Grizzlies

Grizzlies – Warriors, débrief du Game 6 : 40 ans plus tard, revoilà Golden State en Finales de Conf’ !

A la différence de leurs futurs adversaires au tour suivant, les Warriors de Stephen Curry n’ont pas raté l’occasion d’achever les Grizzlies chez eux, histoire de s’éviter le stress insoutenable d’un potentiel Game 7. Dans le sillage d’un Stephen Curry resplendissant, les hommes de Steve Kerr s’adjugent le sixième round de cette série (108 à 95 ; 4 victoires à 2 au final) et s’accordent quelques jours de repos bien mérités avant leurs premières Finales de Conférence depuis 1976.

Commençant sur les chapeaux de roue, les « Splash Brothers » déroulent leur jeu et font étalage de leur insolence d’emblée, sans le moindre scrupule. A vive allure et grâce à un mouvement de balle léché, les Warriors s’emparent très rapidement des commandes du fait d’une réussite affolante au tir (9/12 et 22-10 en un peu moins de 6 minutes). Klay Thompson est en feu alors que les Californiens gambadent librement d’un bout à l’autre d’un FedEx Forum bien calme. Pas réveillés ou tout simplement pris de vitesse, les Oursons sont dépassés sur tous les fronts, les hommes de Steve Kerr trouvant les ouvertures avec une limpidité déconcertante. Marc Gasol tente de remettre un peu d’ordre dans son hacienda mais la furie des Guerriers de la Baie est quasi impossible à contenir. Amoindri par son claquage musculaire, Tony Allen est obligé de laisser sa place à Jeff Green très vite, paramètre qui donne la possibilité à l’ancien sniper de Washington State de poursuivre son festival offensif en toute tranquillité (11 points à 3/3 du parking). Stephen Curry, quant à lui, n’est pas en reste (11 points lui aussi à cet instant) et Golden State vire logiquement en tête à la fin de ce premier quart-temps coupé à la nitroglycérine : 32 à 19 Warriors !

Néanmoins, le banc de Memphis ne compte pas se laisser marcher dessus impunément et sonne la charge dès la reprise, Vince Carter en tête. Un appel du pied auquel répond avec malice la second unit des Warriors, emmenée par Shaun Livingston sur les lignes extérieures et David Lee dans la peinture. Les cris de la salle refont surface à mesure que les Grizzlies retrouvent un chouia d’adresse au shoot. Or, les banderilles continuent de pleuvoir côté Warriors et quelques stops défensifs vitaux se font toujours attendre chez les locaux. Carter demeure agressif à tel point qu’il manque même de postériser Bogut pleine face. En somme, malgré plusieurs occasions manquées, VC (9 unités en 13 minutes) et ses partenaires déploient pas mal d’énergie positive, sans toutefois pouvoir se targuer de recoller à la marque. Dès le retour aux affaires de leur MVP, les Warriors renouent avec la circulation de balle musicale du début de partie, Draymond Green s’avère tranchant dans tous les compartiments et un écart d’une dizaine de points se stabilise à la pause, thanks to Courtney Lee avec l’aide du plexiglas. 58-49 GS.

A l’image de sa très bonne première mi-temps, Gasol entame ce troisième round avec 2 jumpers bien placés. Z-Bo et les siens réussissent un premier rapproché que Curry vise à retarder quelque peu. Mais ce sont bien les Grizzlies qui sortent les griffes et altèrent les positions ouvertes de leurs adversaires. Randoplh se met à son tour à marquer, les Warriors commencent légèrement à douter, à forcer leurs talents, Bogut et Green écopent de leur quatrième faute perso et revoilà ces Oursons pugnaces revenir à 4 pions en milieu de quart. Transcendé par les vibrations de la foule, Marc Gasol pousse ses amigos à la révolte (21 pions, 15 rebonds et 4 passes au final) et Memphis revient tout près à 3 minutes de l’ultime reprise. C’est alors qu’Andre Iguodala et Harrison Barnes sortent momentanément Golden State de la brume. Croyant refaire la moitié de son retard sur ces dernières minutes, les Grizzlies foirent l’occasion de ne revenir qu’à une possession et c’est « The Baby-Faced Killer » qui envoie une ogive depuis le milieu du terrain à la place. Ficelle du Chef et terrible coup dur émotionnel pour les spectateurs qui n’en croient pas leurs yeux. 76 à 68 pour les Warriors.

D’entrée de quart, Leandro Barbosa est lancé dans le feu de l’action tandis que le trio magique du soir – Barnes, Iggy et Livingston, 32 points combinés – remet les Warriors d’aplomb et regagner la distance initiale qui eut séparé les deux antagonistes lors de la première période. Une fois n’est pas coutume, les Grizzlies n’arrivent plus à rentrer la balle dans le cercle et en subissent les conséquences : largesses aux lancers, sur les prises au rebond et dans les tirs derrière l’arc. Cependant, sous l’impulsion de leur « Capt’n Clutch », à savoir Mike Conley, ceux-ci activent la toute dernière option de leur « mode survival » ! Run de 7-0 à l’approche du money time, aussitôt éteint par Stephen Curry dans les corners ennemis par deux fois, à trois-points. On se répond alors du tac au tac dans cette arène électrique de Memphis, Curry assurant le show en balançant bombes sur bombes à distance (32 points à 8/13 du parking et 10 offrandes au total). Les débats tournent limite à l’écœurement, même si les protégés de Dave Joerger se battent toujours autant et n’ont aucune intention d’abdiquer. Hélas, en dépit de toute leur bonne volonté, ils n’auront rien pu faire cette nuit face à l’ogre californien et son tireur d’élite au minois trompeur. Score final : 108 à 95 Warriors.

Fin de l’aventure pour des Grizzlies de Memphis dominés 4 à 2 dans ces Demi-Finales de Conférence. Les Warriors, quant à eux, poursuivent l’aventure et se hissent en Finales de Conférence depuis près de 40 ans. Leur insolence géniale au tir aura eu raison des blessures et des lacunes de leurs opposants dans ce registre, une insolence qu’ils compteront reproduire assurément soit face aux Clippers, soit face aux Rockets dès mardi prochain. Quand votre meilleur joueur et MVP joue comme ça, faut dire qu’il n’y a pas grand grand chose à faire…

Tous les résultats de cette série

Game 1 : Memphis @ Golden State, 86-101.

Game 2 : Memphis @ Golden State, 97-90.

Game 3 : Golden State @ Memphis, 89 à 99.

Game 4 : Golden State @ Memphis, 101 à 84.

Game 5 : Memphis @ Golden State, 78 à 98.

Game 6 : Golden State @ Memphis, 108 à 95.

Source image : nba.com

1 Comment

1 Comment

  1. Hn

    16 mai 2015 à 10 h 53 min at 10 h 53 min

    Le tournant du match restera tout de même la fin du 3e quart-temps où la faute sur Jeff Green était évidente, et l’absence de coup de sifflet permet à un Curry en feu de mettre un tir incroyable…

    En revanche, on aurait difficilement pu imaginer Memphis l’emporter, quelle faiblesse en attaque ! Hormis Gasol (mais avec un très mauvais pourcentage aux tirs, 7/23 !), il n’y avait presque jamais de solution offensive, pas de shoot extérieur, presque jamais de shoot ouvert… et à mon avis cela a plus à voir avec la faiblesse de la construction offensive et le manque de talent offensif des extérieurs qu’à la performance défensive des Warriors…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top