langston Galloway, permettant aux visiteurs d’y croire en toute fin de match. Tant d’efforts ne pouvaient pas passer inaperçus, il fallait bien que les dieux du basket y mettent du leur. Ce qui se passa, justement, dans le bout du money time. Kawhi Leonard avec la balle de match entre ses mains, en isolation ? Dribble sur le pied, le All-Star habituellement propre rend la possession à Detroit et tout est permis. Suite à une tentative de game winner contrée par Pascal Siakam, Casey fait signe à ses hommes d’exécuter un système-maison et tout se met en place. Quelques écrans, une mauvaise communication des Raptors, Reggie Bullock se retrouve esseulé, reçoit la balle et crucifie Toronto au buzzer. L’explosion de Dwane Casey est immédiate. La joie est immense, les poings serrés, l’entraîneur est entouré par ses joueurs, qui savaient très bien ce que ce match signifiait pour lui. Ovationné par le public en début de soirée, le coach espérait repartir en fier vainqueur. Pas pour montrer que Toronto aurait dû le garder, aujourd’hui les Raptors ont l’air tout à fait satisfait de la transition opérée autour de Nick Nurse. Mais pour montrer qu’il a du caractère, qu’il a sa place en NBA, que ses joueurs sont à son écoute et se battront pour lui, comme ce fût le cas pendant tant d’années au Canada. L’émotion débordante, Casey quitte le terrain en étant câliné par ses Pistons, la scène est aussi belle qu’émouvante. Et sur l’échelle du revenge game ? On est clairement sur un 15/10.

Viré en mai dernier, Dwane Casey a vécu la soirée parfaite ce mercredi. Premier retour à Toronto, standing ovation, gros retard au score, comeback, finish de dingue, exécution de ses joueurs, système léché, victoire au buzzer et célébration sur le parquet des Raptors. Y’a pas à chier, on peut ne pas aimer le stratège, mais on ne peut que se réjouir pour l’homme.

1 Comment

1 Comment

  1. recessif

    15 novembre 2018 à 11 h 14 min at 11 h 14 min

    quelle Ironie.
    Il est content parce-que c’est une surprise que les pistons battent les raptors :
    Il sont 1er faciles à l’est, sans lui, alors que les pistons bah, ils sont juste au dessus du 50% de victoire.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top