Magic

Evan Fournier est bien trop clutch : après les Knicks, Houston boit la tasse de champagne !

Evan Fournier

Après s’être occupé des Knicks dans le money-time il y a deux jours, Vavane nous a offert le panier de la gagne pour Noël hier soir : il est comme ça le bolide de Charenton !

S’il y a bien une chose que le Père Noël n’aura pas à livrer chez Vavane cette année, c’est une brouette ! Pour le second match consécutif, la pépite de Charenton a porté ses bourses dans le money-time pour offrir la victoire aux siens : Orlando 104, Houston 101.

Et pan, Dwight Howard. Et pan, les vacances de Noël. Et pan, la petite méforme du début de mois qui inquiétait certains, nous compris. Après s’être occupé des Knicks cette semaine, plantant notamment un énorme trois-points pour transformer le Madison Square Garden en salle de bain privée, Fournier a doublé la dose de cadeaux pour les compatriotes en rentrant le tir de la gagne ce mercredi. Pourtant, le match opposant le Magic aux Rockets mettait nettement plus en avant le retour de Dwight dans son ancienne franchise qu’autre chose, son duel avec Nikola Vucevic représentant le main event de la rencontre. Mais si le second a remporté sa matchup avec le premier (21-6 pour Nik, 12-7 pour Howard), c’est bien en toute fin de match que l’affaire s’est réglée, et Scott Skiles a une nouvelle fois donné la gonfle à son frenchie. En même temps, comment le contredire ? Car au-delà de notre pur chauvinisme habituel, Evan est objectivement la meilleure option du Magic dans ces situations périlleuses, sa capacité à créer derrière le pick et balle en main pouvant soulager des jeunots comme Payton ou Oladipo qui manquent des fois de précision dans leur lecture de jeu.

Hier soir, une fois encore, le grand Fournier a régalé (17 points, 5 rebonds et 4 passes à 6/11 au tir) en se permettant de driver Patrick Beverley vers le panier, ce qui n’est pas la plus mince des affaires quand on connaît le bagage défensif du pitbull des Rockets. Mais un petit mouvement d’hésitation parfaitement calé permettra à Vavane d’enlever Dwight de la circulation (trop inquiet par le fait de laisser Vucevic open à mi-distance), puis d’enfoncer son épaule pour rentrer un tir avec la planche particulièrement chaud, sur le mauvais pied d’appui. Serein, pépère, le bonhomme retourne vers son banc et sait ce qu’il avait à faire. Un dernier stop défensif sur un système plus que douteux des Rockets permettra à Orlando de tamponner la gagne, une importante victoire pour ce jeune groupe qui voulait -premièrement- montrer à Dwight que la page était définitivement tournée, et -deuxièmement- confirmer qu’après avoir perdu pas mal de rencontres au dernier moment en début de saison, une vraie progression avait eu lieu dans la confiance de ces minots. En tête de file ? Evan justement, bien aidé par un Payton clutch également, et un Tobias Harris très propre en attaque (19 points à 8/10). Décidément, cette troupe de Floride commence à faire pousser quelques poils au menton, ce qui devrait ravir Skiles et lui donner encore plus envie de donner la balle à Fournier en fin de match. On ne va pas vous mentir, plus ce sera le cas, plus on se régalera.

Sur ce début de saison, Evan est d’une efficacité rare dans le money-time. La preuve ? Statistiquement, il est à 57% au tir dans les 5 dernières minutes d’une rencontre (16/28) et 54% du parking (7/13). On préfère donc prévenir la concurrence, si vous avez besoin de bouteilles pour le 31 vous savez clairement qui appeler. Champagne ! 

Source image : NBA League Pass

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top