Heat

Josh Richardson vise les 18 points par match cette saison : on tient peut-être le leader offensif de Miami… s’il reste à Miami

Josh Richardson pari

Tout ça pour se faire trader dans les heures qui viennent.

Source image : youtube

Josh Richardson était un élément essentiel de cette équipe du Heat la saison dernière et est en constante progression depuis son arrivée dans la ligue. Mais il ne compte pas s’arrêter là et souhaite continuer sur sa lancée. Atteindre les 18 points de moyenne par match, voilà le grand objectif sur le plan personnel. Il en est parfaitement capable, reste à savoir s’il va chasser cette marque avec le maillot du Heat ou celui des Wolves…

Voilà le type de déclaration qu’on aime pendant le Media Day. Quand certains arrivent complètement hors de forme (coucou Waiters), d’autres arrivent prêts à 100% et avec pas mal d’ambitions. Le Heat a connu les deux cas, entre un Dion Weighters qui a dû arriver avec cinq sacs de McDo dans ses bras, et Josh Richardson qui n’a pas hésité à nous balancer ses objectifs. Et le bonhomme voit assez loin sur le plan personnel puisqu’après une campagne 2017/2018 terminée à 12,9 points de moyenne, il veut atteindre la barre des 18 points. Pas de panique, on ne devrait pas le voir jouer pour sa pomme, Richardson a déjà prouvé qu’il n’était pas ce genre de joueur. Capable d’être un créateur pour ses coéquipiers et pour lui-même, il s’est imposé comme un élément essentiel du cinq de Miami grâce également à une défense de très haut niveau. S’il y en a bien un qui peut exploser cette saison à South Beach, c’est bien lui.

« Être agressif à chaque possession est très important. Je veux faire partie de ces gars sur lesquels on peut se reposer en attaque. Je veux plus m’appuyer sur mon côté athlétique. Je n’ai pas énormément dunké mais j’essaie de le faire de plus en plus, parce que je sais que je peux monter. […] J’ai toujours été ce gars qui appelle un écran ou autre pour un catch and shoot. Je dois être capable de plus attaquer si j’ai de l’espace. […] Je dois être un peu plus vocal. »

Vous avez peut-être devant vous l’option offensive numéro une du Heat cette saison… s’il reste en Floride. En effet, les rumeurs autour de Jimmy Butler à Miami commencent à s’intensifier, et Josh Richardson pourrait très bien faire parti du package envoyé dans le Minnesota. Il est une des meilleures monnaies d’échange de Pat Riley et Thibs pourrait être vivement intéressé par le joueur. Et une chose importante à mentionner : avec les Wolves, il pourrait enfin retrouver son vrai poste, soit celui d’arrière. La saison dernière, Richardson a dépanné à l’aile, un poste un peu déserté au contraire de celui d’arrière, complètement bouché. S’il reste à Miami, il pourrait continuer à jouer ailier, un poste qui ne lui convient pas si bien que ça. Riley va devoir faire un choix très important s’il veut absolument conclure un accord avec Minnesota : doit-il trader Josh Richardon actuellement sur une pente ascendante et qui ne cesse de progresser ? Ou alors choisira-t-il Winslow, un jeune prometteur encore plus attaché à la franchise, dont les limites de progression ne sont pas encore fixées ? On peut oublier Dion Waiters et son gros bide, s’il y a bien un joueur qui accompagnera peut-être Whiteside dans le Minnesota, c’est bien Richardson ou Winslow. On en est encore très loin d’un deal, on ne fait que des spéculations  mais ça permet d’avoir une image du futur Heat. Miami commencera peut-être la saison avec le même roster, avec un Richardson gonflé à bloc et prêt à mettre des points à gogo, accompagné de Justise Winslow sur le parquet. Ou alors, Pat Riley nous sort Jimmy Butler de son chapeau magique, et tous les dés sont relancés.

Prolongation signée l’an dernier en main, Josh Richardson repart pour une saison qui s’annonce de haute volée. Encore scoring, dunks et posters, on s’attend à le voir continuer à progresser. Mais à cause de ce bon vieux Jimmy, son avenir avec Miami s’assombrit. Qu’importe le maillot qu’il portera le 17 octobre prochain, on le prend au mot et on reparle de tout ça dans quelques mois. 

Source texte : Miami Herald

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top