Blazers

C.J McCollum continue sa campagne pour le MIP : côté chiffres, difficile de faire mieux

C.J McCollum

Dans la course au titre de Meilleure Progression de l’Année, l’écart commence clairement à se creuser entre l’arrière des Blazers et le reste de la compétition.

Chaque saison, le passage à la nouvelle année marque l’ouverture de plusieurs bouteilles offertes par Gérard, mais aussi un début d’écart creusé par certains dans la course au titre de Meilleure Progression : aujourd’hui, dur dur d’aller chercher C.J McCollum.

Encore un petit carton proposé hier soir par l’arrière des Blazers, encore une belle page imprimée dans son dossier pour sa candidature au MIP. Ce dimanche, ce sont les Nuggets qui ont eu droit à leur propre petite douche signée ‘Macoloume’, eux qui revenaient d’un match épuisant face aux Warriors la veille. Pourtant, l’altitude affectait pas mal la performance du garçon, qui montrait une certaine frustration en perdant un wagon de ballons (5 dont 3 dans le premier quart) et en laissant des lancers de côté (3/5). Des petits détails qu’il pointait justement du doigt en interview d »après-match, mais qui ne devait en rien barrer le reste de sa feuille, une nouvelle fois des plus solides : 25 points, 3 rebonds et 7 passes à 10/17 au tir, pour un copain qui doit faire sans Damian Lillard et porter les Blazers sur son dos, c’est très fort. Car non seulement les défenses ont déjà bien compris que l’intéressé pouvait prendre feu, C.J est surtout impressionnant dans sa capacité à varier les modes, installant l’attaque de Portland pour mettre tout le monde à l’aise puis prenant les choses en main offensivement quand ça toussote un peu. Une maturité qui vient aussi de son âge (24 ans) puisqu’il a effectué un long parcours universitaire, mais qui est aussi l’effet direct d’un entraînement quotidien avec un client quatre étoiles comme Damian Lillard.

Le franchise player de l’Oregon avait justement proposé un parcours différent jusqu’ici, notamment grâce à une année rookie de feu qui avait été ponctuée par le trophée de Rookie de l’Année. De son côté ? Cidjé était embêté physiquement, et ne trouvait pas sa place dans la rotation de Terry Stotts. Une grosse série face aux Grizzlies et quelques transferts plus tard, ce dernier est aujourd’hui le bras-droit officiel de Lillard et un client sérieux tous les soirs, capable d’être très maladroit mais de se reprendre dans d’autres aspects du jeu. Le plus impressionnant se situe probablement dans cette statistique, évoquée par les commentateurs des Nuggets hier soir et illustrée par cette image ci-dessus. Dans toute l’histoire de la NBA, McCollum propose actuellement la 7ème meilleure progression en terme de points marqués avec un +14,2 assez lourd. Avec 6,8 points de moyenne l’an dernier, la pépite née dans l’Ohio était encore considérée comme une énigme, les Blazers ne sachant pas vraiment quoi faire de ce beau shooteur un peu lent. Aujourd’hui ? Ce sont 21 points qui sont proposés tous les soirs, une explosion fantastique pour le joueur comme pour sa franchise, puisque Portland peut aujourd’hui regarder le fin-fond de la Conférence Ouest avec un large sourire. Quand on se souvient de l’avis général -dont le nôtre- avant le début de saison, il y a de quoi être surpris.

La raison principale ? C.J McCollum, bien aidé par d’autres copains qui ont step up leur jeu (coucou Crabbe), mais qui doivent avant tout aider leur jeune arrière à creuser l’écart avec la concurrence : pour le Most Improved Player, on a un clair leader à l’avant.

Source image : NBA League Pass

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top