Jazz

Derrick Favors veut prendre plus de tirs du parking, on repassera pour l’originalité

Derrick Favors

Derrick Favors veut faire comme tout le monde, à quand le concours avec Ricky Rubio ?

Source image: Youtube

Après avoir signé un nouveau contrat de deux ans avec le Jazz cet été, Derrick Favors est reparti au travail. Jusque là, rien d’extraordinaire. Cependant, l’ailier-fort titulaire de l’Utah a récemment indiqué qu’il comptait prendre plus de tirs à 3-points lors de la (très) prochaine saison. Sortez les casques, on est jamais trop prudent. 

Derrick Favors est certes moins clinquant que Donovan Mitchell ou Rudy Gobert dans l’effectif du Jazz, il n’en demeure pas moins un élément important et efficace. Installé depuis déjà sept saisons à Salt Lake City, l’originaire d’Atlanta est un intérieur à l’ancienne, d’une efficacité redoutable pour son équipe. Jugez plutôt, l’an dernier il cumulait 12,3 points, 7,2 rebonds, 1,3 assist et 1,1 block en 28 minutes, le tout à 56% au tir. Et tout ça dans l’ombre de Rudy Gobert. Derrick est relativement à l’aise quand il doit prendre un tir à mi-distance, mais c’est une toute autre histoire lorsqu’il se retrouve à 7,23 m du panier. Le joueur a montré seulement 22,2% de réussite dans l’exercice la saison passée en ne rentrant que… 14 shoots sur toute la saison ! Heureusement, la franchise de l’Utah a pu compter sur Donovan Mitchell et surtout Joe Ingles pour atteindre une moyenne d’équipe de 36,6%. La force du Jazz ne réside pas dans la recherche absolue du tir du parking, mais l’équipe a quand même atteint le top 5 de la Conférence Ouest, dans une Ligue où le tir à longue distance est presque une obsession (sauf pour Noah). Imaginez ce que donnerait la bande à Gobert si elle comptait dans ses rangs un Derrick Favors précis du centre-ville ? Le joueur a beaucoup travaillé et compte élargir sa palette pour cette saison:

« J’ai travaillé sur ça lorsque je travaillais l’attaque. On a exécuté plusieurs actions spécifiques dans lesquelles je m’isole dans le corner, les gars me font la passe et je prends le tir. »

Derrick Favors a l’air d’avoir passé un été studieux. Le joueur est revenu au camp d’entraînement avec 7 kilos en moins et la volonté de travailler son point faible, le tir à 3-points. L’idée est loin d’être mauvaise lorsque l’on dispose d’un Donovan Mitchell excellant dans la pénétration, d’un Rudy Gobert étant très surveillé dans toutes les raquettes de la NBA. Le Jazz pourrait s’offrir une alternative non-négligeable si Derrick se décidait à rentrer ses shoots de loin. Avec 7 kilos en moins, l’impulsion du bas du corps sera peut être facilitée, qui sait. Le bestiau pointe tout de même à 113 kilos sur une balance, s’il continue à jouer de la même façon et à rentrer quelques tirs du corner, le Jazz n’en serait que plus dangereux. Evidemment, Quin Snyder ne demandera pas à son ailier-fort d’arroser les ficelles et celui-ci a déjà annoncé qu’il n’handicapera pas son équipe. Si Derrick Favors se décide à rentrer quelques shoots primés par-ci par-là, les défenses vont avoir du boulot. Un ailier-fort sortant ses gros bras dans la raquette et étant capable de prendre l’espace pour punir du parking, c’est un luxe que de nombreux coachs aimeraient pouvoir se payer. Bref, maintenant que Andre Drummond a annoncé vouloir tirer à 3-points, on comprend que Derrick Favors n’ait pas envie de passer pour une bille et s’y mette aussi. Rendez-vous à Detroit le 5 janvier pour assister à la remise du prix de meilleur bétonnier.

Le Jazz sort d’une saison exceptionnelle et a réussi à garder son groupe intact (à l’exception de Jonas Jerebko, parti chercher sa bague à Oakland), un nouveau défi s’impose maintenant à Utah : faire mieux que l’an dernier. Pour cela, l’équipe aura bien besoin de joueurs en réussite du parking. Quand est-ce que Gobzilla s’y met ? 

Source : Salt Lake Tribune

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top