Dossiers NBA

Alex « The Blade » : Finesse, élégance et scoring à outrance

Alex English, qui fête aujourd’hui ses 60 ans, est connu pour avoir été le scoreur le plus prolifique des années 80. En effet, de 1980 à 1990, et en un peu plus de 10 saisons passées à Denver, « The Blade » a marqué 21 645 points. Il a fait le bonheur des fans du Colorado en se fondant parfaitement dans le jeu très rapide des Nuggets.

English évoluait au poste d’ailier. Ses 2m01 pour seulement un peu moins de 90 kg faisaient de lui un joueur très longiligne qui ne possédait pas la puissance physique de certains de ses contemporains comme Dominique Wilkins ou James Worthy notamment. « Alex » était tout de même un joueur athlétique, rapide, agile, doté d’une belle détente et de longs bras mais son style de jeu était basé sur la finesse et la technique. Un joueur très « smooth » avec des gestes fluides et élégants. Un joueur capable de shooter la balle très haut au-dessus de sa tête ce qui le rendait quasiment impossible à contrer et ce qui, associé avec ses aptitudes au poste bas, faisait de lui un cauchemar pour tous les joueurs qui ont essayé de le museler.

alex-english-kareem-abdul-jabbar

Un scoreur extrêmement prolifique donc qui fut surnommé « The Blade » pour sa capacité à fendre toute défense qui lui était proposée à la manière d’une lame froide et acérée. C’est bien simple, sur les 10 saisons complètes effectuées par English sous le maillot des Nuggets, 9 se sont terminées à plus de 23 points de moyenne par match avec le titre de meilleur marqueur de NBA en 1982/83 (28,4 points de moyenne) et une pointe à presque 30 points par match (29,8) en 1985/86. Il fut le premier joueur à marquer plus de 2000 points par saison 8 fois d’affilée. Il n’est pas étonnant que ces Nuggets au jeu ultra rapide avec Alex English, Kiki Vandeweghe et Dan Issel aient livré, face aux Pistons, le match le plus prolifique en points de l’histoire NBA. Un match au cours duquel Alex scora 47 points à 60% au tir ce qui n’est d’ailleurs pas son plus haut total de points sur un match puisqu’il marqua plusieurs fois 50 points, établissant ainsi son record en carrière à 54 points un soir de novembre 1985 face aux Houston Rockets.

Arrivé en NBA en 1976 chez les Milwauckee Bucks où il resta 2 saisons avant de partir aux Pacers pour une saison et demie, c’est bien dans le Colorado qu’English explosa véritablement. Pendant ses 10 années à Denver, Mister English a conduit ses Nuggets à 9 participations au playoffs dont une fois jusqu’en finale de conférence en 1985. Il fut également 8 fois All Star pendant cette période.  Il n’était pas vraiment un leader mental mais plutôt un joueur humble, à l’écoute de ses partenaires et du jeu toujours prêt à dégainer son épée meurtrière un shoot pour scorer.

En pénétration avec ses finitions pleines de maîtrise, à mi-distance avec ce style si particulier ou au poste bas avec ses moves multiples, Alex English scorait. Il est d’ailleurs toujours le marqueur le plus prolifique de l’histoire des Denver Nuggets qui ont retiré son numéro 2. Intronisé au Hall Of Fame en 1997 après avoir arrêté sa carrière en 1991, il est toujours aujourd’hui en 14ème position dans la liste des plus gros scoreurs de tous les temps avec ses 25 613 points marqués à 50,7% au tir. Et oui, Alex « The Blade » alliait parfaitement scoring, spectacle et efficacité…

Mix sur « The Blade »

Highlights d’un de ses gros matchs (51 points et 10 passes décisives face au Heat en 1989)

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top