Nets

Les Nets se font plaisir à Miami, Wayne Ellington prend feu : la quiche du jour, signée le Heat

Nets

Les Nets ont offert le plus beau résultat de la soirée, en allant s’imposer sur le parquet du Heat derrière la performance quatre étoiles de Wayne Ellington.

Votre mission du jour, si vous l’acceptez, est de mener aisément en première mi-temps avant de vous écrouler à domicile. Agent Spoelstra et vos soldats, mission accomplie, nous savons que nous pouvons compter sur vous : victoire des Nets, 111-105.

Celle-là, très honnêtement, il fallait venir d’une autre planète pour la voir venir. On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé dans le vestiaire de Lionel Hollins et dans celui de Spo pour voir un tel retournement de situation, mais les deux mi-temps furent tellement différentes qu’on avait presque droit à deux nouvelles équipes sur le parquet ! Alors certes, en premier lieu, le coach des Nets avait décidé de modifier son lineup en intégrant Shane Larkin et Wayne Ellington avec beaucoup plus de sérieux dans sa répartition du temps de jeu, mais côté Heat… la catastrophe complète. Vingt-quatre premières minutes passées dans notre monde actuel, en ridant un Chris Bosh des grands soirs puisque le dino commençait parfaitement sa rencontre (24 points et 12 rebonds au final), en défendant avec cette habitude pression collective carBrooklyn bouclait sa mi-temps avec seulement 44 points au compteur, et derrière ? Le monde à l’envers ? Ce serait presque manquer de respect à cette expression tant les hommes de Spoelstra ont abusé devant leur public, encaissant 67 points après la pause (!) et n’arrivant pas à réaliser les stops habituels en fin de rencontre afin d’imposer un run maison. Paniers après paniers, les visiteurs se feront plaisir en voyant le Heat s’écrouler à domicile, une vilaine défaite sachant que l’écart aurait pu être creusé avec Toronto, les Raptors ayant échoué dans leur rencontre à Chicago (103-97).

Et justement, comme Brook Lopez le soulignera en sortie de rencontre, son banc aura clairement créé la différence ce lundi, notamment ce duo un peu out of nowhere composé par Larkin et Ellington. Solides dans leur jeu de façon habituelle mais jamais vraiment capables de prendre feu pour nettoyer le merdier collectif, Shane et Wayne feront péter la défense adverse en contrôlant chaque possession, ponctuée certes par des tirs miraculeux par moments mais profitant surtout de la main chaude du natif de Wynnewood en Pennsylvanie : 26 points à 9/18 dont 7/9 du parking, le tout en 33 minutes ? Typiquement le genre de performance qui n’arrive qu’une fois par saison en sortie de banc, mais qui aura profité aux Nets puisque cette seconde période embrasée permettra aux soldats de Brooklyn de s’imposer en Floride. Cette année, Wayne n’a dépassé la barre des 10 points qu’à 6 reprises, donc autant vous dire que la surprise était aussi visible sur le visage des fans de Miami que ceux de B-kay, le sniper ayant planté plus de 26 points il y a quasiment un an (avec les Lakers, le 27 janvier). Cette victoire a donc un goût délicieux pour Lopez et ses potes, mais elle a surtout une odeur honteuse côté Heat, car à l’aube d’un mois de janvier particulièrement violent, de type de défaite peut très clairement faire mal au classement.

Dwyane Wade et compagnie regarderont-ils en arrière en se disant qu’ils auraient certainement dû gérer leur business d’une meilleure façon ? Dès la sortie de match, le vétéran le soulignait déjà : no disrespect envers les Nets, mais ce type de match doit être remporté quoi qu’il arrive à la maison. Tant pis pour eux, tant mieux pour Ellington. S’il peut s’offrir une belle soirée par an, donnons-lui au moins celle-ci.

Source image : The Brooklyn Game

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top