Cavaliers

Preview Cavaliers – Raptors : la revanche d’il y a deux semaines s’annonce explosive

Jeff Green Cavs

Est-ce que ça va encore rigoler pour les Cavaliers ce soir ?

Source image : Youtube

C’est un choc au sommet de la Conférence Est que nous propose la NBA ce soir à une heure du matin, après le break de la finale NCAA. Les Raptors, en tête du classement, se rendent chez les troisièmes, les Cavaliers. Ce sera la belle, le dernier match avant d’éventuelles retrouvailles bien plus tard dans la postseason. Cleveland veut rééditer la même performance qu’il y a dix jours, alors que les Raptors se doivent de sortir de leur torpeur préhistorique, à partir d’une heure du matin.

Ce match a comme un avant-goût de Finale de Conférence, ou du moins, de postseason. En effet, les deux franchises se sont affrontées en mai 2016 et 2017, en Finale de l’Est puis en Demi-Finale l’an dernier. On connaît, malheureusement pour les hommes de Dwane Casey, les résultats de ces deux séries. Mais ça, c’était avant. Dans l’Ontario, on souhaite que ce temps-là soit révolu. Avec l’osmose qu’a trouvé toute l’équipe, entre les titulaires, le banc et le coach, ça glisse tranquillou dans la cabane au Canada, puisque les Raptors sont premiers sur la côte Atlantique. Avec un bilan de 55 victoires pour 21 défaites, Toronto peut aller chercher son meilleur bilan all-time en phase régulière. Pour cela, il va falloir recréer une dynamique positive. Les Dinos étaient sur une bonne spirale en sortie de All-Star Game, puisqu’ils ont enchaîné pas moins de 11 succès entre fin février et début mars. Depuis, ils ne font qu’alterner entre déconvenues contre les gros et rencontres remportées à l’arrachée contre des petites équipes. Ce n’est pas un signe rassurant pour les hommes de Dwane Casey, d’autant qu’ils viennent de perdre contre leur principal concurrent à l’Est, Boston. Les Celtes étaient pourtant privés de nombreux joueurs majeurs, mais ils se sont imposés 110 à 99 dans leur TD Garden, face à des Raptors mollassons. Ces derniers se sont également inclinés dans l’Ohio, le 22 mars, sur le score de 132 à 129. Cela ne s’est pas joué à grand chose, mais la défaite est au bout du compte, un indice de confiance pour les Cavaliers, et de doute pour We The North. Cette fois, à nouveau dans la Quicken Loans Arena, DeMar DeRozan et ses coéquipiers ont l’occasion de venger l’affront datant de deux semaines, et de frapper un grand coup lors de la dernière répétition avant les joutes printanières. Il ne manquera a priori personne à l’appel pour aller décrocher une victoire de prestige sur le parquet de Cleveland, et enfin avoir une réaction comparable à celle d’un potentiel futur champion.

Cependant, la tâche ne s’annonce pas simple. Si l’on suit la logique des deux premiers matchs de la saison régulière entre les deux équipes, les Cavs devraient s’imposer à domicile. Toronto l’avait largement emporté (133 à 99) en janvier dans son Air Canada Centre, mais s’était ensuite incliné d’un rien fin mars. Cleveland est sur une superbe série de huit succès en neufs rencontres, la seule défaite ayant été concédée lors du retour de LeBron James à Miami. Ce dernier est d’ailleurs en train de passer en mode Cyborg, avec un mois de mars à 30,9 points, 9,6 rebonds et 9,5 passes de moyenne. En avril, il s’est découvert de plus d’un fil, en posant un léger triple-double contre Dallas (16-13-12), malgré un très laid 5 sur 21 au tir. Derrière lui, c’est tout l’Ohio qui est en train de passer en configuration Playoffs, notamment grâce au retour de Kevin Love. Il y a de l’amour dans l’air à la Q Arena, la foule se passionne de plus en plus à l’approche du début de la postseason. Engranger une victoire face aux Raptors donnerait un avantage psychologique certain en cas de futures retrouvailles aux hommes de Tyronn Lue, lui aussi revenu sur le banc. Surtout, les Cavaliers se doivent de protéger leur troisième spot à l’Est, puisqu’ils sont sous la menace des Sixers et des Pacers, à un demi-match et un match derrière eux au classement. Le succès paraît donc impératif, même sans Kyle Korver et George Hill, incertains. L’enjeu est aussi là pour les Canadiens, puisque leur première place risque d’être menacée par Boston, qui traîne à deux matchs derrière eux. Les Celtics sont en confiance et restent sur six victoires d’affilée. Toronto va d’ailleurs les jouer dès demain, dans leur triptyque de la mort, entre les Cavs, les verts et les Pacers en quatre jours. Une mauvaise série, et la première place qui leur semblait promise pourrait n’être qu’un bon souvenir. Avec son vis-à-vis direct absent, Kyle Lowry devra essayer d’en profiter pour placer quelques douloureuses banderilles. Jonas Valanciunas pourrait être la clé de ce match côté Ontario, s’il est assez servi. Dwane Casey devra répondre à la sempiternelle question : comment défendre sur LeBron James ? Des éléments tels que OG Anunoby, Serge Ibaka, C.J. Miles et d’autres devront se relayer pour désactiver le Cyborg.

Alors, bis repetita ou réaction d’orgueil de la part des Dinos ? Pour connaître la réponse, soyez devant votre écran à une heure du matin. Les Cavaliers peuvent descendre du podium en cas de défaite jointe à une victoire des 76ers contre les Nets. Les Raptors, s’ils s’inclinent, et que Boston s’impose chez les Bucks, n’auront plus qu’un match d’avance avant leur confrontation contre les Celtics, déterminante pour la première place de la Conférence. Le spectacle fait rage à l’Est, et dire qu’on n’est pas encore en Playoffs.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top