Nets

Les Nets perdent le premier Merdico de la saison : 104 à 98 pour les Lakers, zéro pointé à Brooklyn

Nets

Les Nets n’arrivent toujours pas à s’imposer, même lorsqu’ils jouent à domicile contre des Lakers qui avaient tout fait pour perdre ce vendredi : bonjour la déprime…

On attendait cette rencontre avec impatience, par le simple fait qu’elle opposait deux équipes encore bloquées à 0 dans la colonne des victoires. Brooklyn avait une belle occasion à domicile, c’est raté : Los Angeles repart avec la win, un Advil de plus pour Lionel Hollins…

Pauvre Lolo. On le plaint, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie. Surtout à la folie en fait, rien qu’en voyant la performance offerte par ses hommes hier soir. L’ex-entraîneur des Grizzlies n’est pas du genre à vouloir tanker, mais comment faire lorsque vos joueurs ne savent même pas remettre une balle en jeu ? C’est notamment une des belles actions qui ont été proposées par les Nets ce vendredi, alors que les Lakers avaient tout fait pour rester rois dans la famille des perdants. Remises en jeu loupées, avec Roy Hibbert à la passe d’ailleurs (welcome to Byron’s world), et l’occasion d’égaliser au score. Tant pis, il n’y aura pas d’action devant le public du Barclays, puisque les arbitres compteront 5 courtes secondes avant de rendre la balle aux visiteurs. Comme un symbole. Comme un symbole ! Perdre à domicile, avec un public à environ 50% derrière l’armée californienne, scandant le nom de Kobe dès que le numéro 24 se touchait la narine droite, n’attendant que la fin du spectacle pour retourner à la maison avec un t-shirt des ‘Nets’ et des photos prises devant l’arène. Triste, triste réalité que celle de Brooklyn, quand on voit pourtant les joueurs qu’ils ont.

Car merde, quand même, Brook Lopez et Joe Johnson ne sont pas des ingrats de D-League. Thaddeus Young et Jarrett Jack ont un peu de basket dans les mains. Même si on ne va pas faire de louange au deuxième arrière le mieux payé de la Ligue, il a un petit CV qui peut lui permettre de sortir des belles performances ici ou là. Mais plus les jours avancent, plus on se demande si Deron Williams n’a pas réalisé le meilleur choix, en faisant ses valises et en demandant un retrait immédiat du vestiaire local. Le bordel est tel dans les systèmes, les rotations et la répartition des munitions qu’on se demande contre quelle équipe cette troupe pourrait débloquer son compteur. Coucou le calendrier qui pue bien comme il faut : 6 des 7 prochaines rencontres à l’extérieur, Atlanta à domicile. Le genre de perspective qui fait grincer des dents et qui nous impose d’afficher cette question déterminante. Si les Nets ne battent ni Sacramento ni Charlotte dans les deux prochaines semaines, jusqu’à quelle date durera leur galère ? Surtout que, comme Brad Stevens et Danny Ainge l’ont bien fait remarquer en se frottant les mains hier soir, la franchise de Brooklyn ne possède aucun vrai choix de Draft cette année, la pépite reviendra à Boston ! Un bordel on vous dit, un vrai bordel…

Allez, on va croiser les doigts pour Lionel et le rassurer un coup : Brook Lopez sait très bien que le record all-time est loin, puisqu’il faisait partie de l’équipe propriétaire de 18 défaites de suite pour commencer la saison. Espérons qu’il connaîtra un bout de la solution…

Source image : NBA League Pass

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top