News NBA

Ladies and gentlemen, R.J. Barrett et Zion Williamson de Duke : quand deux prospects de la Draft 2019 font exploser la toile

Vous comme nous, on ne connaît pas grand chose à la génétique. La seule chose que l’on peut affirmer en tant que simples novices, c’est que nous ne sommes clairement pas tous faits pareil. Déjà, si on était tous égaux génétiquement, on aurait tous la chance de jouer un jour au basket à haut niveau, et on pourrait possiblement rêver de jouer en NBA. Mais non, on n’est clairement pas tous faits du même bois. Certains sont même faits de matériaux inconnus, comme R.J. Barrett et Zion Williamson, les deux freshmen de Duke. Attention aux yeux, ça pique, et ça enflamme les réseaux sociaux.

Si une personne a arrêté de regarder la NBA dans les années 80, puis s’est réveillé il y a seulement quelques années, il ne doit pas comprendre ce que sont ces espèces de grandes tiges archi-athlétiques qui sont absolument capables de tout faire. Des double-mètres, parfois plus, avec un handle de malade, une détente phénoménale, une puissance de feu, des bras interminables… Bienvenue dans l’époque des Kevin Durant, Anthony Davis et Giannis Antetokounmpo. En dehors de ces grandes gigues, il y a quelques bestioles qui sont leur cousins, qui ont une caisse de TNT à la place de chaque pied, explosifs comme Shelly-Ann Fraser-Pryce au départ d’un 100 mètres, qui n’ont rien à envier à la détente d’un Bondarenko ou d’un Sotomayor. Parmi eux, on trouve des jeunots comme Donovan Mitchell, De’Aaron Fox, Zach LaVine et autres kangourous. A l’ère des réseaux sociaux, les actions de classe de ce type de joueurs sont plébiscitées, partagées en masse. Le moindre reverse dunk, le moindre mini-poster peut devenir viral et envahir les réseaux sociaux en à peine quelques minutes. Alors autant vous dire qu’il est grand temps d’attacher vos ceintures. Cela fait déjà quelques temps que l’on entend parler de Zion Williamson, et de R.J. Barrett. Les deux joueurs de Duke ont 18 ans, sont à peine majeurs. A cet âge, en tant que lycéens normaux, on savoure l’été, la réussite du bac, la vie étudiante tranquille qui s’annonce sans papa et maman… Et bien ces deux garçons ont une activité un peu différente. Mouillez-vous la nuque, sortez les masques à oxygène, libérez les sorties de secours. Rangez les concours de pétanque ou de shots, bienvenue dans le concours de dunks… de la ligne des lancers-francs :

Gardez votre calme, voilà un autre angle de caméra pour le MEGADUNK de Zion Williamson :

Euhhhhh… On en parle ou non ? Non ? Ok… Bon si, il faut en parler. En pleine préparation de leur saison en NCAA, les joueurs de coach K sont à Toronto pour quelques matchs de préparation. La bonne humeur et l’atmosphère de travail sont au rendez-vous. Malgré tout, les Blue Devils s’accordent de temps à autres quelques moments de détente, en fin de séance. Euh bon, arrêtez tout. Le dunk de R.J. Barrett est déjà plus qu’impressionnant. Essayez de trouver une dizaine de joueurs en NBA capables de rentrer ce smash (coucou France TV) d’aussi loin, ce n’est pas très évident. Maintenant, après avoir regardé 723 fois la prouesse de Zion Williamson, rendez vous bien compte d’une chose. Nombreux sont les freaks, les athlètes hors normes, à tenter le défi du dunk de la ligne des lancers-francs. Dwight « Superman » Howard, Michael Jordan, Zach LaVine… Beaucoup s’y sont essayés, et pas les plus manchots. Aucun d’entre eux n’a réussi à ne pas mordre la ligne avant d’aller claquer la balle dans le cercle, si ce n’est Julius Erving, un extraterrestre d’un autre temps. Mais même pour Dr. J., ce n’était pas aussi limpide. Là, (Iron Lion) Zion Williamson arrive en courant, il n’est peut être même pas à vitesse maximale. Sans difficulté, vraiment aucune, il va étaler une énorme crêpe dans le cercle, comme s’il avait pris son appui à un mètre du panneau. On en serait presque à se dire qu’il lui faut arrêter le basket pour aller se comparer à Jesse Owens et Mike Powell au saut en longueur. La réaction des coéquipiers des deux hommes est loin d’être démesurée, la performance, au delà d’incroyable, est quasiment historique. Les deux gamins ont 18 ans. Un coup de brumisateur s’impose avant d’aller regarder ça à nouveau. Et si vous ne vous êtes pas levés de votre fauteuil, de votre chaise, ou de votre trône à la découverte de ce(s) bijou(x), allez mater de la cesta punta (no disrispect Eric Irastorza, on t’aime).


Bref, on attend avec impatience que les deux pépites viennent éclabousser la NBA de leur talent, une fois qu’ils seront draftés. Le LaVine-Gordon en finale du dunk contest était bien ? Attendez de voir Williamson, et à une moindre mesure Barrett, les deux prodiges de Duke, venir péter les arceaux des trente salles NBA. Ah oui, et au passage, R.J. Barrett est pressenti au minima dans le top 3 de la Draft 2019, et Zion Williamson pourrait être un lottery pick. En attendant de les voir éclabousser la Grande Ligue, ils éclaboussent les réseaux sociaux et tout fan de basket par leur aisance physique et technique. Enjoy, la perf’ est tout sauf banale. 

Source : Twitter/@theScore, Twitter/@DukeMBB

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top